20 août 2017

#Bloglife - Bilan Anniversaire : Top 10 Kick Ass Girls


Je mesure la force d'un roman à son héroïne. 
Je suis convaincue, qu'elles sont jugées plus durement que leur acolyte masculin. On ne leur passe aucune bassesse de comportement même si elles sont sexy.. Avec elles, nous sommes plus exigeante, plus pointilleuse, plus tatillonne.. le sexisme ordinaire. Souvent, elles ne sont là que pour faire briller le héros (Coollen Hoover est la reine de ce procédé), là pour lui donner le bon rôle, là pour le mettre sur un piédestal. 

C'est facile, trop facile, de succomber à un personnage masculin un tant soit peu intelligent, drôle et sexy.. il peut même être un peu connard sur les bords, on lui pardonnera tout (avec l'essor de la dark romance, je ne sais plus quoi penser de mes pensées justement).

Ne me tapez pas, mais réfléchissez, prenez du recul et dites-moi ce que vous en pensez ?

Alors, depuis toujours, je m'attache d'abord au personnage féminin. J'analyse la façon dont l'auteur le met en scène et l'exploite. J'observe attentivement ses actions, ses réactions, ses pensées.. Bon sang qu'elles sont nombreuses les héroïnes qui exagèrent, qui interprètent tout, qui sautent vers des conclusions hâtives.. Pire, celles qui sont un peu bêtes et malléables. Bouh ! 

Heureusement, il y a les autres et cette année encore, j'ai fait des rencontres de dingue :

  • Le Voyage de Kuro de Satoko Kiyuduki : 
Kuro.
Une jeune fille qui voyage en portant un cercueil sur son dos. Accompagnée de sa chauve-souris qui parle et de deux jumelles aux oreilles de chat, Sanju et Nijuku, elle traverse des villages, des forêts, des grandes étendues.. Sous le soleil, la pluie, la neige.. et elle multiplie les rencontres, plus surprenantes les unes que les autres. A chaque fois, elle apporte le meilleur avant de reprendre la route. Pour le moment, elle est la seule à savoir vers où l’entraîne son roadtrip.


  • Off-campus, tome 2 : The Mistake de Elle Kennedy : 
Grace.
Graaaaaaaaaace est fantastique.. j'adore les personnages qui jacassent, ceux qui n'ont pas de filtres, ceux qui parlent et réfléchissent après. Elle est parfaite, elle est drôle.


  • Morgane de Simon Kansara
Morgane.
Féministe avant l'heure, celle qui aurait dû être reine, ne s'est pas laissé faire.


  • Pas celle que tu crois de Mhairi Mcfarlane : 
Edie <3
Elle subit une véritable fatwa : elle est harcelée, injuriée, diffamée.. Le terrain de jeu préféré de ses détracteurs sont les réseaux-sociaux : page facebook, twitter.. des jouets parfaits pour permettre à tous et à chacun de poser une pierre à l'édifice de son humiliation. ET pourtant, elle ne lâche rien !

  • L'Idée ridicule de ne plus jamais te revoir de Rosa Montero :
Marie Curie.
En quelques pages, on suit le parcours de Marie Curie, de ses débuts à sa fin, en passant par les épisodes phares de sa vie privée, à savoir ses amours, ses enfants, son deuil ; et les épisodes phares de sa vie professionnelle à savoir son travail sur le polonium et le radium qui lui ont valu ses Prix Nobel. 
Puissance, dignité, aplomb.. Ô Marie-Curie, quelle femme ! !


  • Communardes ! : Les éléphants rouges de Wilfrid Lupano et Lucy Mazel : 
Victorine.
Paris, 1870. La ville, alors assiégée par l'armée prussienne, subit le froid et la famine.
L'héroïne, Victorine, une petite fille, intrépide, courage et volontaire.. veut avoir son rôle à jouer dans la libération de sa ville. Pour cela, elle va commencer par être chef de sa bande ! Pour convaincre les garçons de voter pour elle, elle va se lancer dans une campagne avec des promesses et des plans extraordinaires. Son inspiration ? Hannibal !
C'est le début du féminisme, de la réflexion sur les droits des femmes et de la conscience politique féminine.


