17 septembre 2014

Belle du soir de Renée Bernard

Résumé :
Londres, 1870. 
Jocelyn Tolliver est abasourdie lorsqu'elle hérite de sa mère d'un bordel de luxe. Dès lors, elle devient la très mystérieuse Madame DeBourcier. C'est là qu'elle fait la connaissance d'Alex Randall qui lui propose d'être sa maîtresse le temps d'une saison. Jocelyn, qui voit en lui un protecteur, accepte. Leur liaison a tout d'un rêve : conversation, fantaisie, amitié et passion. Pourtant, lorsqu'une des prostituées est assassinée, Jocelyn se retrouve seule. Sa déception va l'entraîner dans une bataille passionnée dans laquelle les illusions disparaissent et où tous les désirs sont comblés...

Moi j'en dis :
Un roman sur les fameuses maisons clauses ! Elles sont souvent mentionnées dans la romance historique, mais de loin... y pénétrait serait indécent. Et bien ce roman met les deux pieds et se roule dedans. Il nous offre l'envers du décors d'une maison clause, pas comme les autres. Enfin, il nous offre un avant goût, dans une maison de luxe avec une philosophie hautement humaniste.

Prostitution et humanisme dans la même phrase, c'est presque étrange et pourtant c'est le pari tenu par la tenancière, donné à ses vis un vif appétit pour le savoir et la culture.

Jocelyn, une tenancière pas comme les autres qui ne se destinait pas du tout à cette profession. Elle est un peu là par hasard.
Son enfance Jocelyn là passé dans un pensionnat pour y parfaite sa bonne éducation. Ses vacances, elle les a passées aux quatre coins du monde en compagnie de sa mère. Une femme indépendante et intelligente. Un modèle pour toutes les petites filles qui ont un goût pour la liberté. C'est d'ailleurs dans la perspective de ressembler à sa mère, que Jocelyn va étudier avec acharnement. Elle n'imagine pas encore à quel point elle va lui ressembler, jusque dans le partage des mêmes secrets.

Alors qu'elle écoute aux portes, un drame l'accable. Et sans avoir le temps de crier gare, un héritage qu'elle ne soupçonnait pas, pèse sur ses épaules : celui d'une maison clause.

Aidé par un fidèle de l'ancien propriétaire des lieux, elle va reprendre le flambeau. Oui, elle prendra soin de la maison et ses belles du soir. Ira jusqu'à élever le rang de chaque membre de son équipe. Elle leur proposera de suivre des cours, de participer à une sorte de club de lecture.. Elle les éduque pour qu'elle puisse disposer d'elle-même, si l'envie leur venait de quitter la maison. Une démarche assez noble dans le milieu, il faut le reconnaître.

9 ans plus tard, après la passation, on la retrouve à la tête de son empire, respecté par ses filles, jalousés par les autres tenancier : elle a réussi ! Elle va plus loin que les autres, elle a étoffé son offre de services, désormais en plus des nuits proposées par ses belles, elle propose de la formation à la sensualité aux dames de la bonne société. Son rang et son éducation lui permettent cette extravagance. Ces séances d'éducations particulières ne font pas d'elle un personnage public pour autant. Elle est en fait un mystère, une ombre que peu de gens ont déjà eu l'occasion de croiser.
Jusqu'ici tout va bien.

Jusqu'ici tout va bien.

Jusqu'ici tout va bien.
Et puis, son quotidien est bousculé par une série de meurtres et surtout par la persévérance d'un client qui la demande elle en particulier! A partir de là, ses aspirations futures vont complètement être remises en question !

Une bonne intrigue. Enfin, l'intention d'une bonne intrigue est là. Après, il faut avouer que le dénouement est bâclé, tout va trop vite... des raccourcis un peu à toutes les pages, et hop HappyEnd.

Alors oui, il y a des rebondissements, mais souvent ils sont expédiés, ou improbable (le soupçon de Thomas pour le meurtrier potentiel était d'un ridicule... ridicule, pas d'autre mot). L'auteur s'est beaucoup épanché sur la romance de la tenancière et en a oublié de parler d'avantages des belles du soir. C'est dommage, il y avait un véritable potentiel dans l'histoire. D'autant plus que les personnages sont tous attachants, sans pourtant qu'on en sache beaucoup sur eux.. ce qui est une prouesse !

Verdict : Une entrée en matière dans le milieu, mais qui ne m'a pas suffi.

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez. 
Au plaisir.

6 commentaires

  1. Oh ! Oh. Oh... C'est un peu ce que j'ai fais en lisant le résumé, puis le début de ta chronique, puis la fin... :P C'est vrai qu'il avait l'air prometteur, ce roman ! C'est bien dommage :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahahaha, j'adore !
      Il doit y en avoir d'autre sur le thème qui relève le niveau, je suis à leurs recherches ;)

      Supprimer
  2. C'est un peu dommage que ça parte comme ça j'avoue. Je ne connaissais pas du tout mais je ne suis pas sure.

    RépondreSupprimer
  3. Oh c'est dommage car comme tu dis le sujet est atypique en romance historique, mais si le récit est trop bâclée, je ne suis pas convaincue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouuui, il faut trouver les autres sur le thème qui l'aborde avec plus d'intelligence ;)

      Supprimer

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by Fearne.