mercredi 7 décembre 2016

Je dis : BD #06


Librement inspiré du rendez-vous "C'est Lundi, que lisez-vous ?"
Je vous propose, chaque Jeudi, un nouveau récap' hebdomadaire
de mes lectures de bandes dessinées, de mangas et d'albums !

Encore et toujours dans une boulimie de lecture bandes-dessinées/ mangas, il faut dire que ma culture est complètement rebootée par @Nintendark ! Avec ses prescriptions de lectures, j'ai découvert des pépites incroyables. A noter que sur 10 titres suggérés, 7 ont rejoint "mon top 100 de tous les temps". C'est carrément fortiche. Partant de ce constant-là, je me laisse guider les yeux fermés.. d'ailleurs, cette semaine, 100% de mes lectures sont recommandées par lui !


QU'AI-JE LU LA SEMAINE PASSÉE ?


  • La Princesse vagabonde de Da Xia : Pouaaaaaaaaah, à peine feuilleté, je suis irrémédiablement tombée sous le charme de cette beauté ! Les dessins sont magnifiques et même plus, carrément spectaculaires. Dans ce premier tome, l'histoire s'installe en douceur et elle promet d'être audacieuse, avec les péripéties d'une princesse fugitive, qui pour échapper à une mort certaine, se fait passer pour morte. Il me tarde de découvrir la suite de ses aventures intrépides dans sa quête de vengeance.
  • Chroniques new-yorkaises d'Akino Kondoh : La vie ordinaire d'une artiste japonaise venu s'installer à New-York. De planche en planche, on suit (avec beaucoup de plaisir) ses (mes)aventures, ses rencontres, ses découvertes, ses stupeurs, ses joies et ses peines. Avec elle, on découvre également les chocs culturelles et culinaires entre la culture japonaise et américaine. C'est très instructif et souvent très (très) drôle. C'est simple et réussi. J'ai passé un chouette moment avec elle, et après ma lecture, je me suis empressée d'aller fouiner pour en savoir plus sur l'auteur tant je m'étais attachée à elle.
  • Space Brothers, Tome 3 de Chûya Koyama : Aaaah Mutta, j'adore suivre ses pensées. Imprévisible et impertinent, je me suis attachée à lui ! Dans ce tome, pas d'apparition de son frère et je dois dire que je préfère quand Mutta ne partage pas la vedette, ça évite les relents de compétition.
  • Ikigami de Mase Motorô : Dans ce tome, l'auteur oscille entre les histoires très sombres, encore plus sombres et d'autres plus légères et lumineuses. Fujimoto est toujours aussi discret, maaaais, on sent naître en lui des idées rebelles. J'ai hâte de découvrir comment il va se déployer.
  • Chiisakobé de Minetaro Mochizuki : A peine découverte et c'est déjà la fin de cette série. Elle va me manquer. J'ai adoré l'histoire, l'ambiance ET surtout, surtout le dessin et jeu de plans que nous propose l'auteur ! C'est un véritable coup de coeur et je devrais sous peu, publier un avis de lecture pour lui rendre hommage.
  • Pandemonium, tome 1 de Sho Shibamoto : Whaouw ! Encore une beauté tant au niveau du dessin que de l'histoire. Le héros, Zipher, se rend au village des difformes pour leur demander un service, que dis-je, pour implorer un service. Avec lui, on va découvrir ce village, ses habitants, leurs habitudes et leurs capacités. L'ambiance est très particulière, un brin étrange, un brin mystérieuse. Cette impression est renforcée par les personnages et la colorisation dans des nuances ocres très sombre. Colorisation, hautttteeeement canon. Impossible d'en dire plus, si ce n'est que j'ai hâte de lire la suite.

QUE SUIS-JE EN TRAIN DE LIRE EN CE MOMENT ?





QUE VAIS-JE LIRE ENSUITE ?


Bonne semaine de lectures !


Au plaisir.


mardi 6 décembre 2016

LE « MOI » DE ... #39

LE « MOI » De NOVEMBRE

Rubrique cette fois-ci librement inspirée du blog mode de Tokyobanhbao.
En chaque fin de mois, un petit recap' en facette de mes lectures ! Avec en quelques lignes mes impressions sur la "meilleure" et la "moins bonne"  lecture du mois.


