18 janvier 2018

​Je dis : BD #28


LIBREMENT INSPIRÉ DU RENDEZ-VOUS "C'EST LUNDI, QUE LISEZ-VOUS ?"
JE VOUS PROPOSE, CHAQUE JEUDI, UN NOUVEAU RÉCAP' HEBDOMADAIRE
DE MES LECTURES DE BANDES DESSINÉES, DE MANGAS ET D'ALBUMS !


J'avais prévu un MarathonBD et puis Frederik Peeters m'a tuée ! Ça m'a essoufflée d'un coup...


QU'AI-JE LU LA SEMAINE PASSÉE ?

  • Papayou de Matthias Arégui (Thierry Magnier - 10/01/2018)
En grande fan de l'auteur, j'ai attendu cet album avec impatience. D'autant plus que depuis quelques semaines l'auteur distille sur son compte instagram des dessins de l'album. Avec ma curiosité fortement titillée, je me suis imaginé mille et un scénarios possibles... évidemment l'histoire que l'auteur nous propose dans Papayou est tellement, tellement mieux. 

C'est plus qu'une histoire, c'est un conte avec son lot de magie, d'enchantement et de férocité ! Un conte sur la jalousie, dans lequel est mis en scène trois personnages hors du commun. Deux d'entre eux partagent une amitié adorable. D'ailleurs, le fruit de leur complicité apporte à l'ensemble de la communauté des opportunités pour une vie plus confortable... qui sont loin d'être appréciées par le troisième personnage, l'envieux, méchant et jaloux (a.k.a le pervers narcissique) qui voit d'un mauvais oeil le déclin de son emprise sur le groupe.

Comme dans tout bon conte, la place du narrateur est primordiale, ici les interpellations se font au travers des titres des chapitres. Ils donnent le ton et nous préparent au pire.

Je n'en dis pas plus. Ce conte féroce mérite d'être découvert et lu d'une traite. Vous irez de surprise en surprise. La surprise commence avec l'objet-livre lui-même et son format hors norme (38 x 28 cm) qui permet au dessin de se déployer. La composition des planches est tantôt régulières, tantôt complètement déstructurée dans une mesure qui reste toutefois très géométrique... mes planches favorites sont sans conteste les pleines pages (je pense même à me racheter un exemplaire pour mettre en cadre quelques beautés). Bonus : la palette de couleurs est fabuleuse... J'ai passé ma lecture à dire à copain, tu as vu ce rouge ? tu as vu ce jaune ? tu as vu ce vert, non mais regardes le vert. 

  • Ces jours qui disparaissent de Timothé Le Boucher (Glénat - 13/09/2017)
Oh ! Lu il y a mille ans et j'ai oublié d'en parler et pourtant, pourtant c'est génial de fou de dingue !

C'est l'histoire de Lubin Maréchal vs Lubin Maréchal. L'un est acrobate, l'autre est programmeur informatique. L'un et l'autre vivent un jour sur deux. Ils sont les deux personnalités d'un même corps. Du jour au lendemain, la personnalité de Lubin Maréchal se scinde en deux et à partir de là, c'est le début de mille et une questions : pourquoi, comment ? est-ce que ça va s'arranger ? s'empirer ? 

Le génie de l'auteur ? Il ne s'arrête jamais de nous surprendre !

  • RG : intégrale de Pierre Dragon (Gallimard - 23/05/2012)
Il est dans ma PAL depuis mai 2017, il me semble. J'avais oublié ma liseuse et j'avais besoin de lecture pour un aller/retour Paris-Strasbourg, mon libraire m'a proposé les deux albums de l'auteur : Pilules bleues que j'ai adoré et RG que j'ai peiné à lire. J'ai avancé tout doucement, presque comme une punition. J'ai trouvé les enquêtes sans grand intéret heureusement le quotidien (professionnel et un peu privé) des policiers était intéressant : le déroulement des missions, des planques.

Verdict : Je lis avec plaisir les histoires sur la police que quand c'est Titwane qui est au dessin !


QUE SUIS-JE EN TRAIN DE LIRE EN CE MOMENT ?



QUE VAIS-JE LIRE ENSUITE ?

BONNE SEMAINE DE LECTURES ! 
AU PLAISIR.

Enregistrer un commentaire

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by Fearne.