  • Diabolic de S. J. Kincaid : 
Nemesis.
Nemesis. est une Diabolic. Il s'agit d'une créature, sans émotion, créée par l'homme grâce à une manipulation génétique de l'ADN humain. Elle n'existe et ne vit que pour un seul objectif : protéger l'humain, qui lui a été attribué : Sidonia, la fille d'un sénateur. Pour mener à bien sa mission, elle n'hésite pas à tuer.
Nemesis et Sidonia partagent une drôle de complicité, entre amitié et soumission. Je me suis beaucoup attachée aux deux jeunes filles. Bien que Nemesis retiennent touuute mon adoration !
Elle est l'anti-héros par excellence. Vulnérable et dangereuse à la fois. Elle est fabuleuse, intrépide, intelligente, déterminée et courageuse. Toutes ses actions sont mûrement réfléchies. Rien ne la détourne de ses motivations. Elle est prête à tout pour l'être qui lui est cher, c'est pour elle instinctif !


  • Dans chacun de mes mots de Tamara Ireland Stone : 
Samantha. 
Elle est incroyable ! Sous ses apparences de jeune lycéenne "normale", elle cache une montagne d'angoisses qui l'empêche de mener une vie comme les autres. Comme les autres, c'est tout ce qu'elle voudrait être, alors pour ne pas être rejetée par son entourage, elle cache ses différences sous les apparences. Bon sang, elle m'a fait de la peine. Elle lutte contre elle-même et donne trop d'importance aux gens qui s'arrêtent aux apparences. Heureusement, elle rencontre Caroline et avec elle, elle va se découvrir une nouvelle passion pour terrasser ses démons. 
Samantha est incroyable. Courageuse, battante.. De page en page, elle se révèle pour notre plus grande fierté.

  • Une femme de Showa de Ikki Kajiwara : 
Shôko.
Il s'agit du parcours de la petite Shôko, une orpheline de guerre dans le Japon d'après-guerre. Sa survie est entièrement motivée par la vengeance et la colère. Ceux qui lui ont fait du mal, ceux qui ont fait du mal à ses proches.. Personne n'est à l'abri. Loyale, farouche et intrépide... Elle m'a soufflée par sa schizophrénie : tantôt courageuse et rancunière, tantôt naïve et insouciante !


  • Moloka'i de Alan Brennertac : 
Rachel.
Rachel petite, Rachel adolescente, Rachel adulte.. elle m'a impressionnée par sa persévérance, sa force, sa sagesse et son optimisme. A chaque épreuve, je me suis dit "Mais ce n'est pas bientôt fini, là, elle a eu son compte" et pourtant ça continue, elle continue. Son crédo « Rien ne pourra jamais être pire que ce qui m'arrive là ». Elle est bluffante.


  • Le Père Noël est paffé... de Marie-Hélène Branciard
Doll.
Elle agit d'abord, elle réfléchit après. Elle t'aide d'abord, elle regrette après.
Un petit bout de femme qui s'apprête à noyer une rupture avec une bonne dose de tequila et des fraises Tagada, maaaais ça, c'était avant de se retrouver babysitter d'une petite fille aussi muette qu'une carpe. Doll ne sait pas dire non, mais elle ne s'arrête pas de réfléchir pour autant.


  • Ça a commencé comme ça de Angela Morelli : 
Flore.
Flore c'est la mère à tout faire, vous savez, celle qui se décarcasse continuellement pour les autres et s'oublie la plupart du temps. Sans attendre de reconnaissance, elle fait simplement ce qui lui semble bon d'être fait. Alors, elle rend des services, elle propose son aide, elle accepte des projets.. et quand elle peut, elle dort un peu.
Flore c'est une SuperWoman. Elle m'a épatée. D'autant plus, qu'elle est loin de trouver son emploi du temps ingrat, elle ne se plaint à aucun moment. Elle voit continuellement le verre à moitié plein, c'est rafraîchissant. En plus d'être optimiste, elle est courageuse, débrouillarde et inventive. Elle est pourvue d'une empathie sans limite, presque dangereuse !


  • La téméraire de Marine Westphal : 
Sali.
C'est l'histoire de Sali et Bartolomeo, mariés et passionnément amoureux depuis 35 ans, qui se retrouvent confrontés à la vie l'un sans l'autre.. Pire que ça, l'un est dans l'attente de la disparition de l'autre. Une attente cruelle et dévastatrice, qui peu à peu laisse la place aux souvenirs joyeux du couple et de leur petite famille. C'est touchant et bouleversant. Impossible de ne pas tomber dans leur chagrin ! J'ai été soufflée par la force de Sali, sa capacité à mettre de côté ses sentiments pour offrir le meilleur à Bartolomeo, ce niveau d'abnégation, c'est de la sainteté.