Le mois de novembre.. C'est un mois terrible, complètement paradoxale, une faille temporelle à lui tout seul : c'est le mois qui s'étire à l'infini, qui ne veut pas se finir, qui traîne en longueur et d'un coup tu te retrouves en décembre à préparer Noël, le nouvel an, dresser le bilan de tes résolutions, préparer les suivantes et surtouuut organiser les prochaines vacances. Où est passé le mois de novembre ?

Cette année, j'ai adoooooré mon mois de novembre.. Il a été éclatant, rien que ça. J'ai eu des lectures incroyables, je suis finement conseillée dans mes lectures dernièrement, c'est jubilant, c'est l'éclate ; au boulot, c'est toujours autant l'éclate (même si avec le froid reviennent ma bande de petits jeunes turbulents, violents et carrément méchants) ; avec copain on épluche les catalogues de vacances pour choisir notre prochaine destination.. J'adooore presque autant partir en vacances, que préparer mes vacances. C'est l'éclate !

Pour dresser le bilan de mes lectures, j'ai étiré le podium des coups de coeur.. et, je dois dire qu'il en manque trois de plus. Choisir, c'est terrible. 

TOP

  • Meilleures lectures du mois : 
Suprême : Chiisakobé de Minetarô Mochizuki : J'aaaai adooooré ! Ce manga est surprenant et délicat. L'histoire est toute simple, sans rebondissements en pagaille, l'intrigue s'installe en douceur, d'ailleurs, chaque personnage est introduit en douceur. Le dessin est complètement épuré, aucune vignette n'est surchargée et pourtant les illustrations sont précises et détaillées. C'est un plaisir à lire et à découvrir. J'ai bouclé la série avec un pincement au coeur, cette histoire, ces personnages vont me manquer.

1. Herakles d'Edouard Cour : Olalala coup de coeur canonissime suprême intersidéral de ouf de dingue ! L'auteur du fabuleux "O sen seï", propose ici une relecture de l'histoire d'Hercule, fils de Zeus. L'ouvrage commence sur la réalisation de ses douze travaux pour prétendre au statut de Dieu (avec en bonus, ceux qui ont compté pour du beurre) et ensuite sa vie après les travaux. Le génie de l'auteur, consiste à avoir donné à Hercule beaucoup d'humanité. En effet, il vit avec son lot de cauchemars, il est hanté par ses morts, il est plein de bonnes intentions, il est persécuté par Héra et souvent sa vie est bouleversée par les choix des dieux le concernant. La magie de la BD est sans conteste l'humour ! Bon sang, que c'est drôle. Je me suis bidonnée. Oui, bidonnée, carrément.

2. Everything, Everything de Nicola Yoon : *Vivement conseillé par copine @LuxnBooks* Une fois commencé, impossible de le reposer sans le finir, c'est un véritable coup de coeur. L'histoire est incroyable, c'est celle d'une jeune fille atteinte de la "maladie de l'enfant-bulle" qui pour survivre doit vivre de façon recluse ! Sa routine bien établie est bouleversée par l'arrivée de ses nouveaux voisins. Impossible pour elle de se contenter, quand elle découvre peu à peu tout ce qu'elle rate. L'auteur nous propose une histoire surprenante, qui m'a laissée complètement soufflée.

3. Construire un feu de Christophe Chabouté (adaptation d'une nouvelle de Jack London) : Dans le Grand Nord, un trappeur solitaire tente de rejoindre son camps, dans un froid insoutenable.. Whaouw : Des dessins magnifiques, une histoire cruelle. Pour la peine, j'ai relu la nouvelle de London et la fidélité de cette adaptation est tiptop. tiptop. TIPTOP. Maaais l'auteur va plus loin, il fait une super réappropriation du texte, il a fait le choix de raconter l'histoire à la seconde personne du singulier. Ainsi, le narrateur s'adresse au lecteur ou/et au personnage, c'est très perturbant. L'auteur a fait un super boulot, c'est une véritable réussite, c'est un coup de coeur.

