​Tu deviens adulte le jour où tu pardonnes à tes parents de Gérard Salem

22 mai 2018


Résumé :
«Mes chers parents,


J'imagine à quel point cette lettre écrite de ma main va vous surprendre. Oui, elle vient de moi, votre fils maudit, celui dont vous n'avez plus reçu de nouvelles depuis sept ans. Mais rassurez-vous, je ne viens pas avec des cadeaux plein les bras, comme dit la chanson. J'espère au contraire que cette lettre empoisonnera votre journée.»

Dans ce roman épistolaire, surprenant et captivant, Gérard Salem nous fait découvrir, avec humour et tendresse, l'histoire d'une famille... étrangement familière.

Moi j'en dis :
L’auteur nous propose une correspondance au sein d’une famille qui s’étend du 4 septembre au 1er janvier, cette correspondance est à l’initiative de Boris, un quadragénaire en rupture familiale depuis 7 ans. La lettre qu’il envoie à ses parents est loin d’être spontanée, il l’a décrit lui-même comme une ordonnance prescrite par son psy.

Dedans il y fait part de ses regrets, de ses amertumes, de sa colère liée à la façon dont il a été éduqué mais surtout façonné par son père et par sa mère qui ont tenté de faire de lui une image d'eux-même. Il parle également de son rôle d’aîné qui l'a épuisé, tant les responsabilités qui l’incombaient étaient trop forte. Pour aller au bout du processus d’évacuation, sur les consignes de son psy, c’est une lettre manuscrite qu'il destine à ses parents, une lettre qui a fait l’objet de plus d’efforts qu'un coup de téléphone au pire un SMS.

Il attendait de cette lettre une sorte de libération totale à laquelle il aspirait quand il s’est mis en rupture familiale. En revanche il n’attendait pas en retour une pluie de lettres de la part de tous les membres de sa famille. Sa lettre a entraîné un effet domino, un l’effet collatéral sur toute la famille. Chacun, à son rythme, va prendre sa plume pour s’exprimer, pour s’expliquer et éventuellement pour se retrouver. Il va y avoir un véritable remue-ménage émotionnel, un véritable séisme, dans cette famille où chacun va prendre le temps d’écouter l’autre et de reconsidérer les mésententes. Sans s’en rendre compte chacun va écrire pour guérir.

Ce texte porte une réflexion ouverte et intéressante sur les cycles familiaux, notamment autour du conflit et des mésententes familiales, sur la place du dialogue et des échanges pour que chacun exprime son point de vue et surtout laisse de la place à la réponse de l’autre. Personne ne cherche une vérité, mais plutôt la manière la plus habile de faire des concessions, de faire des efforts et de prendre considération l’autre.

Un roman captivant et émouvant. L'écriture est dynamique et entraînante. Il faut noter l'effort de changement de style entre chacune des lettres, autrement dit à chaque personne qui prend la plume. Ce texte fourmille de citations et de références autour de la littérature, de la philosophie mais aussi des sciences, sans étalage et sans alourdir le récit. 

Verdict : Un roman épistolaire qui pose des questions intéressantes et perturbantes sur les rapports familiaux. J’ai été complètement embarquée dans cet ensemble de correspondances, je me suis attachée aux uns et aux autres. J’ai lu leurs lettres avec appréhension comme si j’étais moi-même concerné par leurs échanges ! 

Les infos : 
Date de parution : 02/05/2018
Editeur : Editions Flammarion / Versilio
Nb. de page : 249 pages
Prix : 18€

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by FCD.