6 octobre 2017

La petite danseuse de quatorze ans de Camille Laurens


J'ai découvert ce roman grâce aux éditions Stock.
Merci à vous, pour cette opportunité de lecture !


Résumé :
« Elle est célèbre dans le monde entier mais combien  connaissent son nom ? On peut admirer sa silhouette  à Washington, Paris, Londres, New York, Dresde ou Copenhague, mais où est sa tombe ? On ne sait que son  âge, quatorze ans, et le travail qu’elle faisait, car c’était déjà  un travail, à cet âge où nos enfants vont à l’école. Dans les  années 1880, elle dansait comme petit rat à l’Opéra de Paris, et ce qui fait souvent rêver nos petites filles n’était pas un  rêve pour elle, pas l’âge heureux de notre jeunesse. Elle a  été renvoyée après quelques années de labeur, le directeur  en a eu assez de ses absences à répétition. C’est qu’elle avait  un autre métier, et même deux, parce que les quelques sous  gagnés à l’Opéra ne suffisaient pas à la nourrir, elle ni sa  famille. Elle était modèle, elle posait pour des peintres ou  des sculpteurs. Parmi eux il y avait Edgar Degas. »

Moi j'en dis :
L'auteur entre dans le vif du sujet sans détour et sans perdre de temps. Dans son roman, elle va nous parler d'une sculpture d'Edgar Degas qui la chamboule d'émotions : La petite danseuse de quatorze ans.
Trop grande pour être un jouet, trop petite pour figurer une fille de quatorze ans, elle hésite entre l'œuvre d'art et l'objet courant, la statue et le mannequin, la poupée, la miniature, la figurine ; elle avance un pied funambule sur le fil qui sépare les beaux-art de la culture de masse, elle est à la fois classique et moderne, réaliste et subjective, esthétique et populaire, vulgaire et belle. Elle propose différentes interprétations sans se réduire à aucune, elle s'oppose à tout enfermement autre que celui de sa cage en verre.
L'auteur partage avec nous l'enquête qu'elle a menée sur Marie Geneviève Van Goethem, le modèle de Degas, la fameuse petite danseuse de quatorze ans. Danseuse de l'Opéra et modèle d'artiste, voilà le lot de cette jeune fille, et c'est loin, très loin d'être un quotidien glamour. Bien au contraire, l'auteur parle plutôt de condition de vie misérable.

En quelques pages, Camille Laurens lui rend plus qu'un hommage, elle nous la révèle en nous dévoilant la genèse de la sculpture. Ainsi, on découvre les dessous de l'œuvre, avec les méthodes de création, la manière dont elle a été présentée au public, la façon dont le public va rapidement la rejeter et ce qu'elle va devenir une fois de retour dans les ateliers de l'artiste. D'ailleurs, elle n'oublie pas de nous parler de l'artiste, de ses habitudes, de ses préférences. Forcément, cela nous mène vers les coulisses de l'Opéra et sa facette largement oubliée aujourd'hui : celle de ses trafics sexuels et de son libertinage.

Au passage, elle nous parle aussi de Balzac, de Théophile Gautier et d'une ribambelle d'artistes contemporains qui ont gravité à un moment ou un autre dans les cercles de Degas.

Camille Laurens fait une confrontation très intéressante entre les différents artistes de l'époque, entre ceux qui ont travaillé sur le même sujet, à savoir les danseuses. Elle nous parle également de ceux qui se sont intéressés à Degas. Nous sommes entraînés dans un tour d'horizon complet.

Bien qu'elle reste attachée aux faits, avec un travail de recherche titanesque, elle nous propose des scénarios supposés, hypothétiques, éventuels et potentiels. Elle sépare le modèle de l'artiste pour mieux les rapprocher et les comparer.

Il y a dans ce texte une véritable réflexion sur la création, sur le poids de l'art dans la dénonciation des comportements inconvenants, et même plus, le rôle de l'art face à l'hypocrisie sociale.

Verdict : Après une entrée en matière vive et percutante, on découvre rapidement l'engouement de l'auteur pour l'artiste, le modèle et la sculpture… Évidemment, on finit par partager son euphorie et on n’a qu'une envie, voir rapidement une des reproductions de la petite danseuse, qu'on ne verra plus jamais de la même façon !

Bonus : Pour récupérer mon exemplaire ? Simple : laissez un commentaire ou envoyez-moi un mail (bibhorslesmurs@gmail.com). Un tirage sera organisé pour départager les participants ;-)

Les infos : 
Date de parution : 30/08/2017
Editeur : Editions Stock
Nb. de page : 176 pages
Prix : 17€50

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.



Enregistrer un commentaire

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by Fearne.