Slider

The Revenge Plan de Linda Kage

7 août 2020


Résumé :
Quand la vengeance devient tentation 
Lorsqu’elle découvre en rentrant chez elle un soir que son petit ami la trompe avec l’étudiante qui partage sa chambre, Haven est dévastée.
Pour se venger de cette trahison, elle imagine un plan aussi simple qu’efficace : se rapprocher de Wick Webster, l’ennemi juré de son ex, afin de rendre ce dernier jaloux. Ça tombe bien, Wick semble tout disposé à l’aider et accepte même de l’accueillir en tant que nouvelle colocataire. Mais très vite, Haven prend conscience que la cohabitation va être beaucoup plus difficile qu’elle ne l’imaginait. Car Wick est un sportif dangereusement séduisant, et ses attentions quotidiennes en font une tentation redoutable…

Moi j'en dis :
Quelle histoire, quelle histoire, quelle histoire ! 

Le roman s’ouvre avec Haven, l’héroïne, qui découvre son petit ami Topher en plein ébats avec sa colocataire. Ni une ni deux, elle prend la fuite, et tente d’échapper à ses images, à ses paroles sirupeuses et ses tentatives de cajolerie. Propulsée dans un détachement mental, elle percute Wick qu’elle entraîne malgré lui dans ses histoires. Chevaleresque comme pas deux, il décide de la prendre sous son aile et lui offre un véritable refuge en plus de son amitié. À ses côtés, elle reprend du poil de la bête, et découvre pas à pas l’influence nocive que Topher a eue dans sa vie, dans sa réalisation de soi et son épanouissement. Soutenue par Wick, et ses proches, elle ouvre les yeux et les ouvre en grand.

J’ai avancé dans cette lecture avec avidité. Pressée d’en savoir plus sur les deux cadences du récit qui se jouent ici : l’histoire de nos héros, et la publication d’une fiction dans le journal de l’université qui donne un éclairage saisissant à ce qui se déroule dans la vie d’Haven et Wick. J’ai adoré la complicité qui se développe entre pas eux. Et surtout, je les ai adorés l’un et l’autre. Leur transparence est rafraîchissante. Pas de faux-semblant, pas de quiproquo, de malentendu, ils se disent les choses avec franchise (quand ils sont prêts à les dire, faut pas déconner, le lecteur va de frustration en frustration).

Il y a beaucoup de choses intéressantes dans cette histoire, qui a une teneur particulièrement féministe je trouve. L’éveil d’Haven est revigorant et parallèlement, on est révolté de découvrir l’ampleur de la mainmise que Topher lui avait imposée. La toxicité de leur relation apparaissait aux yeux de tous et pourtant personne n’a jamais pris la peine de lui en parler. C’est d’une véracité cruelle. 

Wick aussi n’est pas en reste avec le mystère qu’il s’efforce de refouler de peur d’avoir à gérer une colère titanesque (hautement justifiée ?!). Malgré lui il se retrouve dans un maelstrom de sentiments et de questions, ses proches sont inquiètes et pourtant, sans jamais rien laisser transparaître, il prend sur lui, se met en veilleuse et donne le meilleur de lui-même en bon samaritain.

L’auteur contourne tous les leviers habituels de la romance, et nous propose une histoire originale et entraînante. D’ailleurs, quel bonheur de découvrir leurs familles : aimantes, soudées et complices ! 

Verdict : Très très très bonne histoire, qui a su renouveler une thématique particulièrement éculée et y glisser des prises de positions fortes sur des problématiques d’actualités. Pour ne rien gâcher, j’ai été baladée de surprise en surprise et j’ai adoré.

Bonus : le résumé est particulièrement à côté de la plaque. Il ne rend pas du tout justice à cette histoire et lui donne une coloration qu’elle n’a pas.

Les infos : 
Date de parution : 06/01/2021
Editeur : Editions Harlequin 
Collection : &H
Prix : 6,99€

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.