  • Never forget de Monica Murphy : 
Katie.
Katie a été kidnappé à l'âge de 12 ans, alors qu'elle était dans un parc d'attractions avec sa meilleure amie. Sa première sortie, sans ses parents, s'est soldée par 3 jours de séquestration à subir les pires horreurs pour finalement être secourue par un ange gardien.

Secouru est un grand mot, depuis, elle mène une vie complètement amputée de sa confiance en elle et de l'insouciance, la frivolité et le détachement qui devrait faire partie de sa personnalité. Privée d'adolescence, elle n'a pas eu l'occasion de les affûter. Elle bourrée d'incertitudes, de complexes, de craintes. Ajouté à cela une famille qui la couve et sur-couve.. Autant dire qu'elle est privée de ses ailes pour déployer son indépendance. Pourtant, elle est loin d'être vulnérable, au contraire elle est combative. Elle a une approche très pragmatique de sa situation. Loin d'être victimaire, elle supporte à peine les gens qui s'apitoient sur son sort. Elle tente simplement de tourner la page. C'est terrible de découvrir que, malgré tout, la volonté et la détermination ont des limites.

Ah, j'ai adoré Katie, à chacune de ses interventions, je me suis transformée en cheerleader ! Elle m'a donné envie d'entrer dans le roman pour lui dire It Gets Better (un peu comme une star du projet ;-)) ! Et puis, à chaque fois, je me disais.. non, elle n'aime pas les câlins et elle ne se voit pas comme une victime. Alors #GoKatie de loin et sans se toucher :)


  • La Princesse vagabonde de Da Xia :
Yongning, aka Li Changge.
Une princesse fugitive qui, travestie en homme pour échapper à une mort certaine, se fait passer pour morte..
Elle est parfaite : rusée, audacieuse, intelligente, intrépide et patiente. Elle se relève d'une habileté militaire incroyable, mais par ailleurs, elle est tellement fragile..


Et vous, vous avez fait des rencontres d'héroïnes de dingue dernièrement ??Au plaisir.

19 août 2017

#Bloglife - Bilan Anniversaire : Top 10 Romans


1. La tresse de Laetitia Colombani :
L'auteur, sans dramatiser et sans banaliser, nous propose un roman implacable sur la condition des femmes dans le monde ; sur les violences physiques, verbales et invisibles qu'elles subissent ; sur lâcheté ordinaire et la passivité de ceux qui voient et ne réagissent pas.

Un premier roman de cette force, révèle forcement une auteure prodigieuse. Il me tarde de lire ses prochains textes.


2. Arrête avec tes mensonges de Philippe Besson
C'est l'histoire d'un amour ordinaire dans une époque et un contexte qui le rend extraordinaire, les années 80. 

Le héros, un jeune homme de 17 ans, nous invite dans son intimité, et nous raconte son histoire d'amour clandestine et éphémère avec Thomas. Il nous raconte chaque étape de cette histoire : Les balbutiements du début, la routine qui s'installe, mais aussi sa fin. Un amour de quelques mois qui marquera à jamais sa vie et celle de son compagnon.


3. La porte du ciel de Dominique Fortier
Ce tout petit roman, est plein de grandes et de petites choses sur l'Histoire des Etats-Unis. C'est également un rappel des faits, une remise en mémoire du sort réservé aux esclaves. Une lecture qui pousse à l'indignation évidemment.


4. Looping de Alexia Stresi : 
Quelle aventure ! Le destin incroyable de trois femmes : Camilla, Noelie et Chicca. La mère de la fille et sa petite-fille. Enfin, c'est plutôt l'histoire mouvementée, incroyable, fantastique de Noelie que l'auteur nous conte. 

Oui, elle nous raconte son histoire à l'image d'un conte, un conte auquel on croit dur comme fer, tant c'est crédible, réaliste.. Elle nous embarque dans cette famille pas comme les autres et on y croit. Puis, révélation : tout est fiction ! Je me suis fait avoir. C'est dire la poigne de l'écriture, le charisme des personnages et l'impression de véracité de l'histoire dans l'Histoire. 

Coup de cœur pour ce bout d'histoire, pour ce récit entraînant à l'image d'une aventure fabuleuse et pour ces héroïnes féministes avant l'heure sans aucune revendication que celle de disposer de leurs droits.



