9 juillet 2014

Le silence de nos amis de Nate Powell, de Mark Long et de Jim Demonakos

Résumé : 
Houston, 1967. En plein mouvement pour les droits civiques, Jack, reporter cameraman blanc pour une chaîne locale, se lie d'amitié avec Larry, un jeune professeur noir. Les deux hommes et leurs familles vont tenter de se rapprocher malgré les préjugés de toute une société, alors en proie à de grands changements. Alors que Jack couvre le procès d'étudiants noirs, qui risquent la peine de mort pour avoir tiré sur la police lors d'une manifestation, les tensions entre les communautés s'exacerbent, laissant présager du pire..

Première phrase : 
Houston, Texas, 1967.

Les bulles : 
1. - Bon. Aujourd'hui, une petite fille noire a presque été écrasée sur Wheeler Avenue.- Quoi ? C'est pas des infos, ça ! Faites plutôt un truc marrant. Gigotez comme des nègres, je sais pas moi.
- Hum ... On n'est plus censés dire ce mot.
- Quoi, "nègre" !
2. Au bout du compte, nous ne nous souviendrons non pas des mots de nos ennemis... mais du silence de nos amis.

Moi j'en dis : 
Suite de la série des BD coup de coeur de copain. Cette fois-ci une histoire tristement vraie, celle de Mark Long autour d'un thème que je connais peu : la lutte pour les droits civiques aux USA.

L'histoire commence au Texas en 1967. Dans les quartiers résidentiels, les enfants jouent tranquillement à la guerre du Viêt Nam : d'un côté l'Amérique glorieuse et de l'autre les Viet Cong. A partir de ce terme prononcé, je me suis demandé dans quelle famille j'étais tombée.. et puis l'heure du dîner sonne et les enfants rentrent chez eux. Le père de famille, Jack Long demande à son fils de dire le bénédicité, et là, le fils, celui qui jouait à la guerre dit "Merci, Dieu, pour ce repas... Et... s'il vous plait, faites que les Viêt-cong morts aillent au paradis". En quelques mots j'étais rassurée, j'allais passer ma lecture au côté d'une famille du bon côté de la lutte pour les droits.
#InstantConfession : Je ne supporte aucune lecture avec un narrateur aux idées racistes et je supporte encore moins de suivre un personnage raciste dans une histoire.
Les enfants jouent à la guerre, parce qu'elle est dans leur quotidien. Il n'y a aucune censure, ils ne sont préservés de rien. Le journal qui retransmet une exécution, c'est révoltant.

Et la révolte ne s'arrête pas là. Les USA sont en conflit extérieur avec le Viêt Nam et pendant ce temps, les conflits civils sur son territoire se multiplie ! C'est l'époque des Black Panther, Black Power, du Ku Klux Klan. C'est l'époque de Stokely Carmichael, de Martin Luther King et de Malcolm X entre autres. C'est l'époque où les noirs vivent dans les trous des villes, dans des districts cloisonnés. C'est l'époque où l'on parle de ces inégalités comme de l'ordre des choses.

La famille de Jack Long vient d'emménager à Houston, elle arrive de San Antonio, elle n'a pas encore l'habitude d'entendre les mots négro ou nègre prononcés comme un autre terme de vocabulaire. Et pourtant Jack est reporter racial pour une chaîne local, il devrait avoir l'habitude d'entendre ce type de vocabulaire.. Sans prendre position ouvertement, il ne partage pas les avis de ses collègues, de ses voisins, du moins, jusque là.

Face à la famille de Jack, on rencontre celle de Larry Thompson, le leader du Comité de coordination des étudiants non-violents, lui et sa famille bataille pour la reconnaissance de leurs droits élémentaires et simplement pour vivre dans la quiétude. Au lieu de ça, ils sont constamment humiliés, menacés, agressés verbalement ou physiquement dans leur rue. Les "Go back to africa" m'ont donnés envie de vomir, ni plus, ni moins.

Survient un drame, une agression de trop, la goutte d'eau qui fait exploser le vase, la population se soulève pour une énième manifestation, mais cette fois-ci elle vire à l'émeute quand la police commence à tirer sur la foule à balle réelle. La situation s'envenime davantage quand un policier est touché. S'en suit des arrestations par centaines et une mise en examens de 5 participants, pour homicide.

Jack dans le cadre de son reportage à filmé la manifestation et a vu les circonstances du décès. Il est appelé à témoigner... c'est lui qui fera pencher la balance de ce procès hypocrite.

Parce que les hommes de conscience doivent unir leurs forces pour entraîner le changement, Jack et Larry vont devenir amis, et tant pis si ça ne plait pas !

La lecture de cette BD m'a vraiment mise mal à l'aise. Le retour en arrière vers ses inégalités de traitements, vers ce racisme hypocrite, vers cette généralisation du délit de faciès, vers ces agressions banalisées... C'est révoltant, dégouttant et hallucinant. Cette bande dessinée fait office de piqûre de rappel concernant les avancés des droits. Alors, oui, le 21eme siècle n'est pas encore au paroxysme de l'égalité des droits, mais il faut reconnaître qu'on a fait du chemin et déjà dépassé des situations hautement révoltante. Evidemment loin de moi la naïveté de croire que les inégalités blancs/noirs sont totalement dépassées. Rien qu'à voir les débats autour de la coupe du monde et op on retombe dans les clivages. D'ailleurs vous avez lu cet article ? Néanmoins, il est finit le temps de l'impunité du racisme !

Sans parler politique, cette BD m'a bluffée ! 

Le dessin m'a bluffée, il est d'une précision hors du commun, l'auteur à véritablement le sens du détail.. S'ajoute à cela le jeu de couleur complètement maîtrisé et surtout, surtout, la maîtrise des perspectives !


Verdict : Du talent, du talent, du talent ! Cette BD est une combinaison de bonnes choses : un dessin fabuleux, un nuancier de noir et blanc fabuleux, s'ajoute à cela des perspectives, un jeu de hors case... et une histoire fabuleuse. Le récit d'un bout de l'Histoire hautement révoltant.

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.

2 commentaires

  1. Je suis en phase de découverte de BD et je te remercie pour ton billet. Je vais tout de suite noter le titre. Je te souhaite de bonnes lectures estivales.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle mérite vraiment le coup d'oeil, pour l'histoire et aussi pour la technique ! D'ailleurs en parlant de technique, si tu as l'occasion de lire ENQUÊTES GÉNÉRALES, Immersion au coeur de la brigade de répression du banditisme de Raynal Pellicer et de Titwane > FONCE ! Elle est magnifique, coup de coeur ultime pour cette BD !

      Supprimer

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by Fearne.