4. Le Port des marins perdus de Teresa Radice et Stefano Turconi : Première relecture depuis au moins 3 ans, si ce n'est plus. Je ne relis aucun livre, jamais. J'ai peur de gâcher mes impressions de lectures. Et puis voilà que je tombe sur cette petite BD, avant de la mettre dans le carton des livres à troquer, je la feuillette.. et je me dis la même chose que la première fois : les illustrations sont canons. C'était reparti pour une lecture, cette fois-ci je n'étais pas dans l'urgence de lecture pour savoir le pourquoi du comment de l'intrigue, j'étais dans une lecture entièrement focalisée sur les illustrations et la poésie.. Et quel canon, quel canon cet album. Cette seconde lecture propulse la BD dans mes coups de coeur intersidéral. Mon seul regret ? Ce format minuscule alors que les dessins méritaient tellement plus de place pour se déployer. Mais je chipote. 

5. Underwater de Yuki Urushibara : Une histoire d'une redoutable tristesse, tout en douceur et en délicatesse. C'est l'histoire d'une famille, d'une petite fille, d'un petit garçon et de leurs souvenirs. Entre la légende d'un dragon et l'histoire d'un village, il se passe mille petites choses. Et évidement, j'ai eu mille et une questions. Les dessins sont vraiment sympa, ceux en couleurs encore plus que les autres (mais je chipote). C'était une lecture touchante! 


BOF

  • Moins bonnes lectures du mois :
1. Un Noël presque parfait d'Annie Lyons : Je vide ma PAL de tous les titres de Noël.. celui-ci, c'est une lecture complètement ratée. En effet, il s'agit d'une suite du roman "Presque parfait" de l'auteur, enfin plutôt d'un épilogue, que je n'avais pas lu (et dont le résumé ne me donnait pas du tout envie d'ailleurs).

2. La danse des morts de Pierre Ferrero : *BD vivement recommandée par mon libraire* Je n'ai rien compris à l'histoire. Une histoire farfelu et drôle où la mort et la vie s'acharne à se combattre. C'est grinçant et culotté.. maaais je dois admettre que je n'ai trouvé aucun charme aux dessins, à la colorisation et au style d'écriture (l'utilisation abusive du verlan m'a carrément agacé sur la fin). Mention spéciale à cette colorisation des lettrines.. digne d'un montage skyblog. Cette BD mérite d'être redécouverte, en enclenchant mon monde dixième degrés.

Au plaisir.

lundi 5 décembre 2016

C'est lundi que lisez-vous ? #151

 
Rendez-vous repris et organisé par Galleane.
Le principe est simple et sympa, chaque lundi le blogueur
qui se prête au jeu doit répondre à trois questions : 

Semaine de lecture plus dynamique que la semaine dernière ! Pourtant j'avais encore moins de temps libre. Va comprendre. 
Cette semaine, trois titres surprenants et surtout trois recommandations de copine
@LuxnBooks, son blog est l'ennemie de mon #RégimePAL. Oui, oui, je suis toujours en #RégimePAL, enfin presque.   

QU'AI-JE LU LA SEMAINE PASSÉE ?


  • Everything, Everything de Nicola Yoon : Vivement conseillé par copine @LuxnBooks, il y a plusieurs mois, je m'étais empressée d'acheter le roman.. et puis il est tombé dans mon horrible PAL. Cette semaine, @LuxnBooks m'a relancée, il n'en fallait pas plus pour motiver ma lecture. Une fois commencé, impossible de le reposer sans le finir, c'est un véritable coup de coeur. L'histoire est incroyable, c'est celle d'une jeune fille atteinte de la "maladie de l'enfant-bulle" qui pour survivre doit vivre de façon recluse ! Sa routine bien établie est bouleversée par l'arrivée de ses nouveaux voisins. Impossible pour elle de se contenter, quand elle découvre peu à peu tout ce qu'elle rate. L'auteur nous propose une histoire surprenante, qui m'a laissée complètement soufflée.
  • Petits dérapages et autres imprévus de Mily Black : Après ma lecture de "Everything, everything", j'avais besoin d'une lecture câlinante et couinante. Une lecture qui ne ferait pas chavirer mon coeur. Alors, toujours en suivant les recommandations des copines @LuxnBooks et @Melwasul, qui avaient toute deux vantées les charmes de la voix du héros, Francis sur leurs blogs respectifs. J'ai repêché ce roman de ma PAL. L'histoire est franchement charmante, c'est celle de l'adorable et réservée Louise et son collègue Francis. Leur métier ? Evaluer des hôtels un peu partout dans le monde. Le rêve absolu, sauuuuuuf que Louise en pince pour Francis. Leur routine est rodée, jusqu'au moment où un grain de sable se coince dans le mécanisme.. A partir de là, Louise enchaîne les dérapages, les imprévus et surtout elle prend des résolutions. C'est drôle, touchant et mignon.
  • Never Never, tome 1 de Colleen Hoover et Tarryn Fisher : J'ai lu un avis de lecture sur le blog de @LuxnBooks et directement après, j'ai validé mon achat, curieuse et intriguée au plus haut point. C'est l'histoire de deux lycéens Silas et Charlie, en couple depuis 4 ans, qui se retrouvent sans souvenirs d'un instant à l'autre. Leur situation est compliquée et préoccupante.. ni l'un, ni l'autre ne garde de souvenir de leur relation, de leurs proches, de leur quotidien (chemin pour rentrer chez eux, emploi du temps, façon de jouer au foot). Ils font le choix de mener l'enquête par eux-même sans prévenir leur entourage.. J'ai avancé dans l'histoire, en étant complètement happée par le déroulement que nous propose les auteurs.. la construction de l'histoire est vraiment fine, sans parler du final, qui est tout simplement brillant. Il me tarde de lire la suite.

