21 novembre 2017

Satan est un homme comme les autres de Céline Mancellon



Résumé :
Infernal. Démoniaque. Salaud. Des adjectifs qui collent à la peau d’Adrian Sheffield, pianiste virtuose et terreur du monde de la musique classique. Il fallait s’y attendre : à force de semer la haine, Adrian reçoit un jour une menace de mort. Son agent – la seule personne sur Terre à encore le supporter – décide de lui attribuer un garde du corps. Ou plutôt une garde du corps : Carrie North.
Mais il ignore que Carrie a déjà rencontré Adrian, et qu’il ne lui a pas fait bonne impression. Du tout. Les voilà de nouveau réunis. Adrian, toujours aussi séduisant et imbuvable, et Carrie, toujours aussi têtue. Sauront-ils surmonter leurs rancœurs et céderont-ils enfin à leur attirance mutuelle ? Mais surtout, qui veut la peau d’Adrian Sheffield ?

Moi j'en dis :
J'ai découvert Céline Mancellon à l'occasion de mon marathon "BookeenCafé Romance" : GROSSE, très grosse surprise pour ce roman au nom tapageur. C'est très, très, bien écrit. Et même plus, l'écriture est canon (notez que je le dis très, très peu souvent sur le blog), vif et rythmé. Elle use de toutes les figures de style que la langue française offre. Elle a un sens du réparti incroyable ! Tous les dialogues se transforment en joute verbale de haut vol. Mention spéciale à l'humour acide d'un des personnages qui rend chacune de ses prises de parole saisissante.

L'auteur nous propose une histoire plutôt classique à base de "star" imbuvable qui se retrouve sous le coup d'une menace et qui doit bénéficier d'un garde du corps pour sa protection rapprochée... protection qui se rapproche de plus en plus pour finir en relation. Classique, mais pas tant que ça, tout d'abord les rapports sont inversés, c'est une femme qui protège un homme #Empowermentbonjour ; les deux héros ont déjà eu l'occasion de se rencontrer et ni l'un ni l'autre n'en gardent un souvenir agréable ; ensuite pas de star du rock ou de foot, un virtuose de musique classique ! Pas de demi-mesure, c'est un virtuose de musique classique et l'auteur nous fait véritablement pénétrer dans son univers, avec une explication sur les choix des morceaux joués, les liens entre artistes et morceaux, les descriptions des morceaux à l'écoute (ce qui n'est pas une mince affaire). Concrètement elle nous ouvre une petite porte de la musique classique et nous donne envie d'aller écouter les morceaux qu'elle cite.

L'auteur a su placer des touches d'originalité dans un schéma vu et revu. D'ailleurs elle s'amuse ouvertement de son jeu autour des codes de la romance, avec des références à des classiques, bon sang que c'est rafraîchissant ! Elle s'amuse aussi avec ses personnages. Des personnages bien construits avec une psychologie aboutie et intelligente, aucune faille dans leurs traits, ils sont cohérents avec eux-mêmes, font des choses qui correspondent à leur personnalité... du réaliste quoi !

Je chipote, mais je n'ai pas trouvé Carrie North assez badass... Tout s'explique par son histoire, sa psychologie et tout ça, tout ça, mais vraiment j'aurais préféré qu'elle excelle dans son art, qu'elle soit davantage observatrice, calculatrice, sur le qui-vive. L'une des dernières scènes a achevé de me convaincre : elle est assez incompétente dans sa tâche de protection, et vraiment, c'est dommage.

Verdict : Une très bonne surprise ! 

Les infos : 
Date de parution : 10/05/2017
Editeur : Milady Littérature
Nb. de page : 338 pages
Prix : 9,99€ (numérique)

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.

20 novembre 2017

C'est lundi que lisez-vous ? #177


RENDEZ-VOUS REPRIS ET ORGANISÉ PAR GALLEANE.
LE PRINCIPE EST SIMPLE ET SYMPA, CHAQUE LUNDI LE BLOGUEUR
QUI SE PRÊTE AU JEU DOIT RÉPONDRE À TROIS QUESTIONS : 



QU'AI-JE LU LA SEMAINE PASSÉE ?



