Je suis ton soleil de Marie Pavlenko

2 juin 2020


Résumé :
Déborah démarre son année de terminale sans une paire de chaussures, rapport à Isidore le chien-clochard qui s'acharne à les dévorer. Mais ce n'est pas le pire, non.
Le pire, est-ce sa mère qui se met à découper frénétiquement des magazines ou son père au bras d'une inconnue aux longs cheveux bouclés ?
Le bac est en ligne de mire, et il va falloir de l'aide, des amis, du courage et beaucoup d'humour à Déborah pour percer les nuages, comme un soleil.

Moi j'en dis :
Après avoir adoré d’amour fou le roman « Un petit oiseau » de l’auteur, j’étais tétanisé à l’idée de lire cette nouvelle publication. J’avais peur que le charme n’opère pas et j’avais peur d’être déçu. Évidemment, mes craintes ont été balayées dès les premières pages.

L’auteur a un don sans pareil pour nous raconter des histoires d’adolescence. Elle le fait avec une justesse de ton saisissante ! Elle raconte le quotidien ordinaire, dans ses hauts et ses bas, dans ses joies et ses drames. Elle parle de tout, de rien, de petits et de grands événements, sans pathos, sans surenchère, sans jugement, sans morale…

Elle nous amène à la rencontre de ses personnages, nous invite dans leur pensée et leur intimité, et nous donne l’occasion d’être le témoin des épreuves qu’ils traversent. La profondeur qu’elle donne à ses personnages nous fait irrémédiablement succomber à leur charme. Résultat ? Elle déclenches notre empathie. Leurs bonheurs et leurs peines sont les nôtres. Entre impatience et appréhension, on se tient prêt à lire la prochaine ligne, à tourner la prochaine page. Et on a peur, peur qu’il arrive un truc.

Enfin, un truc de plus… L’histoire, c’est celle de Déborah, une jeune adolescente qui vient de faire sa rentrée en terminale. La fameuse dernière ligne droite avant le bac l’angoisse un peu. Enfin l’angoissait un peu, avant qu’elle ne nage à contre-courant dans les problèmes, les contrariétés, les doutes, les craintes, les questions, qui se sont invités dans sa vie à partir du moment où elle rencontre une inconnue aux longs cheveux bouclés. Sa vie lui donne l’impression de déraper, alors que sa meilleure amie (dans le tumulte de ses propres préoccupations) n’est pas là pour la rattraper, elle en profite pour se faire de nouveaux amis, Jamal et Victor, dont le soutien sans faille m’a fait chaud au cœur.

Déborah m’a impressionné par son courage, sa capacité à traverser les épreuves et sa manière d’aborder les changements. Plus d’une fois, j’ai eu envie de lui faire un câlin pour lui donner l’occasion de faire tomber le mur de silence derrière lequel elle se protège.

Verdict : En quelques pages j’ai eu l’impression de partager un bout de vie avec Déborah ! J’ai terminé le roman en lui souhaitant le meilleur. Rien que le meilleur. Coup de coeur, évidemment.

Les infos : 
Date de parution : 08/03/2017
Editeur : Editions Flammarion
Nb. de page : 416 pages

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.


Sur Instagram

© Hors les murs. Design by FCD.