QUE SUIS-JE EN TRAIN DE LIRE EN CE MOMENT ?





QUE VAIS-JE LIRE ENSUITE ?


Bonne semaine de lectures !
Au plaisir.


samedi 3 décembre 2016

Quand le bonheur scintille de Janice Kay Johnson


Résumé : Pour Noël, je voudrais… une famille !
Devenir maman. C’est le rêve de Suzanne, et bientôt une réalité. En effet, pour Noël, elle accueillera enfin dans sa maison les deux enfants adorables qu’elle vient d’adopter. Alors, tandis qu’elle décore son foyer avec amour et que les émotions se bousculent dans sa tête, elle éprouve soudain l’envie irrépressible de partager la grande nouvelle avec quelqu’un, là, tout de suite ! Cédant à son élan, elle se précipite dehors et tombe sur son plus proche voisin, Tom Stefanec — un homme qu’elle a jusqu’ici tenu à distance, tant elle le trouve froid et, même, un peu mystérieux…

Avis : C'est l'histoire de Suzanne, une jeune femme qui, après avoir connu des déboires conjugaux s'émancipe, gagne en autonomie et en confiance en elle. Elle décide de devenir mère en passant par l'adoption, son choix s'impose à elle comme une évidence au vu de son parcours familiale. On la suit dans cette aventure, faites de doutes, de questionnements et, surtout, de joies, de bonheurs et de ravissements.

Je l'ai trouvé très pertinente et responsable dans ses choix, ce qui a rendu l'ensemble de l'histoire suffisamment crédible pour nous faire rêver.

S'ajoute à cette superbe ode à l'adoption. Une petite romance pleine de charme avec un fabuleux monsieur qu'elle avait à peine pris le temps de regarder dans les yeux. Pour ma part, je suis complètement tombée sous sont charme, et cela dèèèès sa première apparition. Il est doux, gentil, attentif, serviable et plein de bonne intention.

J'ai passé un doux moment de lecture. Je lirais d'autres titres de l'auteur sans tarder !

La rubrique des avis de lectures éclaires !

mardi 29 novembre 2016

Timide de Sarah Morant


Résumé :
Discrète, discrète, discrète... Parce que c'est tellement plus facile de fuir le jugement des gens plutôt que de l'affronter en face. Réservée, réservée, réservée... Parce qu'elle se sent tellement mieux en faisant comme si rien ne c'était passé. Aimée, aimée, aimée Parce qu'il va entrer dans sa vie, et tout bouleverser tel un jeu de quilles... Une fille timide peut cacher tellement plus. Il faut juste qu'une personne prenne la peine de le découvrir.

J'ai découvert ce roman grâce à la plateforme NetGalley et les éditions Hachette. 
Merci à vous, pour cette opportunité de lecture !

Moi j'en dis :
C'est l'histoire d'Eléonore, une jeune lycéenne timide. Enfin plutôt abimée, craintive et complexée qui préfère se fonde dans son environnement plutôt que d'être remarquée par les autres. Elle se balade avec plus d'une casserole dans sa bandoulière. Elle n'est plus que le quart d'elle-même, tant il lui manque des êtres chers. Alors, elle traverse sa vie comme une ombre, sans faire de vague.

