mardi 31 mai 2016

LE « MOI » DE ... #33

LE « MOI » De MAI

Rubrique cette fois-ci librement inspirée du blog mode de Tokyobanhbao.
En chaque fin de mois, un petit recap' en facette de mes lectures ! Avec en quelques lignes mes impressions sur la "meilleure" et la "moins bonne"  lecture du mois.



Pfiou, le mois de mai a été canon !
Un mois de lecture tout en muscles, en confessions et plein d'humour, 
avec des histoires folles et des rebondissements nombreux.
C'était rafraîchissant <3


TOP

  • Meilleures lectures du mois : 
1. Le promeneur d'Alep de Niroz Malek : La Syrie et ses fantômes raconté tout en poésie. C'est beaux, tranchant et bouleversant ! La vie, la mort, le réel (ou non) et finalement l'écrivain et son pouvoir : celui de rêver.

2. First Love de James Patterson et Emily Raymond : C'est un roman grisant, déconcertants et fabuleux. Un peu comme la définition que l'auteur donne de l'amour !

3. Le Piano Oriental de Zeina Abirached : Elle était dans ma WishList depuis longtemps et j'ai bien fait de craquer : Whaouw.. Cette BD est canon ! L'histoire est originale, intéressante et surtout, surtout : divine visuellement. 


  • Moins bonnes lectures du mois : 
1. Roger et ses humains de Paka et Cyprien : Bon.. Je ne suis clairement pas la cible, mon achat était entièrement motivé par la curiosité, mais objectivement je trouve ça très mauvais. 

2. Food Wars !, tome 1 de Yuuto Tsukuda : Je me lasse un peu de ces personnages de mangas sans moyen, du petit peuple, plus doué que les autres de la compétition. L'auteur présente les adversaires aux capacités hors du commun, et pourtant notre petit héros ratisse toutes les récompenses. 

3. La Sélection, Tome 5 : La Couronne de Kiera Cass : Quelle déception. Il faut dire que le rythme est mal distribué dans ce roman. Il met du temps à se lancer et la fin est précipitée, bâclée. S'ajoute à cela des longueurs abominables. Et là d'un coup, tout s'accélère, les rebondissements s'enchaînent, les prises de décisions aussi. C'est dommage.


Au plaisir.

lundi 30 mai 2016

C'est lundi que lisez-vous ? #126



Rendez-vous repris et organisé par Galleane.
Le principe est simple et sympa, chaque lundi le blogueur
qui se prête au jeu doit répondre à trois questions :

QU'AI-JE LU LES SEMAINES PASSÉES ?


  • Le Piano Oriental de Zeina Abirached : Elle était dans ma WishList depuis longtemps et j'ai bien fait de craquer : Whaouw.. Cette BD est canon ! L'histoire est originale, intéressante et surtout, surtout : divine visuellement. 

  • La Sélection, Tome 5 : La Couronne de Kiera Cass : Quelle déception. Il faut dire que le rythme est mal distribué dans ce roman. Il met du temps à se lancer et la fin est précipitée, bâclée. S'ajoute à cela des longueurs abominables. Et là d'un coup, tout s'accélère, les rebondissements s'enchaînent, les prises de décisions aussi. C'est dommage.

  • Lairds' Fiancees, Tome 2 : Un ravisseur sans scrupules de Julie Garwood : Madame Julie Garwood, c'est vraiment la meilleure, c'est la reine des personnages ultra canon. Avec elle je sais d'avance que je vais tomber amoureuse de ses héros, et surtout de ses héroïnes. #Bis J'ai lu le premier tome la semaine dernière et j'avais hâte d'en découvrir la suite.. Quelle surprise de découvrir que l'histoire se déroule une quinzaine d'année plus tard. Surprenant et vraiment réussit, comme toujours.

  • Wake Up America, tome 2 de Nate Powell : Un rappel de l'histoire brutalement nécessaire ! Certaine planche de BD mérite d'être encadrées et accrochées au mur ! Oui, rien que ça.

  • Roger et ses humains de Paka et Cyprien : Bon.. Je ne suis clairement pas la cible, mon achat était entièrement motivé par la curiosité, mais objectivement je trouve ça très mauvais. 

  • Le Club, Tome 1 : Flirt de Lauren Rowe : En commençant le roman, j'étais franchement septique. Et finalement, un chouette roman, bien écrit avec une histoire vraiment addictive.


