Unité d'élite, tome 1 de Loraline Bradern

14 décembre 2018


Résumé :
Ils se sont rencontrés dans le noir. Captifs d'un groupe terroriste, ils ont partagé la même cellule et, par sécurité, utilisé des faux noms. Elle était Jessi. Lui, Woody. Au milieu de l'enfer, sans jamais se voir, ils se sont chamaillés, désirés. Et il l'a sauvée au péril de sa vie. Presque trois ans plus tard, Alyssandra travaille au sein des forces spéciales de la Navy, le Black Squadron. Elle croit son Woody mort. 
Leur histoire, fantasmée. Leur passé, enterré. Jusqu'à ce qu'une mission ébranle toutes ses certitudes.

Moi j'en dis :
Il y a quelques semaines, j’ai commencé un avis de lecture sur mon blog de cette façon : "La couverture, le titre, le sujet... ce roman, il avait tout pour ne jamais s'approcher de ma PAL... et puis voilà, les passages réguliers sur le blog de copine Gwenlan m'ont fait changer d'avis, il faut dire qu'elle sait se montrer très persuasive!". J'ai envie de vous dire rebelote !

Je ne suis pas une grande adepte des séries paramilitaires. La seule que j’ai lue, c’est celle de Maya Banks, KGI, mais je me suis arrêtée au tome qui dérape dans le paranormal. Je n'avais pas forcément d’attentes particulières pour Unité d'élite, j’étais assez curieuse de savoir ce qui avait autant emballé Gwenlan.

Rapidement je suis tombé dedans. Je l’ai commencé en fin de soirée, j’ai dû m’arrêter au bout de la nuit (à regret) pour aller dormir. Et j’ai évidemment bouclé ma lecture dès le lendemain matin. Addiction totale je vous dis.

L’histoire c’est celle Alyssandra, une opératrice des forces spéciales de la Navy. Plus que talentueuse, ses compétences sont reconnues et appréciées de ses pairs. Quand on la rencontre au début du roman elle est en fâcheuse posture. En effet, il se trouve qu’elle est séquestrée par un groupe de terroristes en Somalie. Rien n'indique qu’elle va s’en sortir indemne, il faut dire que l’auteur est particulièrement cruelle (et réaliste) avec les personnages qui l'accompagnent dans sa captivité. Notamment avec Woody, l’homme qui partage sa cellule. Murmure après murmure ils vont s’apprivoiser, se faire confiance et finalement développer une complicité tout à fait particulière. Une complicité qui donnera le courage à Alyssandra de demander à son co-détenu un service singulier.
Ce service c’est la dernière chose qu’ils vont partager, de lui découlera également un prolongement qui permettra à l’héroïne de sortir de cette éprouvante épreuve.

Héroïne qu'on retrouve quelques mois plus tard, quand elle prend ses nouvelles fonctions auprès de l’unité d’élite Black Squadron. Alors qu’elle tourne la page pour mettre définitivement derrière elle ses rudes souvenirs, des questions et des doutes commencent tout doucement à la tarauder.

Ce roman donne une part égale à l’action et à l’introspection. D’un côté l’héroïne se pose mille et une questions sur son rapport aux hommes, à la vie et à l’amour et de l’autre elle se démène pour faire respecter la place qui est la sienne dans la hiérarchie militaire. L’auteur ne se contente pas d’une « coquille militaire » qui lui permettrait d’amener une romance, une grande part de l’intrigue est donné aux interventions militaires, à leurs fonctionnements sur le terrain et à l’arrière, et à leurs enjeux. Sans oublier, les interactions qu’elles impliquent. J’ai trouvé ça passionnant !

Dans cette histoire rien n’est amené sans être étayé par des explications qui fourmillent de détails. L’auteur ne laisse pas de place à l’ambiguë, ou l’approximation. Le contenu est cohérent et donne une impression de véracité féroce. Ce roman transpire un travail de recherche et de documentation titanesque.

La force de ce roman c’est sans conteste l’écriture. Une écriture précise, mûre et intelligente. Il n'y a pas un mot de trop ! L’écriture est cinématographique, elle est profondément évocatrice, elle nous transporte dans une cave somalienne comme dans une piscine en Virginie sans mal.

Verdict : Un très, très bon roman avec une fin à tomber par terre, qui implique forcément d’avoir le tome 2 à sa disposition avant de commencer. Cette préconisation n’est pas à prendre à la légère.

Les infos : 
Date de parution : 02/03/2018
Editeur : Editions BMR
Nb. de page : 450 pages
Prix : 14,90€

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.



Sur Instagram

© Hors les murs. Design by FCD.