28 novembre 2013

Je serai toujours la de Philippe Savin

Résumé : 
Récemment affecté dans les Cévennes, le commandant Nathan Prieur espère un nouveau départ avec sa femme et ses deux filles. Mais de nouveau, il se retrouve confronté à l'horreur lors du meurtre abominable d'une adolescente.
Nathan Prieur, impliqué personnellement dans cette affaire, se lance sur les traces de l'assassin. Un compte à rebours impitoyable commence, car il en est certain : le monstre ne s arrêtera pas là.

Des destins se croisent. Des vies s'effacent. Des meurtres sont perpétrés avec une incroyable cruauté. Des mensonges oubliés surgissent du passé. Des fantômes hantent les bâtiments en perdition. Le mal rôde sur les Cévennes. La folie s'est emparée des hommes...

Jusqu'où Nathan Prieur devra-t-il aller pour connaitre la vérité ? Et vous, jusqu'où irez-vous pour sauver l'être que vous aimez ?

Première phrase : 
La puanteur de la chair en décomposition imprégnait les murs.

Dernière phrase : 
[*Supprimé, car risque de spoiler*] avaient besoin de lui.

Le paragraphe : 
Elle fixa les yeux du monstre. Deux gouffres noirs sans fond. Il s'agissait bien d'un monstre, pas d'un être humain. Une créature gorgée d'une haine incontrôlable, capable de répandre le mal d'un seul souffle. D'aspirer le bien dans ses poumons et de le recracher en lambeaux de malheur. Elle dégageait une telle puissance destructrice que l'atmosphère se chargeait d'une sorte d'onde maléfique à chaque respiration.

Eulimène Deslettres en dit : C'est une histoire vraiment prenante, le premier roman de Philippe Savin, un peu moins de 300 pages que j'ai dévorées en deux jours. La dernière fois que j'ai été aussi surprise c'était suite à la lecture de l'excellent livre de Gillian Flynnn Les apparences. Lire la suite.

Moi j'en dis : 
J'ai beaucoup de mal à rédiger mon avis de lecture pour ce roman, parce que je suis mitigée et j'ai peur de ne pas lui rendre justice.

L'histoire est sympa : après avoir travaillé dans la capitale, un commandant se retrouve (par choix) affecté dans les Cévennes. Forcément le lecteur se posent mille questions quant à son changement de "carrière". S'ajoute à cela, des petits soucis de famille, notamment avec sa fille, une ados, qui vient de se faire tatouer sur la moitié du dos une immense rose (à l'image de la première de couverture du livre).

La situation personnelle du héros est tumultueuse, elle va rendre l'intrigue encore plus intéressante. C'est au moment où je me suis fait cette réflexion que l'intrigue commence. Une jeune fille est retrouvée morte, celle-ci porte le même tatouage que la fille du commandant. Serais-ce la fille du commandant ?

J'ai dévoré les 100 premières pages, l'intrigue était bonne et j'ai eu l'impression de ne pas lire assez vite. Puis, l'enquête se met en place, et là, l'auteur à pris une direction qui ne m'a pas convaincu. Alors oui, Nathan Prieur est impliqué dans l'affaire, du coup ce n'est plus vraiment une enquête comme les autres... mais sa façon de gérer les choses est complètement irréaliste. Impossible d'y croire une seconde.

Le lecteur assiste à une enquête qui tâtonne, sans éléments concrets et avec toutes les pistes possibles et imaginables. On suit le cheminement des enquêteurs et on y croit. On apprécie les enquêtes se croisent, se rejoignent ou s'éjectent. Des pistes se transforme elle-même en intrigue à part entière. C'est très réussit. Toutefois, j'ai souvent trouvé que l'auteur en faisait trop. D'ailleurs, pour moi, l'intrigue autour de Lasseyre était clairement de trop.

Finalement, ce qui a rendu ma lecture laborieuse sur la fin, c'est tous les effets que l'auteur a voulu donner à son histoire. La profondeur à l'intrigue, aux personnages, aux situations... C'était lourd.

D'ailleurs, la fin en elle-même ne m'a pas convaincu ! C'est quoi cette fin ?! L'auteur nous donne un épilogue qui ne nous apporte aucune réponse. Je voulais en savoir plus, j'aurai préféré qu'il développe les sentiments, les impressions. En gros, Nathan Prieur découvre la vérité et voilà. Qu'en est-il des conséquences de ses actes ? Où sont les explications du "monstre" ? Savoir pourquoi est une chose, mais ne pas aborder le comment dans un polar, c'est bâcler la fin...

Toutefois, il faut reconnaître que ce polar est remarquablement bien écrit avec un vocabulaire recherché et un style réfléchis ! J'ai été agréablement surprise.

Verdict : Un polar très bien écrit. Mais des longueurs et des raccourcis, pour un dénouement surprenant mais pas convainquant...

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.

Enregistrer un commentaire

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by Fearne.