Babylone Express de Mathilde-Marie de Malfilatre

13 septembre 2018


Résumé :
ELLE était lieutenante de la gendarmerie nationale, vouée à la surveillance des éco-terroristes. Mais, la rencontre avec Marco, dealer aristocratique et maquisard végan, va la conduire sur une pente vertigineuse et enivrante, aux quatre coins de l'Europe. Bon voyage à Babylone Express !

Moi j'en dis :
Je suis une grande fan des fictions qui se déroule dans le milieu de la drogue (et par extension celui de la mafia), de Scarface à American Gangster, en passant par Narco, sans oublier Blow ou la griffe du chien et Flash... et là je mélange les genres et ne cite que mes favoris. Je trouve qu'il y a dans cet univers une intelligence, une créativité et un aplomb incroyable !

Je pense avoir vu et lu une grande partie de ce qui existe dans ce milieu.

Alors quand j'ai lu le résumé de "Babylone Express", j'ai été intriguée au plus haut point, parce qu'il est la combinaison de deux des thèmes qui me passionne actuellement dans littérature c'est-à-dire la romance et le monde de la drogue.

C'est l'histoire de Luna, une jeune femme brillante à la carrière prometteuse qui décide de quitter ses fonctions de lieutenant de la gendarmerie nationale pour se consacrer à la première étape de sa reconversion professionnelle : le trafic de stup. Pour cela, elle sera accompagnée par son amoureux transi : Marco, un militant de la cause animale. Ils vont vendre de la drogue et monter toute une organisation. Pour le faire, ils vont procéder en plusieurs actes, chaque acte correspondant à degré deal plus important... J'ai trouvé leur méthode de deal et leur logistique assez "brouillon". À mon sens c'est miraculeux que ces deux charlatans ne se fassent pas taper.

Au-delà de ça, je dois dire que je n'ai pas saisi la philosophie du personnage principale et le message qui est porté par son mode de vie et sa conduite. Elle donne l'impression de suivre un objectif à atteindre et à aucun moment, j'ai compris de quel Graal il s'agissait. À cela s'ajoute une conscience écologique radicale, culpabilisante, moralisatrice et surtout hautement hypocrite au vu de l'activité des personnages.

L'auteur utilise 9 fois le mot subversif dans son texte, alors disons le c'est peut-être subversif !

Côté écriture, c'est très dynamique, très entraînant. Il y a un sentiment d'urgence qui transpire dans le style ce qui nous porte complètement et rend la lecture fluide et rapide. Malheureusement, ce texte il est ponctué d'argot, d'anglicismes, d'"arabisme" à outrance, j'en ai fait une overdose. Il y a dans ce roman un mélange de vocabulaire qui n'est pas naturel, hormis dans une vidéo de Jean Rochefort qui nous fait "Les Boloss des belles-lettres".

Verdict : Dire que j'ai déchanté, c'est peu dire. Je n'ai eu aucune affinité : ni avec le personnage, ni avec l'histoire, ni avec la façon dont c'est écrit et raconté. Après avoir lu des avis élogieux d'autres lecteurs, je réalise que mes attentes étaient peut-être trop grandes, tout simplement. Autrement ce n'est pas lui, c'est moi. 

Les infos : 
Date de parution : 22/08/2018
Editeur : Editions Le Dilettante
Nb. de page : 256 pages
Prix : 18€

J'ai découvert ce roman grâce aux éditions Le dilettante.
Merci à vous, pour cette opportunité de lecture !

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.



Sur Instagram

© Hors les murs. Design by FCD.