4 janvier 2014

Lycée out de Claire Loup

Résumé :
Que faire quand on a un petit ami qui a le mauvais goût de vous quitter en expédiant une carte postale sans même la glisser dans une enveloppe ? Pleurer ? Ce n'est pas le genre d'Emma. Se venger, sûrement, d'autant qu'il est davantage question d'amour-propre que de grands sentiments. Et la vengeance d'Emma est somptueuse, imaginative, inattendue. 
L'amoureuse délaissée devient une redoutable combattante, une « Napoléonienne de l'amour », comme elle se surnomme elle-même. Le seul détail que la brillante stratège a négligé, c'est qu'elle attirerait l'attention d'un garçon inconnu qui lui donnerait la réplique en se dissimulant sous le pseudo de Don Juan.

Première phrase : 
Fin août, la veille de mes dix-sept ans, j’ai ouvert ma boîte aux lettres et j’ai attrapé joyeusement les trois cartes postales qui trônaient au milieu des prospectus.

Dernière phrase : 
Don Juan. 

Les paragraphes : 
Chère Napoléonienne,
J’aimerais beaucoup te rencontrer et plus tu t’entêtes à vouloir agir avec colère et à paraître cruelle et cynique, plus j’ai envie de te consoler. Dans chaque article que tu écris, je sens l’amertume et la tristesse qui te poussent à traiter les choses et les gens avec dureté et ironie. Tu as l’impression de lutter contre la Terre entière alors que tu ne luttes que contre toi-même, incapable de te sentir apaisée et confiante. Si tu savais à quel point je te comprends quand je te lis… Ma vie est en train de prendre un nouveau tournant, je sens que mes vieux démons commencent à s’éloigner, et ça me touche de constater que de ton côté tu t’enfonces toujours un peu plus dans la peau d’un personnage qui te semble rassurant et fort, mais dont tu sembles devenir peu à peu prisonnière. Je commence à te connaître, ça fait [...] qu’on correspond tous les deux, et plus ta carapace, sous la cape de Napoléon, se durcit, plus l’intérieur devient frêle et fragile. Je te connais beaucoup plus que ce que tu peux imaginer et je peux t’assurer que nous sommes très proches l’un de l’autre. S’il te plaît, laisse-moi te rencontrer.
Signé : un Don Juan sur la voie de la rédemption.

Moi j'en dis : 
Tout commence par une déception amoureuse, une trahison et un désir de vengeance. Le tout dans l'univers impitoyable du lycée, et nous voilà parti pour une petite histoire haute en couleur.
Emma, lycéenne de terminale, commence très mal son année : son petit-copain, Hugo, vient de changer de petite-copine. Forcément il a choisi une fille que Emma peut à peine supporter : Aude. La fierté, l'amour-propre et l’ego de la jeune fille sont chamboulés, il lui faut trouver de quoi rendre coup pour coup.

Elle pense que la vengeance est un plat qui se mange froid, mais trouve assez rapidement un plan pour faire trembler Aude. Elle va attaquer son point faible : le journal du lycée "Lycée In" dont Aude est rédactrice en chef et saboter la nouvelle rubrique "Le courrier du coeur". Elle signera ses articles la Napoléonienne de l'amour. Et va connaître un franc succès.

Pour faire face à son succès elle et ses amis vont concevoir un nouveau journal, un contre-journal anonyme le (tenez-vous bien) Lycée Out. En parallèle à toute cette aventure journalistique, Emma va entretenir une relation épistolaire (c'est du moins comme ça que le libraire Léon la qualifie) avec Don Juan. Ni l'un, ni l'autre ne savent qui se cache sous les pseudos, ils s'apprécient, ils s'écrivent voilà tout. Mais, au fait pourquoi ne prolonge-t-il pas cette complicité dans la RealLife ?!

Un livre touchant, amusant et plein de fraîcheur, avec une nostalgie des années lycées qui pointe son nez au bout de quelques pages. C'est léger, les personnages sont plein d'humour, les situations souvent loquaces.

L'auteur nous offre une histoire à deux voix, celle d'Emma et celle de Don Juan. Elles s'alternent et nous font changer de perspective. J'ai eu une préférence pour la narration par Don Juan, qui vie un quotidien un peu plus sombre et intéressant que la jeune fille. Toutefois, on ne peut pas vraiment parler de style, l'écriture est assez simple pour ne pas dire simplet.


Verdict : Une lecture sans prises de tête. Ce livre qui se lit pour savoir la fin. J'ai déjà parlé de ce phénomène sur le blog avec les livres de Simone Elkeles / Laurie Faria Stolarz. Je me lance dans la lecture avec curiosité et après impossible de le reposer alors que la fin est prévisible. Je suis faible.

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.

Enregistrer un commentaire

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by Fearne.