14 mars 2017

Pas si simple de Lucie Castel


J'ai découvert ce roman grâce à la plateforme NetGalley et les éditions Harlequin. 
Merci à vous, pour cette opportunité de lecture !

Résumé :
Parce que, dans la vie, rien n’est simple, Scarlett se retrouve coincée par la neige à l’aéroport d’Heathrow avec sa sœur Mélie l’avant-veille de Noël.
Parce que, dans sa vie, tout est compliqué, Scarlett entre par erreur dans les toilettes des hommes et tombe sur William, un Britannique cynique et provocateur dont le flegme et le charme distingué sont ce que la Grande-Bretagne promet de mieux. Les heures d’attente leur permettent de faire plus ample connaissance et William leur propose alors de passer le réveillon dans sa maison, près de Kensington Street, le temps que le trafic reprenne. Une invitation en apparence innocente, mais qui va conduire les deux jeunes femmes au cœur d’un réveillon riche en émotions et en surprises de taille…

Moi j'en dis :
Encore une lecture motivée uniquement par sa belle couverture. Je fais des efforts pour dépasser ma superficialité de lectrice : cette fois-ci, j'ai lu le résumé, bon, pour aussitôt l'oublier, mais tout de même, notez l'effort !

L'histoire, c'est celle de Scarlett, architecte, et Mélie, sexologue, deux soeurs en déplacement à Londres pour leur boulot, qui se retrouvent coincées par une tempête de neige à l'aéroport d'Heathrow en attendant le prochain vol vers la France. Rien de bien méchant, il leur suffit de prendre leur mal en patience me direz-vous. Et bien, elles l'auraient certainement pris de cette manière, si ce n'était pas à l'avant-veille de Noël ; si elles n'étaient pas impatiemment attendues par leur mère ; si ce n'était pas le premier Noël depuis la perte du pilier de leur famille. 

Un vol retardé, puis annulé qui se transforme en drame et puis en rencontre. Entre Scarlett et William, un londonien, lui aussi bloqué.

Leur rencontre commence par un badinage léger, anecdotique.. mais une alchimie s'insinue rapidement dans leurs rapports. Ni l'un, ni l'autre n'est coutumier de cette complicité si vite installée. À partir de là, difficile de se séparer. Ça tombe bien, ils sont bloqués dans un aéroport.. Enfin pas si bloqués que ça, rapidement William va inviter les soeurs à passer le réveillon chez lui. 

Leur petit plan improvisé va se transformer en repas de famille, une famille débordante et envahissante. Mais ce soir, pas de place pour l'hypocrisie et la politesse sociale, c'est le moment de régler leur compte. C'est d'ailleurs la présence des soeurs qui va faire office de détonateur pour la restructuration de cette famille. 

Attention, ce roman se déroule autour de Noel et pourtant, ce n'est pas un roman de Noel, l'ambiance n'y est pas du tout. C'est plutôt un roman d'une rencontre fortuite, pleine de surprises et aussi un roman familiale.. avec une famille dysfonctionnelle et une autre qui tente de trouver un nouvel équilibre après un choc trop brutal pour continuer. Pourtant, pas de drames à l'horizon.. Gloussements, rires et fous rires dès les premières pages !

Il faut dire que Scarlett envoie du lourd, elle est rigolote, fraîche, spontanée.. presque folle. Elle ne dispose d'aucune diplomatie, elle est rentre-dedans, sincère et franche. Et pourtant, elle est loin d'être irréfléchie, son cerveau tourne à mille à l'heure, elle passe son temps à penser, penser, penser. Elle raisonne tout. Elle fait des montagnes de pas-grand-chose, des envolées d'interprétations sur les actions et les réactions des autres, dont elle arrive rapidement à se convaincre de leur légitimité. Elle est terrifiante et tellement canon <3

Face à elle, Wiliam est tout aussi tordant. Tout ce qui sort de sa bouche est drôle. Il a une maîtrise du sarcasme et d'ironie qui rend chacun de ses réparties pince-sans-rire. Tout en maintenant des dehors lisses et policés, il est l'image même du flegme britannique. Fabuleux, quoi. 

Deux personnages bourrés d'humour, qui ont en commun les barricades qui protègent leurs coeurs. Ils sont tous les deux dans une stratégie de contournement des sentiments pour s'éviter les peines. Pas de coeur, pas de peine, c'est bien connu. Il faut dire qu'ils bataillent tous les deux contre un chagrin qu'ils ont du mal à surmonter. Ils vont tous deux devoirs ouvrir leurs chakras et d'arrêter de s'apitoyer pour aller de l'avant.

Sans oublier les personnages qui gravitent autour d'eux : Mélie, la fabuleuse Mélie, elle a un sens de la formule qui ignore toute transition, ce n'est pas moi qui le dis, c'est l'auteur. J'en suis tombée amoureuse. Elle ne dispose pas de filtre à sa parole, et j'adore ça. Leur mère est pas mal dans le genre drôle et spontanée aussi. Dans la famille de William, les belles personnalités sont également aux rendez-vous avec Thomas, le frère, peu sûr de lui et pourtant très entreprenant ; Lizzie, la grand-mère, remuante ; Kathy la tante, dramatique et victimaire ; Georges, le père taciturne et Léna, la mère psychopathe.

Avec eux, on assiste à un beau choc des clans : le dévouement familial, face à l'évitement. Évidemment vu les personnalités qui se côtoient, ce roman, ce sont des joutes verbales tordantes à chaque détour de phrases. Le ton idéal pour parler de sujets difficiles, comme le deuil, le chagrin, l'acceptation de soi et la familiale.

Verdict : C'est un roman drôle et plus que ça, c'est truculent, jubilant et rafraîchissant ! Un coup de coeur.

Bonus : Mélie rejoint mon Crew de mes Best Friends forever, pour sa spontanéité et ses discours imprévisibles. Handicapée sociale et paradoxalement elle a capable de déchiffrer les comportements des autres sans mal. Elle parle sans réfléchir, n'a aucun filtre, mis-à-part celui de l'honnêteté. . Un peu comme Ziggy dans Beautiful Player ou encore le fabuleux Professeur Tillman Le théorème du homard de Graeme Simsion. Impossible de ne pas tomber sous son charme.

Les infos : 
Date de parution : 22/03/2017
Editeur : Harlequin
Collection : &H
Nb. de page : 288 pages
Prix : 12.90€

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.

Enregistrer un commentaire

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by Fearne.