Point Lecture #04 : BD

18 mars 2019



 Vignette qui donne accès à tous les articles BD du blog


Pour sortir de ma panne BD, j'ai décidé de prendre le taureau par les cornes et de me lancer dans un marathon sans écran (quaaaasiement) et sans roman (presque) le temps d'un week-end pour faire baisser drastiquement ma PAL de canons. Disons que l'appétit vient en mangeant, doucement mais surement j'ai enchaîné les albums. Des coups de coeur suprême d'ouf et de très très bonne lecture. 

  • L'âge d'or, Vol. 1 de Cyril Pedrosa et Roxanne Moreil (Dupuis - 07/09/2018) | Prix Landerneau BD 2018, prix BD Fnac-France Inter 2019.
La légende parle d'un "âge d'or, où vallées et montagnes n'étaient entravées d'aucune mu-raille. Où les hommes allaient et venaient librement..." 
Mais ce temps lointain est bien révolu. 
Le royaume est accablé par la disette et les malversations des seigneurs de la cour. À la mort du vieux roi, sa fille Tilda s'apprête à monter sur le trône pour lui succéder. Avec le soutien du sage Tankred et du loyal Bertil, ses plus proches conseillers et amis, elle entend mener à bien les réformes nécessaires pour soulager son peuple des maux qui l'accablent. Mais un complot mené par son jeune frère la condamne brusquement à l'exil.
Guidée par des signes étranges, Tilda décide de reconquérir son royaume avec l'aide de ses deux compagnons. Commence alors un long périple, où leur destin sera lié à "L'âge d'or" ; bien plus qu'une légende, bien plus que l'histoire passée des hommes libres et de leur combat, c'est un livre oublié dont le pouvoir est si grand qu'il changera le monde.

 Vignette qui donne accès à tous les coups de coeur du blog.

Mon avis : Album vivement recommandé par Treky, notamment pour son illustration ! J'avais hâte de découvrir ce nouvel album de Cyril Pedrosa, auteur de Portugal que j'avais beaucoup aimé. Et évidemment je suis tombée sous le charme en à peine quelques pages. 

Ici, il nous propose l'histoire de Tilda qui s'apprête à accéder au trône à la mort de son père. Le royaume qu'elle reçoit en héritage est loin d'être florissant. La population, étouffée par la pression fiscale, meurt de faim et tend à se rebeller. C'est le moment idéal pour un coup d'État. Contrainte à l'exil, Tilda et les fidèles qui l'accompagne, vont tenter de reconquérir le royaume, la question étant de savoir si elle va s'appuyer ou non sur la fureur de la population qui jaillit d'un peu partout. Fureur qui semble alimentée par un idéal politique prôné par l'âge d'or... 

Cet album aux allures de conte médiéval aborde la force de la pensée, de la liberté individuelle, de la démocratie face à l'ordre établi, les classes sociales et la monarchie. Il se superpose à merveille dans la politique contemporaine de bien des pays déchirés par la cupidité de ses dirigeants.

C'est d'une grande, très grande, beauté. L'histoire par ses messages et ses questionnements existentiels et l'illustration par sa colorisation incroyable et sa précision. Le trait est d'une finesse extraordinaire, le sens du détail de l'auteur est saisissant. Chaque vignette, chaque planche mérite une attention toute particulière. C'est lumineux, c'est renversant. C'est bluffant !

Bon, par contre, il sort quand le tome 2 ?


  • Une maternité rouge de Christian Lax (Futuropolis - 16/01/2019)
Alou, chasseur de miel, se dirige vers les ruches sauvages d’un baobab. Circulant en 4x4, armés jusqu’aux dents, une bande d’islamistes radicaux foncent sur lui et font exploser le baobab sacré.
Parmi les débris du baobab, Alou découvre, intacte, une statuette représentant une femme enceinte. Encouragé par son père, il se rend dans le pays Dogon présenter la statuette au sage du village, le hogon, respecté de tous pour sa culture. Le hogon reconnaît aussitôt cette Maternité rouge . Elle est l’oeuvre, selon lui, du maître de Tintam, dont une première Maternité se trouve déjà au Louvre, au Pavillon des Sessions. Pour le vieil homme, la sculpture, en ces temps de barbarie, sera plus en sécurité au Louvre, près de sa soeur, qu’ici, au Mali.
Confier la statuette au musée parisien, c’est la mission d’Alou. Et pour la mener à bien, le jeune homme prendra tous les risques en traversant déserts et mers, en compagnie de migrants, ses soeurs et frères d’infortune.
 Vignette qui donne accès aux coups de coeur du blog.

Mon avis : Qu'il est beau cet album. Son histoire, son message et son dessin, tout est renversant. 

Et je dois dire que ce n'était pas gagné. Au départ, en lisant le résumé, bien qu'intriguée par les thématiques annoncées, j'avais peur du positionnement de l'auteur vis-à-vis du "sauvetage" des oeuvres d'art. Je ne suis pas une grande fan du Quai Branly ou de sa succursale au musée du Louvre et des pavillons de civilisations en tous genres... Qu'on se le dise, je considère qu'il s'agit de séquestre d’œuvres de pays étrangers. Cela dit, les expositions temporaires d’œuvres me conviennent parfaitement. Temporaire étant le mot-clés, autrement dit, tant qu'on rend les œuvres ! 

Dans cet album, il est question d'une statuette datant du XIVe siècle attribué au maître de Tintam, qu'il faut protéger de la folie des extrémistes. C'est Alou, un chasseur de miel, qui sera chargé par le Hogon, le sage du village du pays Dogon, de la mettre en sécurité à Paris, au musée du Louvre. À partir de là, Alou va passer par monts et par vaux pour arriver en France depuis le Mali. D'épisode traumatisant en épisode traumatisant aucun répit ne lui sera permis, il porte une charge qu'il le dépasse.

Pas de langue de bois, pas de faux-semblant, mais beaucoup de poésie à la fois dans le dessin et le texte. L'auteur propose ici un album sincèrement engagé où il est question d'art, mais surtout d'hommes et de femmes en exil qui remettent en question l'accueil de leur terre d'accueil.


  • Les vieux fourneaux, Vol. 5. Bons pour l'asile de Wilfrid Lupano (Dargaud - 09/11/2018)
De retour à Paris, Antoine et Mimile sont contraints de s'occuper de Juliette sur l'injonction de Sophie. Désireux de partir assister au match de rugby France-Australie, Mimile cherche désespérément un moyen de s'échapper.
 Vignette qui donne accès aux coups de coeur du blog.

Mon avis : Un album qui ne se lit pas, mais se savoure ! 

J'adore cette équipe de vieux : ils sont fous, touchants et drôles. Ils sont braves, loyaux et courageux. J'en suis totalement fan. Il regonfle ma foi en l'humanité, c'est dire leur pouvoir.

L'auteur nous propose une nouvelle fois une histoire engagée et d'engagement. J'ai eu de véritables éclats de rires durant ma lecture... et j'ai eu le cœur serré aussi, plus d'une fois. J'ai découvert l'enfer sur l'île de Nauru avec eux, depuis j'ai épluché internet, comment j'ai pu passer à côté ?!

Avec un humour un peu grinçant, un peu cynique, de la tendresse, l'auteur nous partage une histoire qui a du sens... Que demander de plus. 


N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by FCD.