  • Malcolm le sulfureux, tomes 1 et 2 de Katy Evans (Hugo Roman - 14/09/2017)
Je n'avais pas du tout l'intention de lire ces romans. Il faut dire que je me suis fâchée avec Katy Evans lors de ma lecture de son roman Fight for love... (dont je viens de relire mon avis de lecture et qui vient de me refâcher). Mais voilà, je cède trop facilement à la tentation, je suis en pleine composition de ma WL de Noël, je traîne sur le blog de mes copines, je lis des résumés, des avis... Une chose en entraînant une autre, j'ai validé mon panier avec Malcolm le sulfureux qui s'est subrepticement glissé dedans.

La lecture a été largement moins éprouvante : bien que le style soit toujours aussi simplet pour ne pas dire inexistant, il faut dire que l'auteur a lâché du lest concernant les relations possessives et dominantes. Après, c'est un roman érotique par excellence... quand il ne se saute pas dessus pendant des pages entières, ils y pensent, se dévorent littéralement du regard etc. Inutile de râler : je saute des passages entiers tout simplement. 

Cela dit, j'ai adoré l'héroïne : Rachel Livingston, journaliste ambitieuse à la recherche d'un sujet qui lui ouvrira de nouvelles portes, c'est d'autant plus urgent que son magazine est au bord de la faillite. Elle va consacrer son article de fond à Malcolm Kyle Preston Logan Saint, le playboy de Chicago qui s'avère plus intéressant que sa réputation laisse à supposer. 

Forcement, vu la fin, j'ai craqué pour la suite. Le découpage des deux tomes est une véritable torture pour les curieux comme moi ! Eeeet je n'aurai pas dû... j'aurai dû lire des avis, me faire spoiler la suite. Parce que ce tome 2, il m'a directement renvoyé à ma lecture de Fight for love, l'héroïne, adoré au départ se transforme en carpette souple et malléable, une horreur... Le roman aurait pu être sauvé par un changement de voix, mais non, on a le plaisir de ne lire que les tergiversations et les atermoiements de Rachel sur les 150 premières pages, puis le retour en lune de miel les 70 suivantes et enfin, enfin, les retournements de situations sur les 50 dernières pages. Noté le problème d'équilibre. 

Paradoxalement à tout ça : je lirais tout de même la suite si elle est portée par les personnages secondaires, qui étaient hautement intrigants.


  • Celui que j'aime de Julie Galli (HQN - 15/11/2017)
Ce roman tout simple dans sa construction porte sur l'importance qu'on accorde aux regards des autres. Il introduit assez habillement l'espoir des secondes chances et de la roue qui tourne dans la vie. Il y a des maladresses et des tournures attendues, mais c'est surtout un agréable moment de lecture. Tout de même, je dois admettre : J'adore les histoires où il est question de remettre un truc en état sous peine de tout perdre. Je craque face au défi de l'impossible et là je dois dire qu'Aurore elle touche le jackpot.


  • L'amour à pleines dents ! de Cali Keys (Charleston - 07/06/2017)
On suit tour à tour deux personnages qui ne se ressemblent pas du tout. Quand l'une est vive, dynamique, joyeuse et enjouée, ne se laissant abattre par aucune épreuve. L'autre est sur le point d'être abattu par une épreuve, et quelle épreuve ! Diane vient de tomber de son nuage, après un parcours de vie plutôt idéal, un drame la touche profondément. Ce drame, on ne le comprend qu'au fur et à mesure. Et puis rapidement on partage son chagrin. Heureusement, elles vont se retrouver, se soutenir, passer outre les aléas de leur quotidien pour finalement croquer la vie à pleine dent ! L'auteur nous propose l'histoire de deux femmes qui ne vont pas se laisser abattre. Et pour cela elle ne tire aucune ficelle attendue. Elle laisse ses héroïnes se dépatouiller, leur fait subir des épreuves drôles ou moins drôles pour les faire grandir.

