Les émois du mois #70 | Août 2019

2 septembre 2019

LE « MOI » d'Août

En chaque fin de mois, un petit recap' en facette de mes lectures ! Avec en quelques lignes mes impressions sur la "meilleure" et la "moins bonne"  lecture du mois.


Août,

C’est un mois compliqué. 
Pour faire passer la pilule d’anniversaire, tous les moyens sont bons :
  • Les vacances ! Avant chaque départ, je reproduis toujours le même schéma : j’attends la dernière minute pour boucler les cartons, les projets, les valises... Résultat : je perds en quelques heures de stress, l’équivalent de plusieurs mois d’espérance de vie.
  • l’overdose de lecture... J’ai fait un chouette marathon bd, j’ai lu du canon, du mignon, du délicat, du sensuel, du saisissant, du beau et du touchant. Je me suis aussi lancée, malgré moi, dans un enchaînement de livres d’une grande tristesse. 
  • et cette année, j’ai essayé le détox numérique vigoureux (notamment avec l’app Forest qui fait pousser des arbres quand tu lances dans un challenge de quelques heures sans téléphone)... pas très probant, et j’ai surtout réalisé que j’avais une additivité féroce au wi-fi.

Septembre sera le premier mois d’une longue oisiveté. Je suis certaine d’avoir l’occasion de développer, encore et encore les trois points sus-cités, notamment en m’intéressant à la rentrée littéraire.

Septembre, be cool, please. 

N.B : Ma PaL vient de passer sous la barre des 500 (sans unhaul) ! 

Mes lectures : 


TOP 


  • Le Prophète de Khalil Gibran : Depuis au moins 10 ans, tous les ans, je relis « Le prophète ». Ce manifeste a un effet fulgurant sur moi, à chaque lecture j’y pioche une nouvelle inspiration. À chaque lecture, c’est un nouveau passage qui résonne en moi. Dans « Le prophète », Khalil Gibran, donne la parole à Al Mustafa, un sage qui s’apprête à quitter sa terre d’exil. Avant de retourner chez lui, il est apostrophé par les villageois qui lui demandent son point de vue sur des thèmes de la vie : amour, joie, liberté, douleur, connaissance de soi, beauté, couple, passion, mort... C’est l’occasion pour lui de déployer toute sa sagesse et ses trésors de l’expérience humaine qui allie à merveille le monde oriental et occidental. Ses paroles sont d’une grande simplicité. Elles sont intemporelles et universelles. Il y a dans chacune de ses pensées une glorification de l’épanouissement de soi, du lieu entre les êtres et une foi indéfectible en l’avenir.
  • Si Beale street pouvait parler de James Baldwin : J’ai lu ce roman en apnée. J’ai attendu la dernière page avec l’impression d’avoir l'épée de Damoclès sur la tête. Ce livre m’a terrassé. C’est un roman sur l’amour, le racisme, l’injustice. C’est un roman poignant. C’est un roman rageant.
  • Un petit grain de sable de Petra Hülsmann : Ce roman c’est une bouffée de plaisir ! La combinaison entre les personnages, l’histoire et l’intrigue est parfaite. C’est un roman drôle et plus que ça, c’est truculent, jubilant et rafraîchissant ! J’ai passé un chouette moment. L’auteur nous propose une histoire légère et plaisante sans oublier de l’ancrer dans des problématiques de la vie de tous les jours. Ce roman est un booster de bonne humeur !


Des Chiffres


Au plaisir.

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by FCD.