5. Moloka'i de Alan Brennert
Une fois commencé, c'était difficile d'interrompre ma lecture.. d'ailleurs, j'ai vraiment lu n'importe comment, dès que j'avais une minute, pour en savoir plus, rapidement, maintenant, tout de suite. Couchée tard, levée tôt pour grappiller quelques pages, un chapitre de plus. Une semaine entièrement rythmée par ma lecture et un sommeil chaotique. C'est un roman riche, dense qui fourmille de personnages et d'informations. J'ai appris un million de choses, des petites, des grandes, des révoltantes, des touchantes, des tranchantes. J'ai été bouleversée par des personnalités et chamboulée par des fonctionnements. Je suis passé par mille émotions, évidemment, c'est un coup de coeur renversant.


6. Écoutez nos défaites de Laurent Gaudé : 
Un roman très court et très fort sur la vanité de toutes les guerres, de toutes les batailles.. Celles qui sont gagnées et celles qui sont perdues. D’ailleurs peut-on parler de victoire quand les morts se comptent par milliers ? Ce roman, c’est une leçon de vie, une claque douloureuse qu’on n’oublie pas de ci tôt, encore plus ces derniers temps.


7. Ecoute-moi bien de Nathalie Rykiel 
Nathalie Rykiel, nous raconte l’histoire de sa mère, sa "mère-veille", Sonia. Enfin, un bout d’histoire, un bout de leur histoire, à l’une, à l’autre et puis surtout à toutes les deux. Elle nous livre ici ses sentiments, ses impressions sur sa mère, sur son parcours, sa façon de mener et de prendre à bras-le-corps la vie, sa façon de mourir aussi. 

Sans pathos, sans excès. Bien au contraire, toute en justesse, pudeur, bienveillance et poésie. L’auteur nous raconte son histoire comme elle vient, de façon très spontanée et instinctive. La plume de l’auteur transpire la sincérité et l’amour. Elle livre un bel hommage, un bel éloge et surtout une déclaration d’amour à Sonia Rykiel, cette femme farouchement rebelle et indépendante, inspirante et provocante. Elle nous parle des belles années et de celles, moins joyeuses, de la maladie, de cette P de P. Avec une constance extraordinaire : l’entourage familial à toutes les épreuves. Ils appliquent à merveille la maxime : tous pour un, un pour tous. Une présence digne de la famille Corleone ! 

C'est une lecture féroce, ébouriffante et bouleversante.

8. L'Idée ridicule de ne plus jamais te revoir de Rosa Montero
Deux thèmes : l'amour et le deuil ; deux destins : celui de l'auteur et celui de Marie Curie. 

L'auteur confronte leurs réactions face à la perte d'un être cher, en l'occurrence un époux. Pour cela, elle s'appuie sur le journal de deuil que Marie Curie a rédigé tout au long de l'année qui a suivi la mort de son Pierre. 20 pages qui témoignent de leur amour, leur intimité, leur engagement.

L'auteur aborde plusieurs questions qui flirtent avec le deuil, à savoir : la vie, l'amour, l'amitié.. Sans pour autant se limiter à ça, elle nous parle aussi d'elle, de son rapport à l'écriture, à l'art. Fervente féministe, elle n'oublie pas de nous donner une leçon sur la place imposée (et réel) à la femme dans la société. Elle nous donne son point de vue sur tout, sur rien.. et tout est surtout un prétexte pour nous parler de Marie Curie et son parcours, sa famille, ses choix, ses aspirations, ses réussites, ses échecs, ses amis, ses ennemis.

Pour cela, l'auteur distille des extraits de ce journal de deuil tout au long de son récit, et elle glisse également des extraits des biographies rédigées sur Marie Curie. Son récit y gagne en profondeur.

En quelques pages, on suit le parcours de Marie Curie, de ses débuts à sa fin, en passant par les épisodes phares de sa vie privée, à savoir ses amours, ses enfants, son deuil ; et les épisodes phares de sa vie professionnelle à savoir son travail sur le polonium et le radium qui lui ont valu ses Prix Nobel. Puissance, dignité, aplomb.. Ô Marie-Curie, quelle femme ! !

J'ai trouvé l'écriture de l'auteur très fluide. Elle s'adresse directement à nous, comme si elle nous parlait d'une bonne copine à elle. Ça rend le récit ludique, instructif et captivant. Les passages de la vie de Marie Curie et les passages sur la vie de l'auteur s'imbriquent comme dans une bonne partie de tetris.

