24 septembre 2015

Les étoiles en moi de Andrea Seigel et Brent Bradshaw

Résumé :
Je vous présente Magnolia ! 
Son père est mort, son petit-ami l'a larguée pour s'investir davantage dans sa passion du surf, et sa mère est en dépression à force d'être rejetée des castings pour le nouveau show télé des ménagères... Tout ce que Magnolia cherche, c'est elle-même. 
Et voici... Ford ! La moitié de sa famille est en prison. L'autre devrait sans doute l'être également. Il vivote grâce à un petit boulot chez un disquaire, et son frère a revendu sa guitare pour quelques pièces. Tout ce que Ford veut, c'est une autre vie. Et Ford rencontra Magnolliia... 

Quand les deux adolescents sont castés pour Spotlight, la nouvelle téléréalité de concours de chant, ils voient dans cette aventure la possibilité de repartir de zéro. Avec les autres candidats, ils vivent tous ensemble dans une maison à Hollywood et chantent du matin au soir. Jusqu'à ce qu'ils tombent amoureux.

Mais leur amour peut-il vraiment être sincère, face à des caméras qui espionnent chacun de leurs mouvements ? Et que faire de leur passé, qui les rattrape plus vite qu'ils ne l'auraient voulu ?

Première phrase : 
Quand vous êtes jeune, tout le monde vous répète à longueur de temps que vous allez changer.

Dernière phrase : 
Et je sens l’espoir.

Les paragraphes : 
On n’évolue pas d’un coup, aussi soudainement qu’un éclair, après tout. Ce ne sont peut-être que de minuscules détails qui se modifient peu à peu, sans même qu’on les remarque, jusqu’au jour où on se rend compte qu’on a franchi un cap.

*

Quand j’ai été pris pour cette émission, c’est comme si on m’avait montré la carte d’un monde inconnu, avec des destinations que j’avais jamais imaginées. La différence entre toi et moi, c’est que tu es née avec l’atlas complet.

Moi j'en dis : 
L'envers d'une télé-réalité vue par deux de ses participants. Chacun est là pour différentes raisons, mais avec le même objectif celui de gagner ou plutôt, celui de changer de vie.

Ainsi, on assiste aux différentes scènes de tournage : de leurs spots de présentations à installation "au manoir". Sans oublier les premiers prime times, les éliminations et aussi aux mises en scènes, aux conceptions des scénarios bidons sur leurs quotidiens, aux stratégies et aux manipulations médiatiques. C'est très instructif !

J'ai adoré suivre la naissance de leur célébrité ! Nos héros, Magnolia et Ford, sont assez naïfs vis-à-vis de leur notoriété qui va en grandissant : le courrier de fans, les gens qui les reconnaissent, les demandes d'interviews, de photos. Ils sont d'abord, étonnés, un peu fières et finalement plus embarrassés qu'autre chose. C'était rafraîchissant de voir cet aspect là de la célébrité. L'auteur n'a pas essayé d'enjoliver leurs quotidiens et leurs soirées. J'ai eu l'impression que c'était assez naturel.

Il faut dire que les personnages sont pour beaucoup dans cette impression d'authenticité : ils sont touchants, lucides, loin d'être parfaits, ils sont plutôt bourrés de problèmes "normaux". Pas de drame familial (même si les familles de Magnolia et Ford sont de compétitions), pas de sévisse dans leur enfance, juste deux ados qui veulent changer de vie.

Ils vivent en huis clôt, ça exacerbe forcement leurs sentiments et surtout leurs "réalisation de soi". Ils sont en plein questionnement sur eux-mêmes, leurs entourages, leurs familles. Sur ce qu'ils veulent être ou ne pas être, sur ce qu'ils veulent devenir. Puis finalement il passe de la gestion à l'action et là ça devient intéressant. J'ai adoré suivre leurs révélations sur le pourquoi du comment de leurs vies !

Verdict : C'est un chouette roman sur le cheminement de soi, sur l'impact du cercle familial, sur le regard des autres. La télé-réalité est un bon prétexte pour aborder toutes ces problématiques où il est questions d'image ! Un roman sur le noir et le blanc qu'on voit chez les gens.. Et puis toutes les nuances de gris.

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez. 
Au plaisir.

Enregistrer un commentaire

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by Fearne.