L'épreuve de ses journées, c'est le lycée ! Chaque instant passé la-bas est un calvaire. Selon elle, elle n'est pas persécutée, n'est pas un bouc-émissaire, mais nul ne manque une occasion de se moquer d'elle, de sa façon de bégayer, ou au contraire de sa façon de garder le silence, de ses (magnifiques) cheveux roux..

Les premières pages sont bourrées de clichés, de préjugés, de raccourcis, de vérités faciles qui pullulent dans l'univers des adolescents. C'est irritant à lire, c'est énervant, fatiguant.. Et finalement, tellement en cohérence avec l'univers du lycée (bouh). L'auteur a su contextualiser son histoire avec brillance. Tellement de brillance, que l'adulte que je suis, a voulu plus d'une fois serrer Eléonore dans ses bras pour lui dire It Gets Better (un peu comme une star du projet ;). J'ai beaucoup levé les yeux au ciel et j'ai grincé des dents.

Le roman commence sur la rencontre entre Eleonore et Jason, le nouveau. Il est joueur et se lance le défi de charmer la jeune fille. Pour cela, ils vont se rapprocher, partager du temps ensemble et surtout des confidences. Avec ces confidences on va en découvrir beaucoup sur les casseroles qu'ils baladent l'un et l'autre et les pertes qu'ils ont subi tous les deux. Une amitié sincère et à tout épreuve va les lier et leur permettre d'apprécier l'avenir qui se profile devant eux.

Tout va pour le mieux, dans le meilleur des mondes.. du moins, avant l'arrivée/ le retour de Tyler.

L'amitié que partage Eleonore avec Tyler et Jason est plus qu'ambiguë, mais elle la seule à ne pas le voir. A partir de là, l'intrigue prend de petits airs de triangle amoureux, mais sans le dire, en s'en approchant dangereusement. Et pourtant, bien que le roman tourne un peu en rond dans la dernière partie à cause de son absence de réaction, impossible d'en vouloir à Eleonore, elle est tellement candide, insouciante et adooorable.

Pour être honnête, je dois vous dire qu'il y a des incohérences et des maladresses dans le texte. Et pire que tout, des bugs dans la construction du récit. J'ai eu beaucoup de mal à m'en accommoder. 
Par-dessus tout, j'ai été révoltée par deux "baisers volés". D'autant plus, que l'auteur raconte les scènes avec glamour. Dans une scène, l'héroïne dort, et dans l'autre le héros "trébuche" sur elle. Hmm.. Dans mon avis de lecture du roman Je suis là de Clélie Avit, j'ai déjà eu l'occasion de vous dire que l'absence de consentement verbale (je ne parle pas d'ambiguïté de consentement) me révolte. Encore plus, quand c'est une jeune fille qui écrit. Je ne comprends pas.

Verdict : Après un début difficile, parce que réaliste sur la façon dont les certains adolescents se traitent les uns et les autres, le roman prend une tournure inattendue.. Avec deux accidentés de la vie qui tentent de continuer leur petit bonhomme de chemin, en essayant de s'attacher au moins de monde possible, pour éviter la souffrance de la perte. C'était touchant. Alors oui, il y a bien un triangle amoureux, mais c'est la première fois que je n'ai pas eu envie d'écorcher les personnages.

Les infos : 
Date de parution : 09/11/2016
Editeur : Hachette 
Nb. de page : 448 pages
Prix : 16.90€

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.

lundi 28 novembre 2016

C'est lundi que lisez-vous ? #150

 
Rendez-vous repris et organisé par Galleane.
Le principe est simple et sympa, chaque lundi le blogueur
qui se prête au jeu doit répondre à trois questions : 

Lire ou vivre (travailler, dormir, manger) : il faut choisir ! 

QU'AI-JE LU LA SEMAINE PASSÉE ?


