27 décembre 2014

Fight for love, tome 1 : Real de Katy Evans

Résumé :
Star de la ligue underground, Tate Remington est un boxeur à l'animalité exacerbée dont le pouvoir de séduction rend folles toutes les filles autour du ring. Depuis qu'il a croisé son regard, la seule femme à laquelle il pense, celle qu'il a choisie, c'est Brooke, ancienne athlète de haut niveau qui, suite à un accident, s'est reconvertie dans la thérapie sportive. Mais pour que leur histoire devienne bien réelle, Remington devra se dévoiler à Brooke... Deux caractères forts qu'un désir charnel intense, pur et obsessionnel consume. Une histoire d'amour sous tension et des personnages d'une rare complexité.

Première phrase : 
Mélanie me hurle dans les oreilles depuis une demi-heure.

Dernière phrase : 
Excité par elle.

Le paragraphe : 
Il est tellement protecteur et généreux, moi j’ai juste envie de me lover contre son grand corps, de me glisser dans une petite capsule pour vivre à l’intérieur de son cœur, parce que c’est le seul endroit où j’ai vraiment envie d’être.

Moi j'en dis : 
Hmm.. c'est un avis de lecture délicat à rédiger. C'est la première fois que je suis en désaccord avec les coups de coeur de mes copines blogueuses.

C'est une histoire qui aurait pu être sympa.. mais j'ai un vrai problème avec les relations possessives et dominantes. Elles m'exaspèrent, non c'est plus fort : m'horripilent au plus haut point. Je passe mon temps à crier sur les persos "Mais comment ça, elle t'appartient, tu veux bien te calmer". Evidemment, en partant sur cette base, je ne pouvais pas trouver du charme à cette histoire.

D'autant plus que les personnages ne sont pas les plus incroyables de la littérature romantique. 

Elle, Brooke, ancienne athlète reconvertie dans la kiné pour sportif, se retrouve à un match de freefight parce que sa meilleure amie s'est amourachée d'un boxer (tiens, ça ne sort pas tout droit d'une autre intrigue ?). Une chose en entraînant une autre, Brooke se retrouve hypnotisée par le regard de ce même boxer ultra-sexy (hmm).

Rem, le boxer ultra-sexy (dixit la foule en délire) est arrogant et vaniteux. Tout droit sorti d'une caverne.. il a ses moments de délicatesse et de tendresse. On s'attache assez rapidement à ce monsieur un peu taciturne, qui communique plus facilement avec les autres en leur proposant d'écouter un titre de musique qui selon le moment décrit ses propres sentiments (originale ce petit côté là, je dois dire).

Après leur rencontre au milieu d'une foule en délire. Nos deux héros vont se chercher. Rem tout en rentre dedans, passe son temps à la titiller. Et elle, prend tout ce qu'il peut lui donner, sans oser prendre d'initiatives. 

Brooke se pense indépendante, mais elle passe sont temps à se remettre en question pour plaire encore davantage à sa brute de décoffrage. Il la croise, il la veut, elle y va. Ne pas parler aux inconnus (même célèbre) ne fait pas partie des enseignements essentiels de son éducation. Oui, oui, oui Brooke m'a tapé sur le système !

Notre l'héroïne fait, dans son coin, une obsession de son désir pour le Rem, s'en devient presque ridicule. Elle le croise, elle est en émoi total, il lui parle elle ne répond plus d'elle, alors s'il la touche.. imaginez ses réactions disproportionnées. Son objectif est donc d'assouvir son désir.. Elle nous rabâche les oreilles pendant des pages et des pages ! Elle en arrive au point de s'humilier. Vraiment cette fille tout à fait ordinaire qui se transforme en carpette, m'a presque fait de la peine, quand elle ne me faisait pas hurler de colère !

