19 novembre 2013

Touch, Tome 1 : Mortels petits secrets - Laurie Faria Stolarz

Résumé : 
Camelia échappe de peu à un accident de voiture : elle est sauvée par Ben, un mystérieux garçon qui disparaît avant qu’elle ait pu le remercier. Depuis, Camelia ne cesse de penser à lui, et à l’étrange sensation ressentie quand il l’a touchée. Pourtant, lorsqu’elle le revoit au lycée, Ben l’évite. La rumeur dit qu’il aurait tué son ex-petite amie. De son côté, Camélia reçoit des lettres de menaces. Pourquoi ne peut-elle résister à son attirance pour Ben ? Peut-elle vraiment lui faire confiance ?

Première phrase : 
Il y a trois mois, j’ai failli mourir.

Dernière phrase :
[*Supprimé, car risque de spoiler*] s’éloigne quand même.

Le paragraphe : 
— Allô ?
— N’oublie pas la boîte aux lettres, murmure enfin une voix.
Mon sang ne fait qu’un tour.
— Pardon ?
— La boîte aux lettres, siffle-t-il. Tu as oublié de prendre le courrier en rentrant.
— Qui est-ce ?
Cachée dans un coin, je jette un œil par la fenêtre. Je ne vois rien.
— Les bonnes choses viennent à ceux qui savent attendre, dit-il d’un ton plus doux. Je t’ai attendue.
Maintenant, c’est à ton tour.
— Qui êtes-vous ? je crie.
— Heureusement, tu n’auras pas à attendre trop longtemps.

Moi j'en dis : 
Une nouvelle lecture jeunesse, cette fois-ci un brin de fantastique se glisse dans l'intrigue "policière" ou au moins de roman noir.

Pourquoi l'avoir acheté : Une blogueuse s'est achetée le tome 2 en VO (alors qu'elle ne maîtrise pas vraiment l'anglais) pour connaitre la suite, tant elle était impatiente.. je l'ai trouvé courageuse et surtout ça m'a intriguée, j'ai donc acheté le tome 1. Oui, je suis faible quand il s'agit d'acheter des livres (je vous en ai déjà parlé), un mini-argument me suffit (et je suis douée pour inventer des arguments).

En commençant ma lecture, j'ai noté tellement de points communs dans l'intrigue avec le début de la fameuse saga de Stephenie Meyer, que ça m'a rendu cynique : n'y a-t-il pas d'autres façons pour deux personnages de se rencontrer ? Un presque-accident sur le parking du lycée, et l'héroïne sauvée par un beau ténébreux qui disparaît aussitôt ! N'y a-t-il pas d'autres façons de confronter ces deux personnages que de les forcer à s'asseoir à la même table en cours et de devoir s'associer pour les TP ?.... Il y a d'autres similitudes, mais je vais m'arrêter là. Après forcément j'avais l'oeil alerte pour tous les dérapages de l'intrigue.. Heureusement pour nous l'intrigue est bien ficelé.

Camelia échappe à un accident de justesse. Après ça, elle est légèrement obnubilée par son sauveur qui a disparu sans demander son reste. Trois mois après, il intègre son lycée, elle tente bien d'attirer son attention, mais il lui affirme ne pas la (re)connaître. Elle se retrouve un peu dans le flou, surtout que des rumeurs à propos du jeune homme lui arrive aux oreilles : il aurait tué sa précédente petite amie. C'est à ce moment-là qu'elle devient la cible d'un corbeau... Elle se sent épiée, elle reçoit des messages et des coups de fil anonymes et des "cadeaux" bizarres, entre autres. A partir de là, le suspens se met en place en même temps que la paranoïa de la jeune fille.

Le lecteur est vraiment porté dans l'intrigue. On passe sont temps à soupçonner toutes les personnes qui croisent le chemin de Camelia.. On cherche le coupable, on s'emmêle les pinceaux, on se pose des questions, on doute.

Il s'agit d'un roman choral (j'adore ça, mais ça aussi je vous l'ai déjà dit), les voix qui s'enchaînent sont celle de Camelia, de Ben et du psychopathe (toutefois impossible de déterminer si ce sont deux ou trois voix qui s'articulent...). En savoir aussi peu que Camelia et parallèlement connaître les pensées du coupable, se révèle très frustrant ! Le lecteur avance dans l'intrigue pour en savoir plus.. Et quand, à moins de 20 pages de la fin, l'intrigue se dénoue on soupire de soulagement, mais on se dit aussi que la fin sera bâclée. Et bien, presque pas.

Verdict : L'auteur injecte dans son intrigue des éléments tout droit piqués aux intrigues de Stephanie Meyer et de Simone Elkeles. Résultat j'achète le tome 2 juste pour connaitre la fin. Noon, je suis ingrate, c'était un bon livre à suspens. L'écriture est fluide (bon, il faut toutefois reconnaître qu'il n'y a pas vraiment de style) et les personnages sont sympa. Une petite bandes avec des caractères bien trempés, résultat : des dialogues assez drôle !

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.

Enregistrer un commentaire

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by Fearne.