  • Pas celle que tu crois de Mhairi Mcfarlane : J'aime beaucoup l'auteur, je trouve qu'elle fait des merveilles avec des histoires qui semblent ordinaires, banales et réalistes. Ses histoires sont toujours le prétexte pour parler de sujets d'actualités. Ici, encore une fois elle nous propose des sujets intéressants qui sont, en plus, traités avec intelligence : les rumeurs, le harcellement, le slut-shaming. Elle nous parle du star-système et surtout son impact et ses conséquences sur la vie de l'entourage de la star. Elle en profite également pour nous servir une critique très vive des réseaux sociaux et de la façon dont ils transforment notre façon de voir les gens. Ah, tout est bon dans ce roman, les thématiques, les personnages et surtout le ton avec lequel l'auteur nous parle de tout ça.

QUE SUIS-JE EN TRAIN DE LIRE EN CE MOMENT ?




QUE VAIS-JE LIRE ENSUITE ?


Bonne semaine de lectures !
Au plaisir.


vendredi 25 novembre 2016

Si seulement... la vie s'apprenait dans les romans d'amour de Kristan Higgins


Résumé :
Si seulement... brosse le portrait parallèle de deux sœurs, à un tournant de leur existence. L’une, célibataire désabusée après une rupture, quitte New York pour retourner dans la ville de son enfance. L’autre, qui croyait vivre un mariage parfait, découvre qu’il est construit sur un mensonge.
Un portrait juste et sincère, plein d’un humour parfois acerbe et de désillusions désamorcées par le rire : car la vie, la vraie, ne s’apprend pas dans les romans d’amour...

Moi j'en dis :
Ah Kristan Higgins, c'est définitivement une de mes préférées. Elle a ce je-ne-sais-quoi qui rend ses histoires complètement crédibles et ses personnages authentiques. Et pourtant, elle truffe ses histoires de scènes improbables et de scénario rocambolesques. Elle n'hésite pas à malmener ses personnages (pour mieux les câliner après, maaaais tout de même). Elle me fait passer par une palette d'émotions en quelques pages.. je souris, je ris, je râle, je m'énerve franchement, je suis triste. Elle fait tourner son intrigue dans tous les sens, fait supposer un million d'hypothèses pour aboutir à un final plus que parfait.

Si seulement... la vie s'apprenait dans les romans d'amour, ne fais pas exception. Je suis toujours sous le charme. L'auteur s'éloigne un peu de la trame à laquelle elle nous a (presque) habitué(e)s, pour nous proposer ici l'histoire de deux soeurs Rachel et Jenny. Complices comme jamais, elles partagent beaucoup de choses.. et surtout le virage décisif qui se faufile dans leur parcours de vies. L'une découvre que son mari n'est pas si parfait que ça, l'autre tente de se trouver un nouveau mari, depuis que son ex a convolé en justes noces et s'apprête à pouponner. La bataille qu'elles s'apprêtent à mener de taille !
Elles partagent beaucoup, mais ne se ressemblent pas du tout :
  • Rachel est plutôt timide. Mère au foyer et épouse épanouie, elle ne se définit que par ces deux rôles. Quand son monde tremble et elle ne sait plus où donner de la tête. Elle m'a un peu agacée avec ses doutes, ses interrogations, son temps de réaction, son empathie. Et surtout, surtout son ressentiment mal placé. Jusqu'au bout, j'avais envie de la secouer.
  • Jenny, elle est plutôt fonceuse. Couturière (de robe de mariée) de renom, elle affronte tout ce qui se présente devant elle, avec beaucoup d'humour et de pragmatisme. Elle est vive, dynamique.. pleine de doutes, en recherche perpétuelle de l'amour, uuun brin sadique (elle se force à supporter des situations incroyables). Je l'ai adorée.
L'auteur leur donne la parole à tour de rôle, ce chapitre en chapitre. C'est agréable de voir les pensées de l'une sur l'autre.. Alalala les apparences, la fierté, l'égo, c'est destructeur. Elles seront, l'une pour l'autre, d'un soutien sans faille. Comme toujours, Madame Higgins ne déconne pas avec l'implication familiale.
Les personnages secondaires sont toujours aussi intéressants et bien construit, notamment les héros : Leo est canon, Adam est un con.. Owen était presque parfait.

Verdict : Deux héroïnes pour le prix d'une, c'est un vrai plaisir ! Un roman humain, plus sombre que d'ordinaire, avec toutefois sont lot de sourire, rire et fou-rire ! 

Les infos : 
Date de parution : 05/10/2015
Editeur : HarperCollins
Collection : Mosaic
Nb. de page : 448 pages
Prix : 19.90€

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.