12 décembre 2013

Les Soeurs Donovan, Tome 1 : Confession d'une fiancée malgré elle de Jennifer Haymore

Résumé : Voilà six ans que Serena Donovan a quitté Londres, le cœur brisé et la réputation ruinée par l’irrésistible Jonathan Dane. Alors que l’avenir de sa famille est en péril, sa mère lui demande de prendre part à la Saison londonienne sous l’identité de Meg, sa sœur jumelle qui a péri dans un naufrage. Serena s’apprête à épouser un homme qu’elle n’aime pas et à passer le restant de ses jours dans le mensonge. Mais Jonathan Dane, comte de Stratford, reconnaît en elle la jeune femme sensuelle qui a jadis conquis son cœur. Hanté par ses erreurs passées, il est prêt à tout pour ne pas perdre Serena une seconde fois.

Première phrase : Serena Donovan n'avait pas fermé l’œil depuis que le Victoire avait quitté Portsmouth.

Dernière phrase : Sans ajouter un mot, ils sortirent de la maison par la porte d'entrée et, [*Supprimé, car risque de spoiler*].

RT Book Reviews en dit :
Enfin une auteure qui a compris nos attentes : des personnages plus vrais que nature, des émotions intenses et une trame percutante. Celles qui ne connaissent pas encore Jennifer Haymore seront enchantées.

Moi j'en dis : 
"Confessions d'une fiancée malgré elle", c'est ma première romance historique. J'avais lu beaucoup d'avis de lecture et il m'a semblé parfait pour tester le genre. Pour tout vous dire que je n'avais pas lu le résumé du livre (une habitude qui me sauve souvent des intrigues) du coup, je n'avais pas d'attentes particulières, mise à par l'appréciation des bloggueurs.

Dans le cas de ce premier tome des aventures des soeurs Donovan, les personnages sont attachants et les deux intrigues amoureuses qui se croisent sont touchantes et intéressantes. Une bonne combinaison, si le rythme n'était pas soporifique.

Il faut dire que le style est très simplet et ne rend pas justice aux rebondissements de l'intrigue. Les descriptions sont racontées sur le même ton que les scènes à suspens.. Exemple dans le premier chapitre, il se passe quelque chose de terrible, un personnage meurt. Et bien c'est décrit sans suspens, comme si de rien était, genre "Et Op" ! Pas de changement de ton, pas d'hystéries, pas de paniques. Rien. L'intrigue fait beaucoup d'aller-retour, les personnages sont indécis, Sérena m'a d'ailleurs tapé sur le système avec ses contradictions.

Au bout d'un moment j'ai commencé à compter les pages qui me séparaient de la fin. Coup dur pour une lecture qui avait beaucoup été auréolée sur la blogosphère.

Verdict : Au-delà de ce livre, je pense que le genre lui-même ne me convient pas. Les romances historiques ont un rythme particulièrement lent (oui, ce n'est pas bien j'en ai lu UN et je généralise) (vilaine bibliothécaire) et la situation des personnages, la place de la femme dans la société et dans les relations, les castes sociales, le "bétail humain" très peu pour moi.


N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.

2 commentaires

  1. Je suis le contraire moi j'adore les romances historiques pour ce côté lent, la société très présente dans la vie des gens. J'aime ces conventions qui rendent le tout très sensuelles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec tes mots ça à l'aire magique la romance historique, je réessayerais je suis peut-être tombé sur un simplet ....

      Supprimer

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by Fearne.