QUE SUIS-JE EN TRAIN DE LIRE EN CE MOMENT ?


Anges Déchus, Tome 1 : Convoitise de J.R. Ward : Suite de notre marathon de lecture commune avec @EleaRuie. Cette fois-ci on confronte une auteur pour savoir ce qu'elle vaut en dehors de sa série phare. Eeeeeh pour le moment, c'est franchement sympa ! L'histoire devient tout doucement captivante


QUE VAIS-JE LIRE ENSUITE ?

Cette semaine, je ne m'impose pas mes lectures suivantes.

Bonne semaine de lectures !

Au plaisir.


jeudi 26 mai 2016

Le club, Tome 1 : Flirt de Lauren Rowe

Résumé : 
Connaissez-vous le Club, où tous vos fantasmes deviennent réalité ? Rejoindre cette agence très sélecte, très chère et très mystérieuse, c’est l’assurance de faire des rencontres inoubliables. Voilà en tout cas ce qu’espère le sexy Jonas Faraday, qui rêve d’en devenir membre pour pouvoir enfin multiplier les aventures d’un soir. S’il ne lésine devant aucun argument dans sa lettre de candidature, il va bien vite être remis à sa place… Car sa « jolie chargée d’admission » ne se laisse guère impressionner par ses prétendues prouesses sexuelles. Troublé, Jonas n’a plus qu’une idée en tête : retrouver cette femme. À n’importe quel prix.

Première phrase : 
Nom ? Je chasse lentement l’air de mes poumons.

Dernière phrase :
C’est de la folie.

Moi j'en dis : 
En commençant le roman, j'étais franchement septique.
Il faut dire que la rencontre avec le héros, Jonas Faraday, est presque insupportable. Il m'a profondément agacée avec ses airs de monsieur-je-sais-tout, sa psychologie de comptoir, son arrogance, sa grossièreté et ses caprices de petit garçon pas satisfait. Bouh par moment, j'ai eu envie de le secouer comme un prunier pour lui demander un peu de bon sens. Je me suis rapidement dit "je vais devoir supporter cet ego sur-dimensionné"

On le rencontre alors qu'il est en pleine candidature pour entrer dans le très sélect club de rencontre dont lui a parlé son frère, et on peut dire qu'il est au top de la goujaterie. Il y dévoile ses aspirations dans la vie, sa vision de la femme et il est incroyable.. c'est loin d'être un compliment. 
A cette occasion on découvre également la philosophie du Club.. Un club de rencontre très particulier. Certains y adhère pour trouver l'amour et d'autres, espère se garantir un réservoir de femmes pour s'envoyer en l'air pendant un an, sans attaches et sans culpabilité. La bataille des romantiques et des mufles.

Heureusement face à lui nous avons Saaaarah. La jolie, la drôle, la douce, la vive, Sarah. Elle est perspicace, intelligente, un peu folle, combative et intransigeante.

Ils n'auraient pas dû se rencontrer et pourtant leur combinaison est parfaite. Elle lui rentre dedans comme personne ne l'avait fait auparavant, le remet joyeusement à sa place quand il en a besoin. Leurs joutes verbales sont rafraîchissantes. A son contact, on découvre une nouvelle façade du héros, et on se dit qu'il y a encore de l'espoir pour ce mec imbu de lui-même. Finalement, Jonas se révèle très intéressant, notamment dans ses envolées philosophiques et poétiques.

J'ai beaucoup aimé la rencontre de nos héros, et encore plus la course qui s'engage entre eux pour qu'ils se rencontrent physiquement. Leur complicité est très intense et la construction de leur relation est addictive. Ensemble ils vont s'apprivoiser et se confier les casseroles émotionnelles qu'ils baladent et qui font d'eux les handicapés du coeur qu'ils sont. 

Rapidement je me suis attachée à eux. J'avais envie d'en savoir plus sur ces deux personnages bien cabossés par la vie, sur leurs doutes et leurs incertitudes. Et surtout, j'avais peur qu'ils se morfondent dans leurs insatisfactions, ou pire qu'ils se contentent de gravir l'Everest et de passer à autre chose.

Verdict : Un chouette roman, bien écrit avec une histoire vraiment addictive. Je ne suis pas fan du vocabulaire cru dont les héros se régale à utiliser, mais là, je chipote.

