21 janvier 2014

Toi, mon héros de Laura Kaye

Résumé : 
Alyssa Scott a toutes les raisons de se réjouir d'avoir trouvé ce job de serveuse au Whiskey Music Bar. Tout d'abord, elle revient à Frederick, la ville où elle a grandi. Et elle a bien besoin d'un salaire ! Mais surtout, elle va retrouver Marco Vieri, son ami d'enfance, dont elle est toujours amoureuse. Pourtant, elle déchante rapidement : le garçon de ses souvenirs, qui avait su la protéger, est revenu d'Afghanistan métamorphosé.

Première phrase :
Assise au volant de sa vieille Corolla, avec soixante-dix dollars et une carte de crédit vide pour toute fortune, Alyssa Scott contempla la bâtisse où ses espoirs se réaliseraient peut-être -enfin.

Dernière phrase : 
C'était parfait.

Le paragraphe : 
— Tu l'as toujours ! s'exclama-t-elle. Elle le dépassa et fila vers le véhicule.
— Tu vas me laisser la conduire maintenant, pas vrai ?
L'ombre d'un sourire apparut sur les lèvres de Marco. Il jeta la clé en l'air et la rattrapa.
— Tu connais déjà la réponse.
— Oh, arrête ! Je ne suis plus une gamine. Je n'ai pas eu un seul accrochage depuis que j'ai mon permis. Même pas une amende.
Elle sautilla autour de la Mustang noire modèle 1967 que Marco avait héritée de son grand-père, puis se pencha pour poser la joue sur le pare-brise.
— Salut, Betty, roucoula-t-elle, assaillie par des milliers de souvenirs.
Combien de bons moments Marco, Brady et elle avaient-ils passés dans cette voiture ?
— Comment vas-tu, vieille demoiselle ? Derrière elle, Marco émit un petit toussotement.
— Ben quoi ? demanda-t-elle en se redressant. Il n'y a pas que toi qui m'as manqué !
— Je vois ça, déclara-t-il en ouvrant la portière. Et je trouve ça très bien. Si toi et moi avons toujours été si bons amis, c'est en partie parce que tu sais apprécier Betty.
— Il faudrait être aveugle pour ne pas l'apprécier. El n'avoir aucun sens du confort, ajouta-t-elle en retrouvant avec délice la sensation moelleuse des sièges sous ses fesses.
Un petit ricanement amusé résonna à ses oreilles quand Marco referma la portière. Le grand-père de Marco passait un temps fou à bichonner sa voiture, et manifestement son petit-fils mettait un point d'honneur à la garder dans le même état. Quelle merveille ! L'habitacle avait la même odeur de cuir patiné que dans son souvenir.

@Mlle_Uranie de la Malle aux livres en dit : Ce livre ne fait même pas 300 pages et j’aurais aimé qu’il en fasse plus. Je l’ai lu en moins de 4 heures et j’ai vraiment pris mon temps. Je ne voulais pas terminer cette histoire. Lire la suite.

Moi j'en dis :
Encore une lecture-tentation suite à la chronique de @Mlle_Uranie. Ma résolution de raisonner mes achats tiens bon jusqu'à ce que je lise ses articles... A chaque fois, la liste de mes envies prend un ou deux titres de plus.. enfin ça c'est quand le titre ne passe pas directement dans ma PAL (hahaha) (merci aux achats numériques quasi instantané).

Revenons à "Toi, mon héros". La trame de l'histoire n'est pas la plus originale avec l'histoire presque banale de la jeune fille éprise depuis toujours du meilleur ami à son frère. L'intrigue est tellement répandue, que je me trouve presque bizarre de n'avoir jamais eu une once de désir pour un des meilleurs amis à mes frères (tiens, je vais faire une petite enquête auprès de mon entourage) (curieuse jusqu'au bout des ongles).

Bref, je m'égare, Aly, notre héroïne décide de prendre son destin en main, elle vient de finir ses études et choisi de revenir dans sa ville natale pour y trouver du travail et surtout pour y retrouver le fameux meilleur ami afin de faire une tentative d'approche.

Là où, ça devient intéressant et c'est sans doute qui m'a attiré dans la lecture de ce roman (en plus de la chronique de @Mlle_Uranie), c'est que le meilleur ami, Marcos, est un soldat de retour du front afghan après un accident qui a coûté la vie à trois membres de son équipe. Il est vulnérable et assume pleinement son stress post-traumatique, mais ne demande pas d'aide pour autant. C'est ainsi, que le héros qui était toujours le premier à vouloir aider les autres se retrouve à avoir besoin des autres. Mais ça, il ne l'assume pas. Ce livre m'a permis de rencontrer le personnage le plus lunatique de toute l'histoire de mes lectures. Je ne vous raconte pas toutes les fois où je me suis dit, mais secouuuuuue toi !

Evidemment, les personnages jouent au chat et à la souris. Ce sont des as des mal-entendu et des quiproquo, à chaque raté, on soupire et on perd presque espoir. Parce qu'on s'attache à eux tant ils sont crédibles dans leurs réactions, leurs peines.

Mon passage préféré :
La confrontation avec le frère ! Parce que oui, ils n'échappent pas à la confrontation... Ne dites pas que je spoile, non, non.


Verdict : Lu en quelques heures et bien apprécié !

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.

Enregistrer un commentaire

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by Fearne.