20 mai 2016

Confess de Colleen Hoover

Résumé : 
Auburn Reed a des plans très précis pour l'avenir et ne laissera personne se mettre sur son chemin! Mais lorsqu'elle franchit la porte d'une galerie d'Art à Dallas pour un entretien qui la pousse vers Owen Gentry. L'énigmatique artiste semble avoir beaucoup de choses à cacher à tout prix. Pour tenter de découvrir ses secrets les plus intimes, Auburn va baisser sa garde pour comprendre qu'elle risque bien plus gros qu'elle ne le pensait.
Pour se construire, chacun devra tout confesser. Mais parfois, la vérité est plus douloureuse que le silence...

Première phrase : 
Je franchis les portes de l’hôpital, bien consciente que c’est la dernière fois.

Dernière phrase : 
Parce qu'elle la mérite.

Moi j'en dis : 
Je suis rapidement tombée sous le charme de cette nouvelle histoire proposée par l'auteur.
Celle d'Owen et d'Auburn, deux jeunes adultes qui vivent tout deux sous le poids d'un passé triste et douloureux. Chacun à vécus une épreuve qui pèse encore très lourd dans son quotidien. Ils tentent de se reconstruire et bataillent pour vivre avec. Leur rencontre est fortuite et le hasard fait bien les choses. Ces deux solitaires vont partager une soirée, et une complicité va rapidement naître entre eux. C'est touchant et c'est beau de les voir se sourire, se faire confiance.

J'étais impatiente d'en savoir plus sur Owen et sur Auburn, et surtout sur leurs nombreux secrets et mystères. J'avais envie d'en savoir plus sur les peines qu'ils baladent dans leurs bandoulières.
Mais je dois le dire, comme souvent avec Colleen Hoover, c'est son personnage masculin qui a particulièrement retenu mon attention, alors que son héroïne est plate et presque sans intérêt (une constance chez l'auteur j'ai l'impression).

Owen est fabuleux, talentueux et prévenant. Un artiste de talent, à l'écoute des autres, toujours près à se sacrifier pour ses proches. Il gère une galerie d'Art à Dallas, dans laquelle il est le seul à exposer ses toiles. Son concept ? Demander au public de lui livrer des confessions et il met en peinture celle qui l'inspire. Il a beaucoup de succès.
Face à lui Auburn est touchante.. mais plutôt crédule, malléable. Elle est là pour mettre le héros sur un piédestal. S'ajoute à cela ses prises de décisions que je trouve à peine supportable.

J'ai trouvé l'histoire vraiment, vraiment passionnante. Je ne remets pas en question l'histoire, maaaais ce qu'en fait l'auteur dans la deuxième partie du roman, quand vient le temps des révélations et des stratégies d'actions dans la bataille de justice pour nos héros.

Bon sang. La déception est totale.

Dans ce roman, l'auteur fait apparaître des comportements hautement répressibles (entre autres : la conduite en état d'ivresse et la manipulation psychologique) comme si c'était des comportements pas trop grave.. C'est imprudent et révoltant.

Verdict : Je sors de cette lecture avec un profond sentiment d'injustice. C'est dommage. Comme à chaque fois, le style de l'auteur est très fluide, agréable à lire. L'histoire est canon. C'est un véritable plaisir d'avoir les deux voix de nos héros pour suivre leurs pensées tour à tour. Sans parler du plus de cette histoire : les illustrations qui ponctuent le texte pour représenter les toiles d'Owen. C'est brillant !

Bonus : L'auteur a utilisé le travail de l'artiste Danny O'Connor pour les toiles d'Owen, et c'est vraiment très beau.

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.

Enregistrer un commentaire

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by Fearne.