Bonus : Ô joie j'ai été ravie de découvrir que l'auteur ne s'est pas contentée d'une histoire simpliste autour du club. Qu'il passe assez rapidement au second plan dans ce tome, pour revenir en beauté dans le final !

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.

mercredi 25 mai 2016

Neon Dreams, Tome 1 : Leaving Amarillo de Caisey Quinn :

Résumé :
Aussi loin que je m’en souvienne, je n’ai toujours vécu que pour deux choses : la musique et Gavin Garrison. La musique est l’exutoire de mes peines, Gavin, le reflet de mon âme.

Aujourd’hui, je vais devoir choisir : le festival pour lequel a été sélectionné notre groupe, Leaving Amarillo, peut lancer notre carrière, c’est notre chance de vivre notre rêve. Mais je ne sais pas si je suis capable de passer une semaine entière avec Gavin, de dormir chaque nuit dans la même chambre d’hôtel que lui, sans tout détruire. Parce que Gavin n’est pas seulement le batteur de notre groupe, il est aussi le meilleur ami de mon frère, celui qui a promis de ne jamais poser la main sur moi.

Il est le seul homme que je ne peux avoir et le seul que je veux.

Première phrase : 
C’est dans ce genre de moments, lorsque mon archet court sur les cordes comme s’il était doué de raison, que j’ai l’impression d’être capable de voler.

Dernière phrase : 
Quelqu’un que j’aimerais ne pas avoir à blesser.

Les paragraphes : 
C’est tout de même marrant, l’espoir. Il continue à grandir en moi, même après avoir été anéanti encore et encore. Peut-être que c’est juste un sentiment complètement stupide qui refuse de tirer les leçons de son expérience passée.

*

C’est ça, la face cachée de l’amour : la douleur, la perte et le manque. C’est réel, puissant, et aussi évident et inévitable qu’une catastrophe naturelle qui s’abat sur vous et laisse une trace définitive de son passage.
C’est dangereux d’aimer et de s’autoriser à l’être. Mais j’ai trouvé le courage de voler trop près des flammes et j’ai découvert que je préférais me brûler et avoir des cicatrices plutôt que de ne pas prendre de risques.

Moi j'en dis : 
La force de ce roman c'est sans aucun doute ses personnages ! 
Frère et soeur (ou presque) Dovie, Dallas et Gavin sont inséparables. Une rencontre fortuite les as rassemblés dans leur enfance, depuis ils sont liés. Ils ont tout partagé : leurs peines, leurs joies, leurs réussites, leurs échecs. Aujourd'hui, ils partagent l'ambition de faire connaître et reconnaître leur groupe de musique. De compagnons de jeux et de bêtises, ils sont devenus les membres du groupe Leaving Amarillon.

Leaving Amarillon c'est à la guitard et au chant Dallas, le grand-frère ambitieux et sur-protecteur ; au fiddle Dovie, la fabuleuse et entêtée petite soeur qui ne sait pas trop où elle en est dans sa vie ; et enfin à la batterie Gavin, le meilleur ami mystérieux débarqué de nulle part, au passé trouble et sombre.

Dans ce premier tome, nous avons le plaisir de suivre l'histoire du point de vue de Dovie. C'est jubilant, parce qu'on lui cache clairement des choses et j'adore les petits mystères. Je l'ai trouvé à la fois très forte. Elle se bouge les fesses pour ce qu'elle veut, balance des ultimatums, à un très bon sens de la répartie, ne se laisse pas impressionner par les autres.. oui, oui, elle est vraiment forte. A côté de ça, elle est fragile, bourrée de doute, d'incertitudes, elle manque souvent de confiance en elle. Quand elle avait des coups de mou, plus d'une fois je me suis dit "Ne lâche rien !!". Tout au long du roman, elle a véritablement grandit, pour finalement s'émanciper. Ce personnage est un vrai réussite.

Dans ce roman, on rencontre les membres groupe alors qu'ils participent à un Festival de musique qui pourrait les propulser vers plus de notoriété. On va assister à leurs scènes, à leur rencontre avec le nouveau manageur, à leur prises de décision autour de l'avenir de leur groupe. Et ce n'est pas tout.. dans ce roman, la musique à une grande place, mais les intrigues secondaires ne sont pas en reste. Leur bataille pour le succès n'est pas la seule qu'ils doivent mener, il y a aussi celle d'une amitié qui en veut plus, celle d'une mère ingrate qui sollicite toujours plus d'aide. Et puis la vie ordinaire avec laquelle il faut composer : un grand-père qui n'est pas au meilleur de sa forme, les études universitaires qu'il va bien falloir reprendre, les envies des uns qui ne sont pas celle des autres, les secrets, les jalousies entre autre.