C'est une belle réussite. Ce livre, j'en suis tombée amoureuse !


9. L'amie prodigieuse de Elena Ferrante
C'est le témoignage d'une amitié extraordinaire, celle de Lila et Elena. Vous savez, le genre d'amitiés dont il est impossible de remonter au temps du commencement. Aujourd'hui, elles ont soixante ans, et l'une d'elles a disparu volontairement. Elle est partie avec toutes ses affaires (même les photos sur lesquelles elle apparaissait) pour disparaître, pour s'envoler (tiens comme dans Les évaporés de Thomas B Reverdy).

Quand son fils se lance à sa recherche, Elena, elle, ne s'inquiète pas, mais elle décide de lutter contre la stratégie de Lila : elle va coucher par écrit tout ce dont elle se souvient de son amie, leurs rencontres, leurs bêtises, leurs joies, leurs peines, leurs interrogations. 

Ainsi, on va suivre le parcours de deux jeunes napolitaines ordinaires de leurs cinq ans à leurs quinze ans (les années qui suivent font l'objet de deux autres romans) dans les années 50. 

Bon sang, en 10 ans, il s'en passe des choses. Les filles sont, tour à tour inséparables, puis séparés. Elles font les 400 coups et se font chopper les 400 fois, c'est jubilant. Mais surtout, on suit avec plaisir (et les dents serrées aussi) les mœurs et les coutumes de l'époque, avec le sort réservé aux jeunes filles : la place de l'école, la famille, l'autorité parentale, le "qu'en-dira-t-on". Et puis les élans de rébellions, les premières histoires d'amour. Plein de petites choses, qui sont loin d'être petites pour ceux qui les vivent.

On découvre également les revers de cette amitié extraordinaire avec les tourments que se font subir les deux jeunes filles. Entre mimétisme et jalousie, l'amitié malsaine n'est jamais très loin.

L'écriture d'Elena Ferrante est à l'image de ses personnages : vivante et fluide. Simple, sans fioriture, sans envolée lyrique et tellement percutante.

Ce roman, c'est un bout de vie. C'est pétillant, c'est chaleureux, c'est plein d'entrain. C'est drôle et triste. C'est la vie.


10. Mortels trafics de Pierre Pouchairet
Un très bon roman sur les rouages des trafics de drogue et surtout les dommages collatéraux qu'ils entraînent. 

Dès, les premières pages, ça commence fort, pas le temps de s'ennuyer, l'auteur ne nous épargne rien : il nous présente (à peine) une multitude de personnages et utilise le champ lexical complet de l'univers policier et en prime, toutes les abréviations et les acronymes. C'est une immersion complète. Tout va très vite, les actions entraînent des réactions et les hypothèses, de nouvelles pistes. Dans ces conditions, impossibles de reposer le livre avant de l'avoir terminé. 

Les personnages qu'on suit sont attachants et investis. Ils ne ratent aucune occasion de faire trait d'humour. D'ailleurs, c'est absolument rafraîchissant de suivre des policiers qui ne sont ni dépressifs, ni désabusés !





Lait et miel de Rupi Kaur aux éditions Charleston :

Un recueil de poésie en 4 parties. 4 parties pour 4 phases de la vie de l'auteur. Tout au long de ces parties, on assiste à la résilience et plus que ça a la résurrection de l'auteur. 

Elle nous propose des poèmes plus ou moins courts, ponctués d'illustrations. Des poèmes incroyables, inspirants, enrichissants et redoutables. Des poèmes concrets avec des thématiques percutantes et universelles. Des poèmes coups de cœur ou coup de poing. 

Quand la souffrance se transforme, en poésie, en amour, en espoir, en courage, en bienveillance et surtout en réalisation de soi : C'est beau, c'est triste, c'est ouf ! 


Et vous, vous avez eu des coups de coeur romans dernièrement ?
Au plaisir.


18 août 2017

#BlogLife - Blog BDay


Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de la reprise du blog : 
Quatrième année !