Impossible de ne pas lire ce roman d'une traire tant on veut savoir ce que l'avenir leur réserve. C'est un roman attachant, avec des héroïnes attachantes ! Un vrai plaisir de lecture.


QUE SUIS-JE EN TRAIN DE LIRE EN CE MOMENT ?


  • Bad boy de Helena Hunting (City - 07/05/2014) : Lecture commune avec copine Althea (Althea in Wonderland). 
C'est une lecture qui pousse à l'énervement mais qui paradoxalement nous fait beaucoup rire ! Je pense souvent aux personnages principaux et pour le moment je peux dire qu'il est obsédé et qu'elle est malléable et torturé... À peine fini, je saute sur les avis de lecture des copines, il me tarde de savoir si mon sens du romantisme est dépassé !

  • Séduite d'Amanda Quick (J'ai lu - 03/05/2017)


QUE VAIS-JE LIRE ENSUITE ?


Bonne semaine de lectures ! 
Au plaisir.

17 novembre 2017

Juste quelqu'un de bien d'Angéla Morelli


Résumé :
À trente-quatre ans, Bérénice n’a plus aucune certitude. Tout ce qu’elle croyait savoir sur la vie a pris l’eau, elle multiplie les amants, mais ne tombe jamais amoureuse et, cerise sur le gâteau, voilà qu’elle n’arrive plus à écrire une ligne, alors que l’écriture est sa raison d’être. Heureusement, elle peut compter sur les trois femmes de sa vie  : sa mère et sa grand-mère, avec qui elle partage une jolie maison cachée au cœur de Paris, et Juliette, son amie d’enfance.
Mais ça ne suffit plus.
Bérénice n’a donc plus le choix. Elle doit enfin affronter les questions qu’elle a toujours refusé de se poser et accepter de faire une place… aux hommes de sa vie. En commençant par son père, dont elle ne sait rien, et par Aurélien, un homme surgi du passé, qu’elle vient de croiser et qui ne l’a pas reconnue.


Moi j'en dis :
Quelle joie d'apprendre la sortie d'un nouveau roman de l'auteur pour cette rentrée (romantique) 2017... et puis j'ai eu des crises de lectrices existentielles : "Je vais attendre pour le lire, parce qu'une fois lu, il faudra attendre le suivant" ou encore "oh non, il ne fait que 330 pages". Une seule conclusion, ne surtout pas le lire dans la précipitation, au contraire, attendre d'avoir le temps de le savourer.

J'ai attendu et je dois dire qu'un véritable suspense et qu'un vrai questionnement se sont installés. Comme toujours, avec les auteurs qu'on adore, la grande question avant de sauter dans une lecture : parviendra-t-elle à se renouveler et à nous embarquer ?

Et la réponse est oui, mille fois oui.

La force de ses romans ? Ses personnages. Simples et authentiques, auxquels il est impensable de ne pas s'attacher.

  • Les héros ont toujours un fort potentiel : charmants, intelligents, sexy sans commune mesure. Ils sont canons, c'est certain !
  • Les héroïnes, elles, sont tellement plus que ça ! Badass, indépendantes, intelligentes, drôles, bourrées d'empathie et de bienveillance, d'une sincérité à toute épreuve, pleines de doutes et de questions, avec des vulnérabilités réalistes et crédibles... 

Je fonds devant tant d'intelligence dans la construction de leur personnalité.

Après, Eugénie la parfaite : amusante, douce, intelligente... grande lectrice bourrée de maladresses ; Julie la groupie ; Ana la fana inconditionnelle de Britney Spears ; Agathe la sympathique ; Louise, Louise, Louise (je cherche encore à me dégotter une copine comme ça) la nénette qui semble tout en confiance et qui se balade avec un million de doutes en bandoulière ; Émilie et ses plans foireux ; Flore la superwoman... et Ève, Ève, dont je n'arrive pas encore à lire l'épilogue, l'auteur nous propose Bérénice.

