24 juin 2016

Little sister de Benoît Séverac

Résumé :
Du haut de ses seize ans, Lena fait preuve d'une assurance étonnante. Pourtant sa vie est loin d'être simple. Lena Rodriguez, c'était son nom avant. Sa nouvelle identité, elle ne peut la révéler à personne... Lena a convaincu ses parents de la laisser partir seule quelques jours à Cadaquès, chez son oncle et sa tante catalans. Elle ne leur a pas tout dit. Là-bas, elle a rendez-vous avec Ivan, son grand frère que personne n'a vu depuis quatre ans... depuis qu'il est parti, sans explication, faire le djihad en Syrie.

Le paragraphe :
C'est difficile d'en vouloir à un grand frère qu'on aime; difficile aussi d'aimer un frère à qui on en veut autant. Quand on est enfant, on grandit à ses côtés en se disant que c'est pour toujours, qu'il sera tout le temps là pour vous, qu'il viendra vous chercher à la sortie de l'école même quand on aura quitté les bancs de l'école depuis belle lurette, qu'il continuera encore longtemps à vous défendre. Et puis, en vieillissant, on comprend qu'on ne vivra pas avec lui, ni comme lui, mais on continue à partager ce qu'il y a de plus précieux, de blus beau, ce qui nous a foncés: l'enfance. Quelque chose nous unit, un lien indestructible... C'est ce lien qu'Ivan a détruit.

Moi j'en dis :
C'est l'histoire de Lena qui voit sa famille exploser et se terrer dans un mutisme assourdissant, le jour où son frère, Ivan, est reconnu sur une vidéo d'horreur diffusée par le groupe terroriste, Daech. Il y pose fièrement au côté d'un coreligionnaire qui présente au monde la tête tranchée d'une journaliste française.

Tout le monde tombe des nues, Ivan est censé être en stage en Angleterre. D'ailleurs, depuis son départ, sa famille reçoit régulièrement des cartes postales, pour couvrir son départ vers la Syrie. Issu d'une famille populaire, aux idées républicaines, de confession catholique, aux origines espagnoles.. sa radicalisation était insoupçonnée.

Cette vidéo va changer à jamais la vie de cette famille. Impossible de rester à Toulouse après "la révélation", les reproches des proches, des connaissances, des voisins, sont trop nombreux.. ils deviennent des parias, des victimes à part entière. Pour avoir un peu de répit, ils déménagent, change de nom, mais ils ne font que déplacer leur peine et leur famille brisée.

Dans un premier temps c'est Lena, elle-même qui nous raconte les changements, l'incrédulité, les ressentiments, la colère, la honte.. Elle le déteste pour ce qu'il fait endurer à sa famille, pour les avoir bernés, pour le chemin qu'il a pris, mais c'est son frère, elle lui trouve mille et une excuses. Alors, quand il reprend contact avec elle, 4 ans plus tard, la colère laisse place à l'espoir.

Elle va se lancer à corps perdu dans leurs retrouvailles. Pour cela, elle est accompagnée de Théo, l'ancien meilleur-ami d'Ivan. Il est loin de partager la naïveté de la jeune fille, pourtant il aimerait, lui aussi, croire en Ivan et sa rédemption.

Il prend à son tour à parole pour partager ses doutes, ses peurs, ses incertitudes. Du haut de ses 21 ans, je l'ai trouvé courageux et réaliste. Il a conscience que ces retrouvailles peuvent prendre un tour dangereux, mais il va jusqu'au bout.

Enfin, il va jusqu'où ce qu'il peut.. puis il donne la parole à Joan, une rencontre fortuite qui révèle plutôt de la bénédiction, qui lui-même donnera la parole à Tambon, le mec efficace 24h sur 24 !

4 voix, pour une histoire, celle de cette famille, celle d'une guerre qui n'en finit pas et se délocalise, celle de la radicalisation de jeunes sans histoires, celle de l'endoctrinement. L'auteur en profite aussi pour nous parler de la dictature de Franco et des organisations révolutionnaires qui lui on fait face. L'auteur aborde intelligemment les questions de l'amour inconditionnelle d'une famille.

A mon sens, il ne perd jamais son objectif : celui de prévenir du danger réel que représente cette organisation terroriste. Pour cela, il utilise toutes les voix à sa disposition : Lena pour l'espoir, Théo pour le scepticisme ; Joan pour une critique vive et sans appel, avec des arguments simples et suffisants ; et enfin Tambon pour rappeler à l'ordre.

Verdict : Un roman tristement d'actualité, courageux et intelligent sur un thème très peu abordé en jeunesse. Et je dois dire que l'angle pris par l'auteur, à savoir l'impact de la radicalisation et du départ vers la Syrie sur une famille, est peu abordé dans la littérature en général. 

Les infos : 
Date de parution : 03/03/2016 
Editeur : Syros
Nb. de pages : 201 pages
Prix : 13,95 €

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.

Enregistrer un commentaire

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by Fearne.