30 juin 2016

Homicide, une année dans les rues de Baltimore, tome 1 : 18 janvier - 4 février 1988 de Philippe Squarzoni


Résumé : Avec cette adaptation du livre de David Simon (créateur de la série The Wire Sur écoute) sur la police de Baltimore, Philippe Squarzoni emmène la bande dessinée documentaire vers de nouveaux territoires. Philippe Squarzoni s'affranchit du récit à la première personne pour s'emparer du livre monumental de David Simon sur le quotidien de la brigade criminelle de Baltimore, un reportage très éloigné de la représentation hollywoodienne. Dans une ville qui compte 240 meurtres par an, Homicide dresse un tableau minutieux de la violence urbaine américaine dans les quartiers en détresse.

Avis : 
On suit la brigade des homicides de Baltimore d'un instant d'un à un autre. Pas de début ou de fin, c'est une BD qui retrace le reportage documentaire écrit par David Simon, le créateur des (fameuses) séries "Sur Écoute" ou encore"Treme".

Comme dans tout bon reportage, l'auteur est limité par la réalité, pas de mise en scène possible. En gros, la matière de l'histoire réside dans les affaires rencontrées par les équipes à cet instant T. Bon, à Baltimore, avec ces 240 meurtres à l'année, ce n'est pas la criminalité qui manque. Maaaais le récit est limité par les enquêtes que les équipes élucident ou non.

A chaque nouvelle enquête, rien ne dit que les policiers parviendront à la classer, mais nous les accompagnons dans leurs investigations, leurs recherches, leurs questionnements. L'auteur en profite également pour nous transmettre un grand nombre d'informations sur le fonctionnement hiérarchique de la brigade, sur leurs méthodes d'investigations et sur les limites du système. 

Nous n'apprendrons rien sur leurs vies personnelles. Non, non, non, rien n'est là pour édulcorer tout ça. Rien pour nous permettre de reprendre notre souffle. Sauf, peut-être cette page blanche avant chaque nouvelle affaire. L'auteur est à contre-courant de ce qu'on a l'habitude de voir de la "police américaine", ici les policiers sont désabusés, en compétitions les uns avec les autres et et mènent leurs enquêtes au petit bonheur la chance.

C'est une BD intense, sombre et sanglante.

Cette atmosphère sombre est retransmise par les enquêtes auxquelles sont confrontées les policier, mais aussi par le dessin. Des dessins tour à tour très précis, puis presque flou. Avec une succession de changement de plans rapprochés, puis élargies. Il y a une mise en valeurs de détails très intéressante. Une construction graphique qui rappelle celle du cinéma. De plus, la colorisation est surprenante. En noir et blanc avec des touches de couleurs pastelles et une seule couleur vive : le rouge pour le sang.

S'ajoute à cela, deux choses très troublante : les chapitres racontés à la deuxième personne du pluriel. Bon sang, ça fait froid dans le dos. Et le sens de lecture qui est complètement bouleversé d'une page à l'autre, tantôt traditionnelle avec une lecture de gauche à droite sur une planche, tantôt de gauche à droite sur une double planche, tantôt de haut e bas.

Une bande dessinée, très, très intéressante. Il me tarde de lire la suite ! 

Enregistrer un commentaire

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by Fearne.