Bérénice, nous la rencontrons à dix-sept ans lors d'une soirée qu'elle aurait franchement préféré squeezer pour rester chez elle et lire une bonne romance. Ce qu'elle ne sait pas encore, c'est qu'elle va y faire une rencontre qui va rythmer sa vie, tout simplement. Pour le meilleur et pour le pire. Malheureusement l'équilibre entre les moments éphémères du meilleur et les moments mélancoliques du pire n'est pas du tout rationnel, parce que trop souvent la vie dérape. Et pourtant, elle ne se laisse pas abattre. Que voulez-vous : Elle est géniale. Attentionnée, drôle, disponible. On dit souvent qu'elle s'arrange avec la vérité, je ne trouve pas. Je la trouve compréhensive et profondément honnête. Elle dit les choses quand il convient, selon elle, de les dire, voilà tout.

Ce roman, il se déroule entre 1999 et 2016, avec un passage en 2004 et en 2009... Chacune de ces années est secouée par une rencontre qui entraîne une crise existentielle chez Bérénice. Une crise qui la force à reconsidérer sa vie, à se poser des questions et à prendre des décisions qui entrainent des dégâts collatéraux.

En 2016, Bérénice vit dans un appartement marabouté avec un colocataire ultra perspicace qui se nomme Capitaine Haddock. Et surtout, elle est en plein crise. Elle fait face au syndrome de la page blanche, ce qui complique sa vie d'auteur. S'ajoute à cela son plaisir d'avoir une situation amoureuse marécageuse quand tout son entourage semble convoler en justes noces ou pire couver. Bonus : Elle choisit cette période compliquée pour en rajouter une couche avec des questionnements existentiels sur la vie, sur le lien entre l'absence de son père et son rapport aux hommes, sur sa capacité à écrire des histoires d'amour quand elle admet ne jamais avoir été amoureuse. Alors que dépitée par sa vie qui semble aller à vau-l'eau, la vie va justement lui faire une surprise.

Entourée des trois femmes de sa vie, à savoir sa mère, sa grand-mère et sa meilleure amie Juliette (sa famille, un brin loufoque et même carrément dingue, à l'image de ces grandes familles que nous propose la reine Kristan Higgins), elles vont faire face à mille et une épreuves. Dans ce roman, il y a un esprit de GirlPower et empowerment de la femme. Sans militantisme, c'est plutôt une aura diffusée, un comportement ordinaire et naturel... c'est tout simplement dans le quotidien de ces femmes.

Certaines épreuves sont plus légères que d'autres ; certaines sont communes, d'autres personnelles ; certaines impliquent de s'ouvrir et de présenter ses vulnérabilités, d'autres consistent à écouter les incertitudes des autres. Ce roman, c'est une tranche de vie de plusieurs personnages où il est question de réalisation de soi. C'est simple et authentique.

Verdict : J'ai gloussé, j'ai ri, j'ai ri, j'ai ri... puis j'ai eu de la peine aussi, et des accès de colère tous dirigés contre les problèmes de mémoire d'un des personnages. Comme toujours, j'ai passé un excellent moment et j'ai salué l'évolution des personnalités de tous les personnages. Une fois de plus j'ai fermé un roman en me disant, toutes les boucles sont bouclées (même celles des personnages infimes), tous les personnages sont à leur place !

Bonus : Je pinaille, mais franchement le déblocage d'Arthur n'est-il pas légèrement traité par-dessous la jambe ???!

Bonus 2 : "Bérénice, 34 ans, peut compter sur les femmes qui l'entourent. Mais, en faisant le bilan de sa vie, elle s'aperçoit qu'il lui faudrait surtout un homme."

C'est en ces termes que le roman est résumé sur Electre. Bon sang, en lisant ces deux phrases j'ai recraché mon café, c'est tellement plus que ça, et surtout c'est tellement pas du tout ça. 

Les infos : 
Date de parution : 04/10/2017
Editeur : Harlequin
Collection : &H
Nb. de page : 331 pages
Prix : 14.90€

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.