Et ne t'avise pas de m'embrasser de Mhairi McFarlane

4 août 2020


Résumé :
Se faire quitter après dix ans d’amour, c’est dur.
Se faire quitter par son collègue après dix ans d’amour et de cohabitation professionnelle, c’est très dur.
Pour sauver sa réputation et son image, Laurie n’a pas le choix  : elle doit vite trouver le moyen de montrer à tous – à commencer par son ex et sa nouvelle copine – qu’elle a tourné la page et rayonne de bonheur. Problème  : elle ne sait plus draguer. Heureusement, la solution est livrée directement à son bureau en la personne de Jamie , nouvel employé très séduisant. Car il se trouve que Jamie a besoin d’une couverture pour redorer son image de cadre dynamique et bien sous tous rapports. Adjugé vendu  : ils vont mettre en scène leur (fausse) idylle sur les réseaux sociaux pour convaincre (et faire baver d’envie) tout le monde de la beauté de leurs sentiments. Et si l’illusion devenait réalité  ?

Moi j'en dis :
Mhairi McFarlane est sans conteste l’une de mes autrices de romance favorites. Elle a le don pour raconter des histoires sur les ordinaires et les petits riens de la vie. Elle est pour moi l’autrice phare du Feel Real, genre littéraire dans lequel elle s’inscrit depuis toujours, même si la tendance ne perce qu’aujourd’hui.

Ici, elle s’attaque à une thématique hautement épineuse pour toutes les lectrices romantiques : la fin du premier amour et d’une histoire longue. Elle le fait avec finesse et sans jamais tomber dans la précipitation. Chaque étape est abordée en douceur. J’ai eu l’impression de vivre la séparation avec eux, tant les doutes de l’un et les réactions de l’autre étaient palpables et authentiques ! Je n’ai eu aucun mal à saisir les tenants et les aboutissants de chacune de leurs décisions. Entre nous, sachez que j’en ai fait un cauchemar !

Elle nous parle aussi :
  • du « background » des relations amoureuses héritées des parents. Sans entrer dans la psychogénéalogie, elle nous parle surtout des schémas qui se répètent ou au contraire, qui sont esquivés jusqu’au non-sens au point de s’enliser dans une situation sans issue.
  • Des œillères que les membres d’un couple peuvent placer habilement et même stratégiquement sur les thématiques qui soulèvent trop de problématique, au point de les gommer et de tomber de l’armoire quand elles refont surface. 
  • De l’impôt communautaire qui fait commencer l’ascension sociale en négatif, plutôt qu’à la case de « départ ». 
  • De la bataille que mène une femme qui travaille dans un milieu masculin pour se faire entendre et faire peser sa voix. C’est l’occasion également de voir comme les femmes soutiennent les demandes de promotions de leur partenaire, mais n’osent jamais se lancer dans leurs propres demandes.
Des thématiques fortes et qui sont profondément d’actualités, sous couvert d’une petite histoire de fausse idylle dans un milieu professionnel très étriqué.

En effet, le petit ami de Laurie, l’héroïne, vient de la quitter après une relation de près de dix ans. En couple depuis leur période d’étudiant, il n’est plus en phase avec elle, et souhaite se découvrir en tant qu’individu… enfin jusqu’au moment où une playlist spotify met Laurie sur la bonne piste ! La voilà célibataire, sans la mise à jour de codes de la séduction et surtout terriblement blessée et même broyée par le fait qu’elle tente de ne rien laisser transparaître. En effet, bien que séparée de son premier amour, celui-ci reste son collègue de travail… qu’elle continue à le voir tous les jours. Dur, dur, dur ! Et il est hors de question pour elle de donner le moindre grain à moudre aux commères.

Acculée par sa fierté et le regard des autres, elle se laisse tenter par le plan de Jamie. Son collègue arrogant (en apparence) lui propose une fausse romance diffusée sur les réseaux sociaux. Ils y gagnent tous les deux : il redore son blason qui motive sa demande de promotion et elle se défait de son attirail de femme abandonnée.

