Hors de portée de Georgia Caldera

11 février 2019


Résumé :
Sa spécialité ? Fuir toute relation. Et on peut dire que Scarlett est docteur ès " disparition au petit matin ". Inutile de lui parler relation sérieuse, confiance et stabilité, elle en est incapable. Si investissement il y a, c'est dans la société de décoration d'intérieur qu'elle vient de créer avec sa cousine, ancienne mannequin déjantée, et qui lui prend le plus clair de son temps. Pourtant, face à son nouveau client, le très entêté et séduisant M.
Mufle-Connard, plus connu sous le nom d'Aidan Stern, le savoir de Scarlett ne lui sera d'aucun secours. Mais parviendra-t-il vraiment à guérir les blessures du passé ?

Moi j'en dis :
Lors du Festival du Roman Feminin en 2017, j'ai eu l'occasion de rencontrer Georgia Caldera et de recevoir son roman Hors de portée. J'avais hâte de découvrir la plume de l'auteur, et puis le temps à filer. Résolution oblige, grâce à mon challenge "Sors de cette PAL" j'ai enfin pris le temps de le découvrir et je suis loin d'être emballée. Cette lecture me laisse franchement désappointée.

C'est l'histoire d'Aidan, un informaticien de talent à la tête d'une entreprise au succès florissant, qui fait appel à Scarlett pour qu'elle se charge de la décoration intérieure de ses bureaux mais aussi de sa nouvelle maison. Leur première rencontre ne se déroule pas comme il conviendrait. Leur entente est loin d'être cordiale et pourtant elle ne met pas fin à leur collaboration. Il faut dire que ce n'est pas la première fois qu'ils se rencontrent : Aidan n'a pas fait appel à Scarlett par hasard. Elle fait partie d'un projet plus vaste que celui de choisir ses nouveaux fauteuils.

Aidan et Scarlett sont des personnages haut en couleur. Chacune de leur rencontre se transforme en bataille pour savoir qui aura le dernier mot. Aussi têtus l'un que l'autre, ils se ressemblent plus qu'ils ne voudraient bien l'admettre.

La vie les a marqué tous deux par plus d’une cicatrise. Ils baladent dans leur bandoulière plus de galère que le commun des mortels. Quand l’un n’est pas à l’aise dans les interactions sociales, l’autre est passé pro dans l’art de la fuite et de l’évitement des attachements.
De beaux bras cassés, comme dans bien d’autres romances. Toutefois, ici sans l’annoncer cette romance a pour personnage principal, un héros digne d’une Dark Romance. Est-ce un problème ? Oui, parce que dans une Dark Romance, je suis averti dès le départ que les comportements des personnages seront pervers et despotiques, ici je ne l’étais pas et ça m’a profondément dérangée. Certaines scènes m’ont donné la nausée. Et pour l’anecdote, j’ai fait un cauchemar d’une rare violence le soir de ma lecture.

Aidan est (volontairement je n'utilise que des termes utilisés par l'auteur) : dur, acide, méprisant et méchant. Par ailleurs, il est aussi calculateur, manipulateur, regorgeant d'amertume et obnubilé par la vengeance. [Fin de citation]
Dans le roman, il fait preuve de violence physique, mais aussi verbale. Il ne se prive d'aucune pique assassine et acerbe envers l'héroïne. Il est maladivement possessif. Et quand il est mi-face à sa violence, il blêmit et il est décrit comme penaud (WTF) Il s'excuse bien volontiers, mais cela ne l'empêche pas de recommencer 40 pages plus loin.

Face à lui, l’héroïne a des comportements qu’on rencontre chez les femmes battues... elle est riches en initiatives, forte et indépendante quand elle se trouve loin de lui et a son contact, elle capitule, elle cède, elle s’autopersuade qu'elle grossit le trait. Dans la dernière partie, après une énième dispute, elle lui propose enfin LA solution intelligente... et ne tiens que deux lignes avant de céder. C’est hallucinant.

Loin de me charmer, j’ai trouvé leurs relations toxiques tout simplement.

Verdict : À mesure de ma lecture j'étais de plus en plus consternée. Pour reprendre l'expression de copine Althea : ce roman me fait penser à un accident de voiture. On ne peut pas s'empêcher de fixer le désastre ! Ma lecture était entièrement motivée par la conclusion que l'auteur apporterait... Et comme pour boucler la boucle, elle m'a fâchée encore plus fort.


