L'archipel du Chien de Philippe Claudel

17 avril 2018



J'ai découvert ce roman grâce aux éditions Stock.
Merci à vous, pour cette opportunité de lecture !

Résumé :
« Le dimanche qui suivit, différents signes annoncèrent que  quelque chose allait se produire.Ce fut déjà et cela dès l’aube une chaleur oppressante, sans  brise aucune. L’air semblait s’être solidifié autour de l’île,  dans une transparence compacte et gélatineuse qui déformait  ça et là l’horizon quand il ne l’effaçait pas : l’île flottait au milieu de nulle part. Le Brau luisait de reflets de  meringue. Les laves noires à nu en haut des vignes et des  vergers frémissaient comme si soudain elles redevenaient  liquides. Les maisons très vite se trouvèrent gorgées d’une haleine éreintante qui épuisa les corps comme les esprits.On ne pouvait y jouir d’aucune fraîcheur.Puis il y eut une odeur, presque imperceptible au début, à  propos de laquelle on aurait pu se dire qu’on l’avait rêvée,  ou qu’elle émanait des êtres, de leur peau, de leur bouche,  de leurs vêtements ou de leurs intérieurs. Mais d’heure en  heure l’odeur s’affirma. Elle s’installa d’une façon discrète,  pour tout dire clandestine. »

Moi j'en dis :
Dans L'archipel du chien, une voix s'élève et s'adresse au lecteur. Elle lui présente la situation, sans jugement, sans commentaire, l'effet n'en est que plus féroce. Cette voix a résonné en moi comme un écho. L'auteur est ici le haut-parleur de mille et une questions, de mille et une vérités qui gravitent autour de nous, mais que personne n'ose ni penser, ni poser.⠀

L'histoire c'est celle de 6 habitants ordinaires, d'une île ordinaire. Un matin, leur routine est bouleversée par une découverte macabre qu'ils font sur les rives. Trois cadavres se sont échoués, "trois corps d’hommes noirs, simplement vêtus de tee-shirts et de pantalons de jean, les pieds nus, qui paraissaient dormir, le visage contre la grève". Que vont-ils faire ? La question est limpide, la réponse beaucoup moins.

Ils sont six à savoir, l'un d'eux a déjà parlé.
Dans ce huis clos à ciel ouvert, se joue un secret contre une vérité.
Se joue, le silence pour la viabilité d'un projet économique contre l'humanité et la dignité.

Lié par le secret, chacun va le porter à sa manière.
Lié par un déni, chacun va s'arranger avec sa conscience.

Ce groupe, c'est un échantillon de l'humanité. Chacun représente une réaction possible, face à une situation donnée. L'échelle des réactions entre préoccupation et consternation est polluée par des facteurs extérieurs. Ainsi, il y a celui qui ne veut pas que ça perturbe son confort et son quotidien ; celui qui est préoccupé par le qu'en-dira-t-on, celui qui s'intéresse aux répercussions et aux problématiques économiques ; celui qui est impliqué mais pas concerné, celui qui est concerné mais pas impliqué. Et évidemment, il y a celui qui se lève et s'indigne.

Ce groupe va être ballotté par deux leaders, deux personnes qui s'opposent, l'un étant le reflet négatif de l'autre. Les autres ne sont que des suiveurs, évidemment les suiveurs de celui qui parlera le plus fort. Ce sont des lâches ordinaires, ceux qui assistent à une situation mais ne prennent pas position. La bataille sera féroce et déloyale.

 

Verdict : L'histoire commence à peine qu'on est capté tout entier par le récit. Pas d'efforts à faire pour se concentrer, l'esprit est complètement captivé par les mots. Ils sont nombreux ces livres dont on dit "Il mérite d'être lu d'une traite". Ils sont peu ce qu'ils le sont vraiment. L'archipel du chien en est un ! Comment s'arrêter sans avoir le fin mot de l'histoire ? Sans savoir jusqu'où l'homme est disposé à aller pour protéger ses intérêts ?

Ce roman c'est une démonstration fine et féroce du processus que certains appliquent pour déshumaniser les migrants, ce refus de dignité qui les fait mourir une deuxième fois. Il aborde à merveille la prise de recul pour se déculpabiliser ; cette conscience avec laquelle on s'accommode ; ce sacrifice de l'individu pour le groupe. Ce roman fait mal à l'Homme. Il met en lumière sa vérité, sans jugement, sans commentaire.⠀

Les infos : 
Date de parution : 14/03/2018
Editeur : Editions Stock
Nb. de page : 288 pages
Prix : 19.50€

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by FCD.