Bonus : Ah Jamie. Il est parfait. PARFAIT. Je l’ai adoré d’un bout à l’autre. Les apparences ne lui sont pas favorables. Clairement, il est trop ambitieux pour le milieu étriqué dans lequel il est amené à évoluer. 

J’ai passé un excellent moment avec cette lecture que j’ai trouvée intelligente et inspirante. Les personnages sont construits avec précision, sans rien laisser au hasard. Chaque facette de leur personnalité est pensée et pesée. D’ailleurs, j’ai trouvé la plongée dans leurs milieux familiaux intéressants. Comme dans la vraie vie, on découvre les gens sous un nouveau jour quand ils sont en présence de leurs parents. L’auteur déploie ses personnages dans des intrigues qui sont riches et surtout ont du sens. 

Verdict : C’est un coup de cœur.

Les infos : 
Date de parution : 24/06/2020
Editeur : Editions Harlequin 
Collection : &h
Nb. de page : 360 pages

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.


Les émois du mois #77 | Juin & Juillet 2020

31 juillet 2020

LE « MOI » DE Juin & Juillet

En chaque fin de mois, un petit recap' en facette de mes lectures ! Avec en quelques lignes mes impressions sur la "meilleure" et la "moins bonne"  lecture du mois.




Juin, Juillet, 

Après le confinement, le temps a dérapé ! 
J’ai oublié de faire un bilan de mes lectures au mois de juin, je le combine avec le bilan de lecture du mois de juillet, ça tombe bien il a été particulièrement pauvre en lecture.
J’ai lu des choses très chouettes (d’où le retour des cœurs dans les lectures qui ne sont pas sur mon podium). Plus d’une fois, des titres que j’ai regardés de haut m’ont rabattu le caquet, et ça franchement, c’est rafraîchissant ! 

Le mois d’août étant le mois du mal, je n’ai pas d’ambition de lecture. Je vais piocher dans la rentrée littéraire et me laisser porter. 

Bel été à vous, 
Restez prudent, pour vous et vos proches ;-)

 

Mes lectures : 

    Juillet (2020)
    • La Fiancée de Kiera Cass
    • Les MacAllister, Tome 3 : Né dans le péché de Kinley MacGregor
    • Bad Girl, Sexy Boy de Elizabeth O'Roark
    • Break the Rules de Victoria Arabadzic

    Juin (2020)
    • Klaus, Tome 1 de Grant Morrison et Dan Mora
    • La Traversée de Clément Paurd
    • Les Indes Fourbes de Alain Ayroles et Juanjo Guarnido
    • Algues vertes, l'histoire interdite de Pierre Van Hove et Léraud Inès
    • Mach 2, Tome 1 : Une fille dans le viseur de Loraline Bradern
    • La Nuit est mon royaume de Claire Fauvel
    • Si je reviens un jour, Les lettres retrouvées de Louise Pikovsky de Thibaut Lambert et Stéphanie Trouillard
    • The Revenge Plan de Linda Kage 
    • Stanley Greene, une vie à vif de Jean-David Morvan, Tristan Fillaire
    • Jim Curious, tome 2 : Voyage à travers la jungle de Matthias Picard
    • Et ne t'avise pas de m'embrasser ! de Mhairi McFarlane
    • Tous nos jours parfaits de Jennifer Niven
    • Break the Rules de Victoria Arabadzic

    TOP 

    • Et ne t'avise pas de m'embrasser ! de Mhairi McFarlane
    J’ai passé un excellent moment avec cette lecture que j’ai trouvée intelligente et inspirante. Les personnages sont construits avec précision, sans rien laisser au hasard. Chaque facette de leur personnalité est pensée et pesée. 
    Ici, elle s’attaque à une thématique hautement épineuse pour toutes les lectrices romantiques : la fin du premier amour et d’une histoire longue. Elle le fait avec finesse et sans jamais tomber dans la précipitation. Chaque étape est abordée en douceur. J’ai eu l’impression de vivre la séparation avec eux, tant les doutes de l’un et les réactions de l’autre étaient palpables et authentiques ! Je n’ai eu aucun mal à saisir les tenants et les aboutissants de chacune de leurs décisions. Entre nous, sachez que j’en ai fait un cauchemar !