Verdict : C'est un roman dense, qui soulève de nombreuses questions. Il est bien écrit, bourré de 'punchline' intelligente et pertinente. C'est un chouette roman sur l'amour, sur l'amitié, sur la fraternité, sur le sens de la vie et surtout sur la musique.


Bonus : La fin m'a vraiment laissée sur ma faim. Il me tarde d'en savoir plus sur le parcours du Leaving Amarillon. D'autant plus que le tome suivant (publié le 25 mai 2016) est sur Dallas, le mystérieux.

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.

mardi 24 mai 2016

Step Brother de Penelope Ward

Résumé : 
Quand Greta a appris que son demi-frère venait vivre avec eux, elle était à la fois curieuse et heureuse de faire la connaissance du fils de son beau-père. Malheureusement, elle a vite déchanté. Elec est tout simplement odieux avec elle. Pourtant, elle se sent attirée par ce garçon tatoué qui semble tout faire pour cacher ses blessures. Lentement, leur relation évolue, il s'ouvre petit à petit jusqu'à une nuit inoubliable. Le lendemain, Elec est parti, il disparaît de sa vie aussi vite qu'il y était apparu. Sept ans plus tard, un drame familial les réunit à nouveau. Greta comprend alors que l'adolescent qui s'amusait à la faire tourner en bourrique est devenu un homme très séduisant qui va lui faire tourner la tête. Sauront-ils à nouveau se faire confiance ?

Première phrase : 
Assise sur le canapé du salon, je regardais le vent glacial souffler dans le jardin.

Dernière phrase : 
Je t’aime, Cameron.

Moi j'en dis : 
Dans ma PAL depuis quelques jours, je n'avais pas l'intention de le lire tout de suite vu les avis mitigés sur la blogo. Puis justement ce sont ces avis dithyrambiques, ou au contraire très critiques qui m'ont donné envie de le lire maintenant tout de suite.

Greta et Elec vont partager quelques mois de vie commune, quand Elec reviendra vivre chez son père (le mari de la mère de Greta). Sans partager de lien du sang, ils vont partager le quotidien de frères et soeurs : celui des chamailleries, des disputes, des moments de complicités. Au départ, cette relation était loin d'être sans remous.. ils se sont apprivoisés grâce aux efforts de Greta. La douce et gentille Greta. Elle est complètement transparente, sans secrets, elle est spontanée et honnête. Elle est rafraîchissante et tellement gentille, qu'Elec prend plaisir à la tourmenter. Lui est plutôt mystérieux, nerveux et lunatique.

De querelle en querelle, ils vont s'apprécier, se plaire et se séduire.. puis se séparer. 
Mais qu'est-ce qui les empêche d'être ensemble ? Les secrets autour d'Elec, sans aucun doute et le temps aussi.

Ils se recroiseront sept ans après la fin subite de la cohabitation. Leur retrouvailles fera office de confrontation, qu'ils auraient sans doute préféré s'éviter. Une rencontre qui donne à l'histoire un nouveau tournant. Un tournant qui ne m'a pas convaincue.

Ce roman annonce une histoire en deux parties : celle des héros au temps de leur adolescence et celle des héros sept ans plus tard, une fois devenu adulte. Un seul constat, l'auteur n'a absolument pas joué la carte de l'évolution... d'un bout à l'autre, le roman est écrit de la même façon, les personnages ont grandi mais pas évolué, pas gagné en maturité. Aucune transformation, pas de changement. Les personnages se comportent de la même façon, il parle de la même façon.. Ils sont à l'image des adolescents qu'ils étaient. C'est décevant. 

Cette deuxième partie du livre a gagné un sursaut de plaisir de lecture quand Elec prend la parole pour s'expliquer auprès de Greta. Jusqu'ici, nous avions uniquement la vision de Greta. Ce nouvel éclairage de l'histoire est intéressant, c'est la fin des secrets et des mystères.. d'autant plus que l'auteur nous propose ces révélations par un procédé judicieux. C'est certainement la partie de l'histoire qui m'a le plus captivé.

Verdict : Un bon début, un milieu moyen et une très bonne fin.

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.