4 février 2014

Felicity Atcock, tome 1 : Les Anges Mordent Aussi de Sophie Jomain

Résumé : 
J’ai vraiment pas de bol, il aura suffi d’une morsure, d’une seule, pour que je me retrouve embarquée dans une histoire sans queue ni tête. Je ne sais pas exactement comment ça a commencé, et je ne sais pas non plus de quelle manière tout cela va finir. Quoi qu’il en soit, celui qui fera en sorte que les jeunes vampires arrêtent de s’enterrer dans mon jardin, sera mon héros. Et si en plus il est beau, riche et intelligent, je ne me plaindrai pas ! Je veux retrouver ma vie d’avant, tranquille et… ennuyeuse à mourir. Sauf qu’en voulant éloigner les ennuis, il arrive qu’on en attire d’autres… à plumes.

Première phrase : 
J’ai pour habitude de dire que dans la vie, il y a deux genres de personnes : les gentils et les méchants.

Dernière phrase : 
Je n’étais pas sortie de l’auberge.

Le paragraphe : 
1. — Excusez-moi d’être aussi tatillon mais, au final, vous diriez que vous êtes plutôt gentil ou méchant ?
Il s’est tourné vers moi, définitivement excédé.
— Tu es toujours aussi inutilement bavarde ?
— Non.
— Alors fait comme d’habitude et tais-toi.

2. Comme je ne suis pas du genre à tenir en place, au bout de dix minutes, je frétillais sur ma chaise tel un churros dans son huile.

Moi j'en dis : 
Vivement conseillé par @FadaOfBooks à l'occasion de sa lecture du troisième tome, elle en parle comme d'un coup de coeur, il n'en fallait pas plus pour me convaincre. 

Dès les premières lignes on est entrainé pour l'histoire de Felicity et pour cause, elle s'adresse à nous. "Moi, par exemple, je suis une gentille de la catégorie des bonnes poires. Ça vous parle ? Non ?" Oui, oui... C'est vraiment perturbant au début, et puis on s'habitue à ce style très "rentre dedans". Au début j'avais beaucoup de mal avec les métaphores qu'utilise l'auteur à tout bout de champ et rebelote, on s'habitue et on finit par se prendre au jeu. L'alliance entre le vocabulaire, les formulations et l'humour font la magie du style je trouve.

Un style au service d'une histoire riche en rebondissement, forcément on ne peut prendre que du plaisir à lire l'histoire en question, non ?

La vie de Felicity est plutôt banale, elle à vingt-quatre ans, travail dans la boutique au Plaisir des sens, un chocolatier réputé, elle est peu entourée, n'a pas vraiment de famille et encore moins d'amis. On se rend rapidement compte qu'elle est assez solitaire dans son train de vie. Mais elle est généreuse et c'est ce qui va la perdre. En effet, sa collègue Daphnée (aka Grenouille) va lui demander de l'accompagner à Londres à un rencard (à deux heures de route de leur village, la voiture de Daphnée étant au garage), elle accepte évidemment. Elle c'était engagée à l'accompagner, pas à faire une troublante rencontre. Cette rencontre va d'ailleurs la marquer à jamais !

Bon dans l'immédiat, ce qui la gène plus qu'autre chose c'est qu'elle ne se souvient à peine de la soirée de folie qu'elle semble avoir passé. Evidemment, elle pense pouvoir occulter le peu de souvenir qu'elle a et passer à autre chose. Et bien pour passer à autre chose, elle passe à autre chose : un homicide lui tombe dessus. Le colocataire de Daphnée est retrouvé mort, vidé de son sang, elle n'est pas suspectée mais l'enquêteur ne la lâche pas pour autant. D'ailleurs, l'intérêt du détective semble allé au-delà de l'enquête...

Les personnages sont à tomber par terre, drôle et imprévisible.  Felicity et son franc parlé m'a beaucoup fait rire. Le détective McAllister (Terrence) et ses colères m'ont fait lever les yeux au ciel. Stanislas et ses apparitions m'ont fait tourner en bourrique. Sans parler de Daphnée, Tony et leurs agitations..

C'est sur cette base que l'histoire se tise. De rebondissements en rebondissements, Felicity fait de drôle de découvertes et sans le vouloir elle se retrouve partagée entre deux univers. Celle pour qui tout était noir ou blanc, se voit confrontée à du gris, et c'est drôle de la voir essayer de se dépatouiller.

Verdict : Des vampires (et pleins d'autres créatures), de la romance, une enquête policière, résultat, chouette découverte !

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.

2 commentaires

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by Fearne.