La vie est un arc-en-ciel de Cecelia Ahern

12 novembre 2013

Résumé : 
Sur les bancs de l'école, Rosie et Alex s'étaient juré de ne jamais se séparer. Leur existence bascule le jour où le garçon déménage avec ses parents aux USA. Cet éloignement forcé sera le premier d'une longue série d'imprévus, comme seule la vie sait en réserver, et les deux amis devront y faire face. Au fil de leur correspondance, les non-dits et les rendez-vous manqués se devinent.

Première phrase : 
Alex, Tu es invité à la fête pour mes 7 ans, mardi 8 avril.

Dernière phrase : 
Et sourire.

Le paragraphe : 
Alex avait cinq ans lorsque je l’ai connu. C’était le premier jour d’école, je pleurais, j’avais le nez rouge et une demi-heure de retard [...]. On m’a ordonné de m’asseoir au fond de la classe à côté d’un garçon hirsute, qui avait la morve au nez et ne sentait pas très bon. Il faisait une tête de six pieds de long et a refusé de me regarder ou de me parler. J’ai détesté ce sale mioche.
C’était réciproque, je le sais. Il me donnait des coups de pied dans les tibias, sous la table, et disait à la maîtresse que je copiais sur lui – des signes qui ne trompent pas. On est restés assis l’un à côté de l’autre pendant douze ans, à nous plaindre de l’école, de nos flirts respectifs, à souhaiter être plus âgés, plus malins, libérés des études, à rêver d’une existence où il n’y aurait pas cours de maths le lundi matin.

Moi j'en dis : 
Une histoire touchante d'amitié, d'amour et de mauvais timing.
Rosie et Alex sont les meilleurs amis depuis l'école primaire, ils ont fait les quatre cents coups ensemble (se sont fait attraper quatre cents fois) et ils ont connu autant d'actes manqués.. Bien que séparés par un océan, leur amitié se maintient plus ou moins grâce à leur correspondance.

D'ailleurs l'ensemble de l'histoire est raconté par l'échange d'écrits entre les personnages (mails, sms, conversations instantanés). A l'image du livre "Quand souffle le vent du nord" de Daniel Glattauer, il n'y a aucune narration et l'histoire n'y perd rien. C'est un régal de lire les échanges entre les personnages. La particularité de ce livre : en plus des échanges entre les personnages principaux, on a également les échanges de leurs entourages et de leurs familles.

Tout au long de ces correspondances, on assiste à leurs quotidiens, à leurs prises de décisions, aux conséquences des décisions qu'ils ont prisent et au final on observe les personnages grandir et mûrir. C'est intéressant et je dois avouer que j'adore la lecture des romans épistolaires pour le côté "voyeur" qu'il donne aux lecteurs. Notre curiosité est titillée à son maximum. On s'attache sans mal aux personnages et on se demande ce que la suite va leur réserver. A chaque coup du sort, on soupir et on est frustré !

L'auteur parvient à donner beaucoup d'authenticité à son histoire avec son style simple et fluide. Du coup, arrivée à la dernière page du livre, je me suis surtout dit que c'était un beau gâchis et j'avais presque de la peine pour Rosie et Alex. 

Verdict : Une lecture légère et agréable : je n'ai pas compté mes éclats de rires. C'est un livre qui donne envie de prendre du recul et de prendre garde à ne plus rater les occasions qui se présentent à nous. Yolo... pardon je retire, j'ai joué à l'ados que je ne suis plus.


N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez. 
Au plaisir.

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by FCD.