C'est le roman érotique par excellence... (jusqu'ici, j'y avais échappé) (exception pour un titre du club des sociologues du dimanche) quand il ne se saute pas dessus pendant des pages entières, ils y pensent, se dévorent littéralement du regard etc. Comment, dans ces conditions, ne pas sauter des passages entiers ?

L'intrigue aurait pu être sauvée par le style. Mais loin de là. Bon sang que c'est mal écrit. La lecture a été éprouvante. Le style est simplet. Non, il faut être honnête, il n'y en a pas.. une suite de phrases qui donnent des paragraphes, puis des chapitres. J'utilise souvent cette expression sur le blog, et ici elle s'applique parfaitement. 

Le vocabulaire n'est pas très étoffé, d'ailleurs le choix des mots n'est pas toujours adapté aux actions décrites, les tournures ridicules.. J'ai eu l'impression de lire les épreuves d'un livre plutôt qu'un roman publié. C'est tellement mal écrit, que j'en suis arrivé à rire d'un passage aberrant par son manque de style. Copain, la gentillesse incarnée, toujours là pour trouver des excuses, me dit "C'est la traduction". Oui... les traducteurs ont bon dos ! Laissons les un peu tranquille. Si le texte de départ est mauvais, le traducteur ne pourra pas l'enjoliver. #petitcoupdegueule

Sans parler des répétitions en pagaille. Plus d'une fois je me suis dit, bon, j'ai bien compris, ton mec est bronzé. Et ce qui m'a agacée par-dessus tout c'est le placement de produit. La maque Majestic a versé des royalties à chaque mention, ce n'est pas possible autrement ! (On avait eu la même impression avec la marque Ikks dans le roman Indécise de S.C. Stephens -tiens, chez le même éditeur !)

Néanmoins, je retiens de ce roman, la petite amorce d'intrigue autour des troubles de Rem.. C'était insuffisant, juste abordé et d'ailleurs assez mal exploité. Mais un héros avec des problèmes psychiques, qui justifie véritablement un passé trouble, c'est innovant et intéressant à découvrir.
Ensuite, l'intrigue autour de Nora était sympathique. Je me suis reconnue dans l'intervention casse-cou pour sortir la petite soeur d'une mauvaise passe.
Ces deux intrigues représentes 50 pages de ce roman qui en fait 352 ! Youhou !

Verdict : Passe mon tour pour la suite !

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez. 
Au plaisir.

4 commentaires

  1. Oh oh oh tiens ba je crois que pour une fois la couverture ne va pas me faire craquer pour ce genre de titre, ayant déjà la saga de Maya Banks dans ma PAL que j’hésite à commencer, je ne vais pas en entamer une autre ^^
    Le coup des répétitions, du mal écrit et de l'intrigue insuffisante, je ne trouve aucune raison de l'acheter.
    PS ; j'adore ton chéri ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Copine <3
      D'autres blogueuses ont adorées, mais cette fois-ci, impossible de te le conseiller avec conviction. Ce roman m'a profondément ennuyée et agacée... Petit mail pour compléter mon avis dans la minute ;)
      Ouuuuui, copain trouve que je maltraite les auteurs que je lis... je suis bien trop critique, je prends pas assez en considération leur métier, leur situation et leur contexte... Bon, bon, bon Copain est trop gentil :/

      Supprimer
  2. j'ai hésité un long moment avant de décider si je voulais le lire ou pas, je me suis méfiée, j'ai dit non. Quand j'ai lu les chroniques de copines qui aimaient je me suis dit mince mais en lisant plus je me suis dit j'aurais pas aimé. Ta chronique vient de me le confirmer: c'est tout ce que je déteste !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaah copine, depuis ma lecture, je suis retourné lire l'avis de lectures des bloggueuse, qui avait aimé... mais vraiment je ne comprend pas :/ Ce roman, avec du recul, il m'agace encore plus !
      Neanmoins, si tu as l'occasion de le lire, n'hésite pas, ça nous permettra de confronter nos avis, comme toujours !

      Supprimer

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by Fearne.