À mon sens, cette année a été la plus nonchalante de toutes mes années de blogging. Souvenez-vous, j'avais dit des années précédentes : 
  • La première année a été intense avec un enchaînement de nouveauté : de la rédaction des articles, au rythme de publication, en passant par l'utilisation des réseaux sociaux.
  • La deuxième année a été surmenée.. c'était la pire : l'envie de bien faire était au rendez-vous. Et comme souvent, cette volonté pollue un peu la spontanéité et la légèreté.
  • La troisième année, a été la plus sereine : certainement, parce que j'ai lâché du lest. Il faut dire que mon leitmotiv dans la vie de tous les jours, est également devenu ma philosophie de blogueuse : ne jamais se forcer !
  • La quatrième ? La plus nonchalante, pour ne pas dire la plus propice à la procrastination. Pourtant, c'était également l'année au mille et un projets et celle des nouveaux partenariats. Sans jamais remettre en question mes engagements, cette année s'est passée tout en douceur.

Cette année, a été celle d'un nouvel engouement de lecture. J'ai vécu une véritable rééducation de mes goûts et j'ai fait la découverte de l'univers des mangas. Je suis tombée sur des trucs fabuleux et d'autres encore plus fabuleux. Une découverte accompagnée pas à pas par @Nintendark qui a complètement rebooté ma culture. Merci infiniment .

Cette boulimie de lecture de bandes-dessinées/ mangas a entraîné la création d'une nouvelle rubrique sur le blog, les "Je dis : BD". Rubrique, qui aujourd'hui est la plus recherchée et consultée sur mon blog. Je trouve ça très, très, perturbant.

Cette année, ma PAL.. nooon, non, pas de sujets qui fâchent aujourd'hui. #Deni1jour/DeniToujours

Cette année, j'ai réalisé que j'étais entouré des bisounours de la blogosphère . Que des gens bienveillants, sympas, drôles.. Encourageants et stimulants. Un crew virtuel que je n'échangerai pour rien au monde. Merci à tous pour vos mails, vos commentaires, vos mentions sur les RS, vos cartes postales.. Vos avis de lecture qui entraînent le déclin de ma PAL. Votre présence et votre gentillesse.

D'ailleurs, cette année, j'ai clairement écorché mon anonymat avec des rencontres IRL, lors de présentation chez des éditeurs, du Salon du Livre de Paris, du Paris Manga, du Festival du Roman féminin ou lors de rencontres spontanées autour d'un repas tout simplement. Anonymat écorché également par des live en vidéos : l'une en partenariat avec NetGalley, et l'autre lors de la soirée pyjama Highlander proposée par La malle aux livres . Bon. Ayant un pouvoir de discrétion, je crois que ça va le faire tout de même.

Cette année, au boulot, le rythme a été intense, avec des enchaînements d'animations autour d'une multitude de thématiques. J'ai eu le plaisir de participer et de mettre en place des projets canons : 

  • autour du club de lecture, avec notamment la participation au Jury du Prix Orange du livre 2017 porté par Lecteur.com. Ca a été un marathon de lecture incroyable et une aventure fabuleuse. 
  • des actions et des événements avec le tout public, notamment la rencontre d'un auteur de bande dessinée que j'adore de fou de flingue , le lancement d'un Prix littéraire, un casting de la voix.. J'ai participé à des conférences, des formations et des rencontres / débats intéressantes et enrichissantes. Que du bonheur. Bonheur chronophage qui explique sans mal que j'ai lâché du lest avec le blog. 


Pas plus de platitude.
Merci de me suivre, moi et mes chroniques tous les mille ans,
moi et mes régimes PAL, moi et mes ... merci de me suivre !
#Bis

Pas de concours pour fêter ça, non, non, je vous propose plutôt une série de bilans de l'année de blogging qui vient de passer (tout droit inspiré des rétrospectives annuelles que nous propose copine Althea ❤ en fin d'année). 9 jours, 9 thématiques : 
  • Des catégories classiques avec les meilleurs romans / albums et les titres à éviter.
  • Des catégories rigolotes avec le crew idéal, les book boyfriends, les meilleures héroïnes et enfin, enfin les.. Vous verrez.

Constituer ces listes a généré un nombre incalculable de fous rires. 
Alors, si vous n'êtes pas d'accord avec le classement d'un roman, d'une BD, d'un personnage, paaarlons-en :)

With love
Bib'

15 août 2017

Crush de Maya Banks


J'ai découvert ce roman grâce à la plateforme NetGalley et les éditions Harlequin. 
Merci à vous, pour cette opportunité de lecture !

Résumé :
Eliza Cummings n’a rien d’une demoiselle en détresse. Elle est déterminée, farouche et prête à tout pour empêcher le monstre qui a fait de son adolescence un enfer de frapper à nouveau. 

