Le couple idéal (enfin) de Angéla Morelli

7 août 2018


Résumé :
Un goujat égocentrique ! Voilà comment Clara, libraire, qualifie désormais l’écrivain mondialement célèbre Craig Anderson, qui était son auteur de polars favori. Était, car leurs échanges sur les réseaux sociaux lui ont permis de découvrir une toute nouvelle facette de M. Anderson, laquelle n’est pas très reluisante. Après tout, s’il ne supporte pas les critiques de ses romans, il n’a qu’à pas les lire ! Et, comme si cette désagréable déconvenue ne suffisait pas, ce mois d’août à Paris est aussi désert que caniculaire. Heureusement, un séduisant touriste écossais pousse presque tous les jours la porte de sa librairie La Caverne d’Ali-Baba et multiplie les prétextes pour la croiser par hasard…

Moi j'en dis :
Angéla Morelli, Angéla Morelli, Angéla Morelli je j'adore ! J'attends ses publications avec impatience, et depuis quelques romans avec appréhension aussi : j'ai peur qu'elle perde son fabuleux mojo et sa capacité à se renouveler !

Un risque qu'elle dépasse haut la main dans son nouveau roman « Le couple idéal (enfin) » qui met en scène, la dernière copine du trio des Parisiennes : Clara, la libraire ! 
Une héroïne à la personnalité complexe. Elle est mystérieuse, délicate et douce, mais aussi pragmatique et réaliste. Elle est ce qu'on appelle une force tranquille. Zen et souriante, elle fait tout pour ne pas tirer la couverture vers elle et prend de front les situations sans les dramatiser. Toujours là pour épauler ses amies, elle ne demande pas d'elles le même soutien, même quand franchement elle se retrouve dans la panade, parce que la situation de sa librairie frôle la banqueroute. 

Face à elle, Craig Anderson, un auteur de thriller à succès ! Il a une dizaine de romans à son actif, les premiers sont très bons, mais depuis 4 ans, il se contente d'intrigues bourrées d'incohérences. 
Des incohérences que Clara va souligner dans un article sur le blog de sa librairie. À partir de là, un dialogue va s'instaurer entre nos héros. Une conversation qui au départ la surprend et qui va rapidement s'envenimer quand Craig se révèle égocentrique et borné. Le goujat ira même jusqu'à ignorer un refus de la part de Clara et tentera de poursuivre leur dialogue, aka harcèlement, IRL. 

Clairement, Clara voit Craig Anderson comme une pierre qui s'ajoute à son édifice de problèmes ! Heureusement pour elle, elle sera distraite par un touriste écossais que le hasard place régulièrement dans sa routine. 

La force de Madame Morelli a encore frappé : ses personnages sont canons ! Leurs personnalités sont pleines de contrastes et d'aspérités, avec des vulnérabilités réalistes. Le héros n'en est pas moins charmant, intelligent et sexy (sans commune mesure) et l'héroïne indépendante, drôle et bienveillante. Ils ont des défauts à la hauteur de leurs qualités. Il transpire l'authenticité ! 

Ce roman ne se contente pas de mettre face à face nos deux héros, loin de là. La magie de l’auteur consiste à leur donner un panel de personnages qui gravitent autour d’eux, pour le meilleur et pour le pire.
  • C’est Greg qui se coltine le pire, avec notamment une future ex-femme qui symbolise toutes ses mauvaises décisions.
  • Pour le meilleur on (re)découvre le crew de copines de Clara avec Émilie, Louise et Antoine. Des personnages qui ne font pas que de la figuration, non, non, comme à son habitude l’auteur continue à les malmener et leur donne du fil à retordre dans leur propre histoire. Ainsi, ils sont les compagnons de notre héroïne, mais se démènent également pour toucher l’horizon. À l'image de la vie, les rebondissements sont à chaque coin de rue.
Il y a autant de thématiques que de personnages qui sont abordées dans ce roman. Des thématiques tout aussi intéressantes l'une que l'autre et l'auteur les traites avec beaucoup d'intelligence et de finesse : 
  • L’envers du décor des auteurs, avec notamment leur processus d’écriture de Greg. Ainsi, que le rapport entre les lecteurs et les auteurs. Ce point de rencontre crucial, où le lecteur s’empare du travail de l’auteur et l’apprécie... ou non. Ce moment où l’auteur fait face à la critique. Mais aussi, ce moment où le lecteur dépasse l’œuvre pour s’intéresser à l’auteur, tomber sous son charme (ou non). 
  • Le milieu de la librairie, loin de son faste et de son glam’, mais plutôt dans ses problématiques d’actualité avec les difficultés de la profession face à la désertion des commerces. 
  • Le pouvoir des réseaux sociaux qui permettent le partage, l’interaction et l’instantanéité mais aussi le harcèlement et la prise à partie. 
  • Le consentement et surtout la valeur d’une réponse négative, encore plus quand le non est donné par une femme. Un thème en résonance avec l’actualité. D’ailleurs, j’ai adoré l’utilisation du #BalanceTonEcrivain. 
Sans compter les sujets abordés au détour d’une conversation, notamment dans les intrigues des personnages secondaires ! C’est encore une fois un foie un roman qui met en scène avant l’empowerment des femmes. Avec ici, une héroïne dont le passé familial et amoureux est loin d’être de tout repos, qui est tout à fait à même de faire face à la vie avec sa petite équipe pour l’épauler (même si elle ne le demande pas). 

On avance dans l’histoire avec avidité, poussé par la curiosité de savoir comment la situation va se désamorcer entre nos héros, et je dois dire que j’ai été complètement convaincue par la façon dont la vérité éclate !

Verdict : C’est une lecture douce et dynamique. L’auteur s’amuse avec un vocabulaire riche et luxuriant. Elle glisse mille et une expressions de son cru ou bien démodée comme il convient. Ça rend l’écriture chatoyante. Les dialogues sont bourrés d’humour. L’auteur joue avec les clichés, elle prend le temps de leur tordre le cou et surtout de les nuancer. Ça n’apporte rien à l’intrigue, juste du bon sens à l’histoire et c’est rafraîchissant.

Bonus : Aaaah, je chipote, je chipote, je chipote mais la résolution du problème de la librairie est un brin tirée par les cheveux. La partie propriété passe, mais le sort de la dette et la manière dont l’héroïne l’apprend... petit bof. Mais je chipote, ne me tapez pas.

Les infos :
Date de parution : 30/05/2018
Editeur : Harlequin
Collection : &H
Nb. de page : 304 pages
Prix : 17.90€

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by FCD.