14 novembre 2017

La Perle Cachée de Mary Balogh


Résumé :
Harcelée par son tuteur, Fleur Bradshaw a préféré plonger dans les bas-fonds de Londres pour lui échapper. Et c’est là qu’affamée, seule et perdue, en échange d’un repas et de quelques pièces, elle s’offre un soir à un inconnu défiguré par une horrible cicatrice. Mais la chance lui sourit enfin quand elle est engagée comme gouvernante pour s’occuper de la fille du duc de Ridgeway. Quelle n’est pas sa stupeur de reconnaître sous les traits de son employeur le sinistre balafré qui a pris sa virginité ! Un homme décidément énigmatique, torturé, qui l’effraie autant qu’il la fascine…

Moi j'en dis :
Un peu de Cendrillon, un peu de la belle et la bête et on obtient une histoire mignonnette.

Et pourtant, au début, rien ne laisse prédire une pagaille d'Awww. Sur fond de guerre, de condition de la femme et sa liberté à disposer d'elle-même, de mariage arrangé et d'enfance sacrifiée, ce qui noue le tout ? La bienséance. 

C'est l'histoire d'Adam Kent, duc de Ridgeway, qui décide d'intégrer l'infanterie, pour rendre un peu de tout le bonheur que lui offre la vie. Déclaré mort, il revient finalement parmi les siens... Sur le front, il a laissé sa joie, sa douceur et aussi ses attraits physiques. Son retour en gueule cassée est très peu apprécié de ses proches qui, en son absence, en sa mort, ont continué à vivre et à profiter, notamment de ses biens.

Face à lui, Fleur Hamilton, l'intrépide et courageuse Fleur Hamilton. Elle m'a bluffée, elle m'a impressionnée. Un coup du sort a rendu sa vie particulièrement désagréable du jour au lendemain. À partir de là, elle a dû se démener pour faire briller le soleil à sa porte, mais voilà, ceux qui lui ont tout pris, en veulent encore. Et pour Fleur, c'est la goutte d'eau qui fait exploser le vase. Elle prend une décision courageuse et compliquée qui la conduit à Londres, sans chaperon, sans amis, sans famille. Livrée à elle-même elle va être conduite au pire pour avoir un lendemain. C'est ce pire qui va la conduire vers Adam. 

Le fond de ce roman est plutôt intéressant : on découvre les missions associées au rang de Duc, on parle d'héritage, de filiation, d'arrangement amoureux pour s'assurer une bonne filiation. On parle aussi convenances... Et cette fois-ci, le schéma est renversé, ce ne sont pas les traces d'un séducteur qu'il faudra couvrir, ce sont celles d'une duchesse. Duchesse qui attire invariablement l'antipathie, quelle que soit son histoire. 

Verdict : Chouette moment de lecture. J'ai trouvé les rebondissements et les intrigues captivants. Peu de surprises en perspective, mais toutes sont amenées avec bon sens.

Les infos : 
Date de parution : 07/06/2017
Editeur : J'ai lu
Nb. de page : 374 pages
Prix : 7.40€

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.

13 novembre 2017

C'est lundi que lisez-vous ? #176


RENDEZ-VOUS REPRIS ET ORGANISÉ PAR GALLEANE.
LE PRINCIPE EST SIMPLE ET SYMPA, CHAQUE LUNDI LE BLOGUEUR
QUI SE PRÊTE AU JEU DOIT RÉPONDRE À TROIS QUESTIONS : 


Disons-le : les jours fériés du mois de novembre tombent à pique pour ma PAL.
Je m'apprête à me rendre au "BookeenCafé Romance" organisé par l'équipe de Bookeenstore, jeudi 16 novembre à Paris. L'idée ? rencontrer nos auteures de Romance préférées en tête à tête. Pour l'occasion, je me lance dans un marathon de lecture des auteurs présents. 


QU'AI-JE LU LA SEMAINE PASSÉE ?