Wade Sterling n’a rien d’un héros. Il est arrogant, autoritaire et égoïste. Mais il n’aime pas du tout la lueur de panique qu’il surprend dans le regard d’Eliza. Car Eliza est à lui, corps et âme – il le sent dans chaque fibre de son être depuis le premier regard qu’il a posé sur elle, ou peut-être depuis leur première dispute. Alors, s’il doit se battre contre des démons dont il ne sait rien pour protéger ce qui lui appartient, il le fera. Il n’a pas le choix. Avec Eliza, il n’a jamais vraiment eu le choix. 

Moi j'en dis :
Tout d'abord, je dois dire que je n'ai pas lu la série Slow Burn de l'auteur. Série dont Crush est le Spin-Off.. Cette lacune de lecture a forcement été pénalisante. Je n'explique pas autrement mon manque d'emballement pour cette nouvelle publication de Maya Banks, auteur que j'adore par ailleurs (notamment pour ses romances historiques).

Voyez comme j'ouvre le parapluie pour que les fans ne me tombent pas dessus xD

Ici, elle nous propose une romance à suspens avec une touche de fantastique, que j'ai mis beaucoup de temps à cerner. Le début est assez opaque : riche en information et en personnages. En lien direct avec la série Slow Burn. En tant que lectrice novice de l'univers, je me suis sentie dépassée.. Passez la surprise, je me suis dit "ce démarrage fait office d'In medias res, accroche-toi". En gros, à moi de plonger dans le roman pour comprendre les tenants et les aboutissants des intrigues, pour rattraper l'histoire et comprendre les liens qu'il y a entre les personnages.

C'est vers la moitié du roman que la brume se retire de l'horizon et avec ça, j'ai retrouvé ma respiration. Là, enfin, l'héroïne, Eliza Cummings, explique le pourquoi du comment de ses réactions. Enfin, le roman s'éclaire, tout prend du sens, et même plus : deviens intéressant. 

Malgré tout ma lecture à été laborieuse. De façon globale, j'ai trouvé l'histoire opaque. L'auteur tente de détacher cette nouvelle série, tout en l'intégrant dans un contexte déjà existant.. Résultat, elle perd les lecteurs novices, a qui il manque clairement des clés de compréhension (Exemple ? Que signifie l'acronyme SSD ?!). 

Pour faciliter la compréhension, elle répète inlassablement les mêmes informations de pages en pages, de chapitre en chapitre, c'est aussi rebutant qu'une relecture intégrale d'un texte écrit en épisode sur Wattpad*. A chaque fois qu'un auteur fait ça, j'ai l'impression qu'il est sénile ou pire qu'il prend le lecteur pour un sénile.

Au-delà de ça, je dois admettre que j'ai mis énormément de temps à comprendre :
  • la présence de fantastique. L'auteur enrobe ça avec tellement de précaution, que plus d'une fois, je me suis dit "mais non, n'interprète pas, elle n'a pas de pouvoir". 
  • la temporalité des actions passées / présents. Impossible de saisir combien de temps passe entre la série Slow Burn et Crush. A plusieurs reprises, quand l'auteur parle du passé des personnages, elle aborde des actions de la série précédente.. Mais impossible de savoir si elle parle d'action y a un ou dix ans ?!
  • les liens entre les personnages. L'auteur entretien un flou, volontaire (?), résultat, j'ai eu du mal à assimiler les personnages, je les ai mélangés et impliqués les uns avec les autres. 

Verdict : Une fois que l'intrigue se dénoue, une fois qu'on entre dans le pourquoi du comment l'héroïne se lance dans cette mission suicide, l'histoire devient captivante, intéressante dans sa complexité et passionnante. L'histoire monte en flèche très vite.. Mais voilà, il reste 100 pages, et la romance ne s'est pas encore mise en place.. Autant vous dire que l'effet retombe très vite. C'est frustrant, on sent que l'auteur a frôlé à potentiel qu'elle n'a pas exploité jusqu'au bout.

Bonus : J'ai découvert, en publiant mon avis de lecture que l'auteur avait tout d'abord publié ce roman sous forme d'épisode. Tout s'explique. 

Les infos : 
Date de parution : 31/05/2017
Editeur : Harlequin
Collection : &H
Nb. de page : 486 pages
Prix : 14.90€

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.

14 août 2017

#BlogLife - Des vacances


Bonnes vacances & A bientôt les amis !
Des bisous <3

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by Fearne.