    • Algues vertes, l'histoire interdite de Pierre Van Hove et Léraud Inès : 
    Une mise en lumière saisissante d’un phénomène dont le danger relève de la santé publique, malgré toute la stratégie qui tend à le rendre le plus opaque possible. Bravo pour ce travail d’investigation précis et « accessible ».

    • Jim Curious, tome 2 : Voyage à travers la jungle de Matthias Picard : 
    Prodigieux !


    BOF

    • La Fiancée de Kiera Cass
    Dans ce nouveau roman, l’auteur applique la recette qui lui a assuré du succès jusque là, mais ici cela ne prend pas.
    L’histoire s’installe péniblement avec une lenteur qui s’apparente à la nonchalance de la cour pour finalement se précipiter et se bousculer dans les dernières pages avec un amas de rebondissements dont la crédibilité est fragile.
    J’ai eu beaucoup de mal trouver de l’intérêt à l’intrigue et quand ça devient intéressant ça tourne en eau de boudin.

    • Si je reviens un jour, Les lettres retrouvées de Louise Pikovsky de Thibaut Lambert et Stéphanie Trouillard
     Intéressant sans être transcendant... avec une illustration qui n'est pas du tout ma tasse de thé.

    • La nuit est mon royaume de Claire Fauvel : 

    Je ne me souviens pas l’avoir choisi ni ajouté dans mon panier d'achats. Erreur d’aiguillage, je ne vois que ça : je ne connaissais pas l’auteur, et je ne suis pas fan de l’éditeur ! Malgré tout, j'ai testé et manque de chance : Lecture sans intérêt !


    Des Chiffres


      Au plaisir.

      #BlogLife : Vacances, encore des vacances !

      19 juillet 2020


      Enfin presque : déménagement et changement de boulot en cours.
      A bientôt !
      Des bisous <3

      #BlogLife | Juillet je voyage en livres 2020 - Colombie

      3 juillet 2020


      Cette année encore @riendetelque nous propose de voyager en littérature !

      Pour la troisième année consécutive, un roadtrip littéraire s’organise autour du hashtag #juilletjevoyageenlivres depuis hier et jusqu’à la fin du mois. 

      31 jours, 31 participants pour présenter un pays en 3 titres. Cette année, je n’ai eu aucune difficulté à choisir mon pays : la Colombie ! Terre de passion et de tourments, qui bataille, le sourire en étendard, pour faire table rase de son passé d’une tragique violence.




      Pour vous parler de Colombie, j’ai choisi : un polar, une nouvelle et un roman. Leur point commun ? Ils revisitent à leur manière, sans fard, l’histoire du pays !


      • Le polar : « Paz » de Caryl Férey (1er octobre 2019 - Gallimard/Collection Série noire)
      Résumé : Un vieux requin de la politique.
      Un ancien officier des forces spéciales désormais chef de la police de Bogotá.
      Un combattant des FARC qui a déposé les armes.
      Un père, deux fils, une tragédie familiale sur fond de guérilla colombienne.

      Mon avis : L’auteur nous propose ici une plongée fulgurante dans les abîmes de la Colombie. Ce pays de passion, au passé complexe et tragique. Il le fait de manière précise et méthodique. En effet, au-delà de l’intrigue policière, il nous donne toutes les clés historiques, politiques et économiques pour comprendre le pays. Ce qui rend le récit intéressant en plus d’être addictif.