  • Si tu me le demandais d'Emily Blaine (Harlequin - 04/10/2017)
En lisant ce roman, j'ai pensé au roman Le vieux qui lisait des romans d’amour de Luis Sepúlveda. J'ai pensé à Antonio José Bolívar et à sa préférence pour les histoires où il est question de souffrances, d'amours désespérés et malgré tout de fins heureuses. J'ai pensé à lui parce que le roman d'Émily Blaine je l'ai lu d'une traite, impossible de laisser les personnages à leur peine sans avoir eu le fin mot de l'histoire. 

Pour son nouveau roman, l'auteur nous propose une histoire de bras cassés, celle de Cooper et de Julianne. Ballottés par la vie depuis qu'un drame les a touchés tour à tour, ils vont se rencontrer, se charmer et s'apaiser. Leurs rencontres essentiellement rythmées par le hasard, vont permettre à leur vie pleine de peines et de tristesses de changer de direction et de se délester d'un peu de leur désarrois.

  • Juste quelqu'un de bien d'Angéla Morelli (Harlequin - 04/10/2017)
Quelle joie d'apprendre la sortie d'un nouveau roman de l'auteur pour cette rentrée (romantique) 2017... et puis j'ai eu des crises de lectrices existentielles : "Je vais attendre pour le lire, parce qu'une fois lu, il faudra attendre le suivant" ou encore "oh non, il ne fait que 330 pages". Une seule conclusion, ne surtout pas le lire dans la précipitation, au contraire, attendre d'avoir le temps de le savourer. 

J'ai gloussé, j'ai ri, j'ai ri, j'ai ri... puis j'ai eu de la peine aussi, et des accès de colère tous dirigé contre les problèmes de mémoires d'un des personnages. Comme toujours, j'ai passé un excellent moment et j'ai salué l'évolution des personnalités tous les personnages. Une fois de plus j'ai fermé un roman en me disant, toutes les boucles sont bouclées (même celles des personnages infimes), tous les personnages sont à leur place !


  • Mores Genèse de G. A. O'Neill (Albin Michel - 06/06/2017)
Un roman... dynamique, qui me propulse à des années-lumière de ma zone de confort. C'est loin d'être un roman policier comme les autres. Difficile de dire si j'ai aimé ou non, je crois plutôt qu'ici il est question d'adhérer ou non au quotidien et aux habitudes de l'héroïne. J'ai beaucoup levé les yeux au ciel, j'ai retenu mon souffle aussi... Je ne suis pas certaine d'avoir compris tous les tenants et les aboutissants de cette intrigue pleine de secrets et de non-dit, néanmoins, tout se goupille assez bien dans le final.


QUE SUIS-JE EN TRAIN DE LIRE EN CE MOMENT ?


  • Bad boy de Helena Hunting (City - 07/05/2014) : Lecture commune avec copine Althea (Althea in Wonderland). 
C'est une lecture qui pousse à l'énervement mais qui paradoxalement nous fait beaucoup rire ! Je pense souvent aux personnages principaux et pour le moment je peux dire qu'il est obsédé et qu'elle est malléable et torturé... À peine fini, je saute sur les avis de lecture des copines, il me tarde de savoir si mon sens du romantisme est dépassé !


  • L'amour à pleines dents ! de Cali Keys (Charleston - 07/06/2017)
Ce livre je l'ai reçu lors du festival du Roman féminin en mai dernier. Depuis, il attend sagement dans ma PAL. Je dois dire que son bandeau "Prix de la meilleure romance 2017" me fait un peu peur.

Mais voilà, pour mon marathon, il a bien fallu que je prenne mon courage à deux mains. J'ai lu la bonne moitié d'une traite, le ton hyper enjoué, joyeux me crispe un peu par moments, mais clairement je chipote parce que je passe un bon moment avec les deux héroïnes et je ne me demande ce que l'avenir leur réserve !


QUE VAIS-JE LIRE ENSUITE ?



Bonne semaine de lectures ! 
Au plaisir.

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by Fearne.