Une semaine avec lui de Monica Murphy

5 juin 2014

Résumé : 
Fable travaille d'arrache-pied pour gagner son indépendance, tout en élevant son petit frère. Sa réputation de fille facile lui vaut d'enchaîner les aventures sans lendemain, ce qui arrange bien les affaires de Drew, le meilleur joueur de l'équipe de football de la fac. Alors qu'il s'apprête à passer une semaine dans sa famille au passé tourmenté, il lui propose, moyennant finance, d'incarner sa petite amie. Fable ne demande pas mieux que d'entrer dans la peau du personnage. Si seulement cette parenthèse pouvait s'éterniser…

Première phrase :
GRISÉE.

Dernière phrase :
Parce que je sais... *Supprimé, Spoiler*

Le paragraphe : 
À première vue, ma famille a l’air parfaite. Enfin, aussi parfaite que peut l’être une famille qui souffre encore de la disparition d’une mère et d’une sœur, et dont le couple parental se résume à une belle-mère disjonctée et à un père froid comme l’hiver.

Bouchon des bois en dit : Monica Murphy nous offre là un roman intense, qui m’a prise aux tripes plus d’une fois, et m’a laissée toute pantelante, le cœur en vrac et le ventre serré. A découvrir ! Lire la suite.

Moi j'en dis : 
Il y a quelques semaines j'ai lu plusieurs avis de lecture sur "une semaine avec lui". Toutes s'accordaient à dire que l'intrigue était sans surprise et trop rapide. J'étais sur le point de passer mon tour, avec les remerciements de ma PAL et puis l'avis de lecture de Ialys à titillé ma curiosité : "j'ai été quelque peu agacée par certaines réactions surtout celles de Drew qui a tendance à agir et penser comme une vrai « nana » des fois". Hmm.. Un homme qui pense comme une femme ?! Quoi, comment et pourquoi ? Me suis donc noté le titre.

Je l'avais presque oublié quand il est ressortit dans les échanges du club des sociologues du dimanche. Pourquoi il est sélectionné ? Pour l'aspect pécunier. Pour être plus précise, il entre dans la catégorie "Quand le contrat se transforme en relation". D'ailleurs, dans cette même catégorie, il y a également "Liaison à durée déterminée" de Jennifer Probst que je lirais sous peu.
Oui, ce club se prend de plus en plus au sérieux. Les débats sont intenses par mails, mais aussi à chaque fois qu'on se voit. Et c'est loin de me faire plaisir, n'oubliez pas, ce club est venu au monde à cause de mon côté mijaurée quand il s'agit d'aborder des sentiments en public.

Une semaine avec lui, c'est une histoire de bras cassés, je suis ravie ça faisait longtemps. Avec l'avis de lecture de Ialys, je savais à quoi m'attendre. D'ailleurs, je n'attendais pas grand-chose de ma lecture... C'est sans doute pour ça que j'ai été surprise.

Drew à tout pour être heureux. Il est étudiant (mais dans quelles matières, je ne sais pas!) avec de bons résultats, c'est le quarterback de l'équipe de football universitaire en tête du championnat, avec des perspectives de carrière allant jusqu'à la NFL, il est beau, il est riche... A priori tout va bien ! Les vacances de Thanksgiving approchent, il prépare son retour chez ses parents à Carmel. Une ville magnifique et particulièrement cossu selon la recherche google de Fabe, l'héroïne.

En effet, c'est là que Fabe intervient. Drew est anxieux à l'idée de retourner dans sa famille, alors il lui demande de l'accompagner. Non, c'est pour ça qu'il paye Fabe pour qu'elle l'accompagne. 3000$ ce n'est pas une somme négligeable pour une jeune fille sans-le-sou qui se démène pour maintenir sa famille à flot. Sans hésitation, elle accepte.

Fabe entend bien s'appliquer dans son nouveau travail, elle pose des questions de bases pour rentrer dans son rôle et elle est gagné par la curiosité. Les questions s'enchaînent pour son rôle et puis pour elle. Et on en est ravie, parce que les questions ne peuvent que démanger le lecteur ! Pourquoi Drew paye une fille pour l'accompagner quand des dizaines de groupies l'auraient accompagné gratuitement et sans se faire prier ? Il cache quelque chose, mais quoi ?! Il veut faire peur à sa famille en venant avec une "roturière" ? Il est gay ?
Elle n'a pas l'intention de se contenter des demi-réponses que Drew lui donne, sans s'en rendre compte elle va le bousculer et le pousser dans ses retranchements. Rapidement, la distinction entre comédie et réalité devient flou. Surtout quand Fabe devine que les mystères de Drew sont plus sombres que toutes les hypothèses qu'elle avait imaginées jusque là.

Quand il arrive enfin dans la demeure familiale, on rencontre le père et la belle-mère de Drew. L'ambiance est explosive ! Je m'attendais à une famille coincée dans son embourgeoisement, des conservateurs un peu rigide. Rien de bien méchant quoi. Au lieu de ça, sa famille m'a fait froid dans le dos ! Le contexte familial de Drew est encore plus "déglingué" que celui de la jeune fille. La différence entre les deux ce sont les apparences... Mais bon l'apparence ne trompe que ceux qui s'y arrêtent.

Dans certains avis de lecture, les personnages sont considérés comme agaçants... et bien je n'ai pas du tout ressentit ça ! Me suis beaucoup attaché à ses deux victimes de la vie. Particulièrement à Drew.. Ses pétages de plomb m'ont donné envie de rentrer dans le roman pour lui dire It Gets Better (un peu comme une star du projet ;)). Il y a bien quelques répétitions qui m'ont agacées, mais ça c'est une question de style..

Parlons d'Adèle ! Elle est terrible, monstrueuse, méchante, tyrannique. Une vraie psychopathe ! Sa fourberie m'a donné des accès de violence. Adèle m'a mise dans une colère terrible. Son impunité m'a révolté ! Et le père qui ne voit rien.... Sueurs froides ! Chapeau bas pour Fabe qui se tiens droite dans ses bottes malgré l'ambiance. 

Verdict : Quand on ne s'attend à rien, on est forcément surpris et là, c'était une agréable surprise. Ce livre aborde un traumatisme que peu d'auteur ont le courage de confronter. Alors, même si l'auteur n'est pas allé au bout des choses, selon moi, c'est un pas en avant. Je suis passée par mille émotions de la colère à la joie en passant par la compassion, la tristesse et l'espoir.

Bonus 1 : Pas convaincue par la dernière révélation autour de Vanessa.

Bonus 2 : L'histoire commence avec Drew qui attend Fabe à la sortie du bar où elle travaille. Là, immédiatement je me suis dit "Noooon, il l'a harcèle....!" #InstantConfession : Je déteste les histoires de harcèlements. Je me sens toujours coupable par qu'à un moment où un autre, l'auteur arrive à nous faire ressentir de la compassion pour l'oppresseur; J'étais donc à deux doigts de fermer le roman.

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez. 
Au plaisir.

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by FCD.