Les émois du mois #52

2 février 2018

LE « MOI » DE Janvier

En chaque fin de mois, un petit recap' en facette de mes lectures ! Avec en quelques lignes mes impressions sur la "meilleure" et la "moins bonne"  lecture du mois.



TOP

  • ❤ Bluff de David Fauquemberg (Stock - 03/01/2018)

Ce roman il avance à deux cadences, celle de l'histoire et celle de la légende. 
C'est un conte initiatique digne des mille et une nuits. On avance dans la lecture pour en savoir toujours plus. En savoir plus sur le Français, on le sait en lutte contre un flot d’images et de pensées, alors on grappille chacune de ses confessions et on attend d'en savoir toujours plus sur ses motivations, ses démons et tout simplement sur ses impressions. En savoir plus ses nouveaux acolytes. En savoir plus sur les aventures qu'ils vont devoir affronter pendant la pêche saisonnière, vont-ils trouver les langoustes, vont-ils essuyer des tempêtes, le Français va-t-il tenir le choc ? Et enfin, en savoir plus sur les légendes du Pacifique. 
J'ai trouvé ce roman passionnant. À peine commencé j'avais envie de le lire d'une traite et une fois les dernières pages en approchent, j'ai rationalisé ma lecture pour ne pas le finir trop vite. 

  • ❤ Papayou de Matthias Arégui (Thierry Magnier - 10/01/2018)
En grande fan de l'auteur, j'ai attendu cet album avec impatience. D'autant plus que depuis quelques semaines l'auteur distille sur son compte instagram des dessins de l'album. Avec ma curiosité fortement titillée, je me suis imaginé mille et un scénarios possibles... évidemment l'histoire que l'auteur nous propose dans Papayou est tellement, tellement mieux. 
C'est plus qu'une histoire, c'est un conte avec son lot de magie, d'enchantement et de férocité ! Un conte sur la jalousie, dans lequel est mis en scène trois personnages hors du commun. Deux d'entre eux partagent une amitié adorable. D'ailleurs, le fruit de leur complicité apporte à l'ensemble de la communauté des opportunités pour une vie plus confortable... qui sont loin d'être appréciées par le troisième personnage, l'envieux, méchant et jaloux (a.k.a le pervers narcissique) qui voit d'un mauvais oeil le déclin de son emprise sur le groupe.
Comme dans tout bon conte, la place du narrateur est primordiale, ici les interpellations se font au travers des titres des chapitres. Ils donnent le ton et nous préparent au pire.
Je n'en dis pas plus. Ce conte féroce mérite d'être découvert et lu d'une traite. Vous irez de surprise en surprise. La surprise commence avec l'objet-livre lui-même et son format hors norme (38 x 28 cm) qui permet au dessin de se déployer. La composition des planches est tantôt régulières, tantôt complètement déstructurée dans une mesure qui reste toutefois très géométrique... mes planches favorites sont sans conteste les pleines pages (je pense même à me racheter un exemplaire pour mettre en cadre quelques beautés). Bonus : la palette de couleurs est fabuleuse... J'ai passé ma lecture à dire à copain, tu as vu ce rouge ? tu as vu ce jaune ? tu as vu ce vert, non mais regarde le vert. 


  • ❤  Toni de Line Papin (Stock - 10/01/2018)

Il y a un peu de L'amie prodigieuse d'Élena Ferrante dans le roman Toni de Line Papin. Dans l'un comme dans l'autre, on suit un personnage qui décide de coucher sur le papier tous les souvenirs liés à un proche qui tente volontairement de disparaître. Quand Élena nous entraîne dans une fresque de Naples des années cinquante, Line nous plonge dans la vie trépidante et délurée des Berlinois d'aujourd'hui. 
Mais avant ça, c'est l'histoire d'Ezra et Toni, deux cousins qui se retrouvent chaque été pour des vacances sans limite chez leurs grands-parents. Ensemble ils ont fait les 400 coups, ensemble ils ont imaginé les 400 suivants. Indissociable, indivisible, inséparable, ils se retrouvent avec plaisir pour continuer leurs aventures, jusqu'à l'été de leurs 14 ans. Là, plutôt que dans la demeure familiale, c'est à Hambourg qu'ils vont affûter leur complicité, pour le meilleur et pour le pire. 
J'ai adoré ma lecture et surtout je l'ai vécu jusque dans les derniers mots. C'est un roman complexe et simple sur la quête de soi quand le hasard de la vie invite des drames et des chamboulements dans un parcours qui avaient tout pour être serein.

  • ❤  Les indifférents de Julien Dufresne-Lamy (Belfond - 01/02/2018)
Une lecture imprévue que j'ai dévorée ! J'ai avancé dans l'histoire poussée par l'envie d'en savoir toujours plus, toujours plus vite. L'histoire, c'est celle de Justine, une jeune Alsacienne qui débarque à Arcachon. Rapidement, elle rencontre Théo, un jeune du cru qui l'invite à partager l'amitié de son petit crew. Ils vont partager plus que ça, ils vont partager le meilleur, le pire... Je n'ai pas fini de digérer ma lecture, je reviens rapidement pour vous donner un avis !

  • ❤ The infinite loop, Vol. 2. La lutte de Pierrick Colinet et Elsa Charretier (Glénat - 04/11/2015)
J'ai adoré le premier tome, et même plus je suis complètement tombée sous le charme : l'histoire, les intrigues, les personnages, les dessins, les couleurs... tout est génialissime. J'ai commencé le second... je pensais l'avoir fini et je l'ai oublié dans un coin ?! Improbable et pourtant vrai. 
Improbable, parce qu'une fois repris, impossible de ne pas aller au bout pour en savoir plus sur l'avenir de Teddy et Ano, mais aussi sur l'avenir de l'humanité tout entière. 
Dans le tome précédent, je retenais de l'intrigue une très belle histoire d'amour au-delà du genre, une histoire d’émancipation, de liberté, c'est déjà beaucoup et c'est tellement plus que ça, c'est l'histoire de ceux qui prennent position, ceux qui se sacrifient pour un monde meilleur. C'est canon !



BOF


  • Highbone theater de Joe Daly (L'Association - 13/05/2016)

J'ai bien compris on ne touche pas à Joe Daly. Alors justement, je vais être rapide : j'ai trouvé cette lecture éprouvante, digne d'une punition pas méritée. En bonne bibliothécaire, je redonnerais sa chance à l'auteur, mais pas tout de suite.


  • RG : intégrale de Pierre Dragon (Gallimard - 23/05/2012)

Il est dans ma PAL depuis mai 2017, il me semble. J'avais oublié ma liseuse et j'avais besoin de lecture pour un aller/retour Paris-Strasbourg, mon libraire m'a proposé les deux albums de l'auteur : Pilules bleues que j'ai adoré et RG que j'ai peiné à lire. J'ai avancé tout doucement, presque comme une punition. J'ai trouvé les enquêtes sans grand intéret heureusement le quotidien (professionnel et un peu privé) des policiers était intéressant : le déroulement des missions, des planques.

Verdict : Je lis avec plaisir les histoires sur la police que quand c'est Titwane qui est au dessin !


LECTURES EN COURS :



Au plaisir.

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by FCD.