      L’histoire balance autour de deux thématiques :
      • d’un côté, la paix : le processus est amorcé. Une équipe de politiciens avisée, menée par Saul Bagader, coordonne le mouvement. Face à eux, les paramilitaires, les FARC et les narcotrafiquants ont déposé les armes.
      • de l’autre, l’hécatombe : les cadavres tombent du ciel, les morts sont mutilés, les crimes sont mis en scènes. La terreur des pires heures de l’histoire se rejoue. Lautaro Bagader, chef de la police de Bogota mène l’enquête.
      L’histoire est pleine de subtilité, grâce à une palette de personnage vaste qui nous permet, ou du mois nous donne l’impression, de saisir tous les enjeux. Tous les points de vue ont la parole, le résultat est saisissant.

      Pas de place à la demi-mesure. Ici, l’auteur ne nous épargne rien, les descriptions sont explicites. Cela dit, impossible d’interrompre la lecture sans y revenir rapidement pour en savoir toujours plus. Tisser les liens entre les intrigues des différents personnages. Émettre des hypothèses pour les balayer aussitôt. Appréhender les stratégies, les retournements de situations... Tout est imprévisible !

      Une orchestration de génie, dont le pouvoir est la clé !






      • La nouvelle : « Mémoire de mes putains tristes » de Gabriel García Márquez (2004/Grasset)
      Résumé : "L'année de mes quatre-vingt-dix ans, j'ai voulu m'offrir une folle nuit d'amour avec une adolescente vierge. Je me suis souvenu de Rosa Cabarcas, la patronne d'une maison close qui avait l'habitude de prévenir ses bons clients lorsqu'elle avait une nouveauté disponible.
      Je n'avais jamais succombé à une telle invitation ni à aucune de ses nombreuses tentations obscènes, mais elle ne croyait pas à la pureté de mes principes. La morale aussi est une affaire de temps, disait-elle avec un sourire malicieux, tu verras."

      Mon avis : Certainement l’œuvre de Gabriel García Márquez la plus accessible !
      L’amour et la vieillesse sont célébrés ici avec poésie, dans un récit étrange, mélancolique et malicieux. Si vous avez lu, et adoré, Les Belles Endormies de Yasunari Kawabata, il vous faut faire l’expérience de cette maison close sous la plume du génie colombien.




      • Le roman : « Le Carnaval des innocents » de Evelio Rosero (21 janvier 2016/Editions Métailié)
      Résumé : Le docteur Justo Pastor Proceso a tout pour être heureux. Il est gynécologue dans une petite ville du sud de la Colombie, il a une résidence secondaire, une femme coquette, deux filles et un hobby : enquêter sur la véritable histoire de Simón Bolívar. Pour le carnaval de décembre 1966, il décide de frapper un grand coup en faisant construire un char burlesque qui révélera la face cachée de Simón Bolívar : le Libérateur s'est attribué des victoires sur des champs de bataille où il n'a jamais mis les pieds, a trahi ses amis, menti sans pudeur, enlevé et violé des petites filles à peine nubiles. Pareille offense au héros national ne passe pas inaperçue : on crie au scandale, les notables se liguent contre lui, on attaque l'atelier à l'arme à feu. Pour couronner le tout, en pleine folie carnavalesque, il découvre que sa femme le trompe (avec un général et quelques autres), ses filles le méprisent et ses amis se servent de lui. On quitte le vaudeville pour la farce, mais le drame n'est jamais loin. Dans la Colombie de la fin des années 60 on préfère vivre dans le mensonge plutôt que de remettre les mythes en question. Dans ce roman à la fois ironique et totalement tragique, Evelio Rosero confirme son très grand talent de styliste et de raconteur d'histoires.

      Mon avis : Dans ce roman il faut accepter de se perdre, et de se faire bousculer et d’accepter d’entendre que l’Histoire peut être légende. Celle qui se cache dans l’ombre du grand héros révolutionnaire Simón Bolívar est sombre, sale, révoltante...




      Poursuivez votre roadtrip et retrouvez sur le compte de @riendetelque le récap des participations ! D’ailleurs, si vous souhaitez vous aussi prendre part au voyage et partager des titres sur un pays, n’hésitez pas à vous emparer du #juilletjevoyageenlivres !

      N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
      Au plaisir.

      Sur Instagram

      © Hors les murs. Design by FCD.