Extrait

"Elle avait encore trop mal. Plus jamais elle ne lui redonnerait ce pouvoir sur elle. Elle se l'était juré.
— Non, tu n'as pas besoin de moi pour y parvenir, articula-t-elle, luttant pour avaler une bouffée d'air et conclure : Tu dois le faire seul. Je ne reviendrai pas. Nous deux, c'est fini.
— Non... non, répéta Aidan d'un ton faible, mais paniqué, blêmissant subitement.
Il se redressa brusquement, quittant l'appui du mur pour avancer vers elle.
— Ça ne peut pas être fini, ce n'est pas possible, nia-t-il encore tandis qu'elle s'éloignait, s'efforçant de préserver cette fameuse distance. Ne me fais pas ça, je t'en supplie.
Encore cette prière... et l'écho torturant des souvenirs qu'elle ramenait avec elle, résonnant dans son crâne.
Mon Dieu, c'était horrible. Scarlett avait l'impression qu'on lui broyait le cœur en ce moment même. Il fallait qu'il arrête, elle ne tiendrait pas sans ça. Et surtout qu'il cesse d'approcher !
— Reste où tu es ! lui intima-t-elle en tendant la main devant elle, totalement perdue.
Il s'arrêta, désemparé, son visage ciselé ayant perdu toute couleur. Puis il fit un nouveau pas, sans paraître s'en rendre compte. Et encore un autre, comme attiré malgré lui. Les traits crispés, aux abois, il se contenta de refuser :
— Je ne peux pas... Je ne pourrai jamais.
Aidan était maintenant si près...
Ce fut alors l'instinct de préservation qui la poussa à fuir. C'était sans doute la solution la plus pathétique et immature qui soit. Mais dans l'urgence, Scarlett ne réfléchit pas et prit ses jambes à son cou. Elle traversa le séjour en courant - toujours perchée sur ses talons de la veille, aussi vertigineux que dangereux - , puis la chambre, essayant d'aller se réfugier dans la salle de bains.
Mais, au lieu de dissuader Aidan, comme la logique l'aurait voulu - à défaut d'éclater de rire, il aurait au moins dû tiquer devant un comportement aussi grotesque - , celui-ci se lança à sa poursuite.
Et la rattrapa en un éclair, avant qu'elle n'ait eu le temps de se retourner pour claquer la porte derrière elle. Il la captura brutalement, l'attrapant à bras-le-corps. Puis il la serra de toutes ses forces contre lui, au risque de l'étouffer.
Scarlett hoqueta de stupéfaction tandis qu'une plainte sourde, de soulagement et de dépit mêlés, roulait dans la poitrine d'Aidan.
Ce n'est que lorsque le choc de se voir prise en chasse fut passé, que Scarlett songea à se débattre et se mit à ruer furieusement.
Elle lui donna un rude coup de coude dans les côtes, puis un second, lui envoya durement son talon dans le tibia. Mais il ne voulut rien savoir et ne céda pas d'un pouce.Lâche-moi ! protesta-t-elle piteusement.
Non, jamais, s'entêta-t-il, incliné sur elle, la bouche sur ses cheveux. J'en suis incapable. Peu importe où tu t'enfuiras, je te retrouverai toujours.
— Aidan..., gémit-elle, déchirée de l'intérieur tant ce contact révoltant lui était également - et paradoxalement - salutaire.
Sa chaleur. Son odeur. La pression de ses bras... C'était tout ce qui lui avait tant manqué ! Comment vivre sans ça ? S'en était-elle réellement crue capable ?
Bon sang, elle n'arrivait même plus ne serait-ce qu'à l'envisager ! Comment allait-elle pouvoir s'en sortir ?
Comme s'il craignait par-dessus tout qu'elle ne finisse par lui échapper, l'étreinte d'Aidan se resserra encore. Devenant alors si puissante et éperdue qu'elle en fut douloureuse. Physiquement douloureuse. Probablement lui laisserait-elle quelques bleus d'ailleurs.Pourtant, Scarlett ne pensait plus à s'y soustraire.
En fait, elle ne pensait plus à rien...
[...]
En guise de réponse, Aidan lui mordit la nuque dans un grondement, assez fort pour lui infliger une légère douleur, ainsi que pour lui faire comprendre qu'il ne désarmerait pas, qu'il irait jusqu'au bout...Et Scarlett trouva cela aussi choquant que... qu'excitant. Une vive décharge électrique courant le long de sa colonne vertébrale, pour ensuite diffuser une enivrante chaleur à l'ensemble de son corps.
Son corps, toujours prisonnier d'Aidan, totalement à sa merci.
Une de ses mains parvint à se faufiler sous son haut, remonta habilement - non sans déformer quelque peu le vêtement cependant - , et se glissa dans son soutien-gorge pour s'emparer de son sein droit. Tandis que son autre bras restait fermement enroulé autour de sa taille, afin de la maintenir contre lui, immobile.
— Rentre avec moi, ordonna-t-il d'une voix rocailleuse, mais tellement impérieuse. Il ne peut en être autrement, tu es à moi.
Puis les doigts qu'il avait enfoncés dans sa hanche pour la retenir, la quittèrent lentement, pour se promener sur son ventre. Et descendre encore. Il retroussa sa jupe en un rien de temps et s'immisça tout aussi rapidement sous sa culotte.
Déconcertée, à la fois en proie à un vif désir, mais également outrée qu'Aidan ose aller jusque-là, Scarlett lui saisit l'avant-bras pour le retenir.
C'est alors qu'il captura brusquement son poignet et l'éloigna sans douceur de l'endroit qu'il convoitait. Le lui ramenant ensuite dans le dos, une expression farouche sur le visage, tandis que d'un genou, il la forçait à écarter les jambes.
Les infos : 
Date de parution : 04/06/2014
Editeur : Editions J'ai Lu
Nb. de page : 480 pages

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.


Sur Instagram

© Hors les murs. Design by FCD.