#BlogLife - Des questions, des questions, des questions... à Camille Lanvin

18 mai 2019



Concernant ton parcours

* Parle-nous de toi, de ton parcours.

J’ai grandi entre un père totalement coupé de ses émotions et sentiments et une mère qui a trompé ses quatre maris. Très vite, je me suis posée beaucoup de questions sur l’amour, le couple, la fidélité, le rapport aux autres et à soi. Puis rapidement, j’ai compris que j’avais beau jouer les grandes et flirter, j’étais une vraie fleur bleue (tout en aimant séduire...)

* Quand tu n’écris pas, que fais-tu ?

Je m’occupe de mes deux petits monstres, les amours de ma vie, je lis, j’apprends la permaculture, je rêve que bientôt je vais enfin pouvoir refaire du cheval (quand mes petits monstres seront plus grands) et je passe du temps avec mes amis (des vrais pour qui je serais prête à me couper un bras). Ah oui et je dédicace !! Je suis également très engagée envers la protection de la biodiversité (livres et bénévolat). 

* Quel est ton roman favori ?

J’ai adoré « l’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux », en version originale (anglaise). Le roman n’a rien à voir avec le film, il est mille fois plus riche, profond et sensible. Du coup, j’ai lu tous les livres de Nicolas Evans et j’ai toujours été profondément touchée. J’ai également lu et relu « Les enfants de la Terre » de J.M. Auel. J’ai d’ailleurs donné le prénom de l’héroïne à ma fille J 

* La playlist de ta journée idéale en 10 morceaux ?

Chaque journée est différente alors je serais malheureuse de n’avoir qu’une seule playlist. Surtout que lorsque j’imagine, je peux écouter trente fois le même morceau afin de demeurer dans l’état d’esprit que celui-ci a créé en moi. En revanche, j’aime bien découvrir des morceaux incongrus. Le dernier en date : Raido de Wardruna (c’est de la musique scandinave). J’adore danser devant ma fille en faisant n’importe quoi. Ensuite, elle me copie tout en éclatant de rire, c’est trop mignon !

Concernant La peau des hommes

* Raconte-nous La peau des hommes

C’est une histoire d’amour à laisser partir afin de pouvoir renaître et aimer à nouveau.

* De quelles thématiques traites-tu dans ton roman ?

Je parle du premier amour, de sa force et de son immaturité, puis du Grand amour. Entre les deux, il y a l’errance, l’espoir, l’échec, le flirt, le jeu, l’envie. Il y a la possibilité de se perdre comme celle de grandir, de se trouver et de rayonner. 

* Pourquoi devrait-on lire ton roman ?

Chaque roman est un voyage que l’on a envie de faire ou non, parce qu’il coïncide avec ce que l’on vit et désire apprendre.

 * Parle-nous de tes personnages, du lien entre eux, et de celui que tu as avec eux.

Estelle, l’héroïne, m’a quittée. Je la laisse poursuivre sa vie et moi la mienne. Quant à Yann, il sera toujours en moi. Le roman lui est dédié. Quand j’ai écrit ce livre, le vrai Yann était encore vivant. Il est mort l’an passé, un mercredi. Le lendemain, Harper Collins m’appelait. 

* Qu’est-ce que tu aimes chez Estelle ? Et chez Ganaël ? Yann ? 

Estelle est une vraie fleur bleue, comme moi. J’aime sa façon de transformer le banal en merveilleux. Le revers de la médaille, c’est que du coup elle refait longtemps les mêmes erreurs, parce qu’elle s’accroche à ce qui n’existe que dans sa tête… Quant à Ganaël, il est lâche, c’est certain. Mais nous le sommes tous à un moment ou à un autre de notre vie. Estelle et Ganaël en paient le prix fort… 

* À l’heure où c’est à la mode d’avoir une héroïne sûre d’elle, de ses choix, de ses envies tu nous présentes une Estelle complètement pommée, qui enchaîne les décisions qu’elle regrette aussitôt, qui ne s’aime que par le touché des autres, c’est osé, non ? 

Lol ! Alors je ne suis pas très au fait de la mode ! Et je ne réfléchis pas à ça quand je me lance dans un roman. Je pars dans une histoire parce que j’ai besoin de l’écrire. Un besoin viscéral qui me réveille la nuit. J’ai écrit trois fois ce roman avant d’arriver à sa version finale. Et heureusement que je n’ai jamais pensé à comment il serait perçu, autrement je n’aurais jamais osé aller aussi loin !! Le prochain est sur le désir. Je me suis mariée il y a peu et j’avais besoin, à travers ce prochain roman, de répondre à mes propres questionnements. 

* Estelle & Ganaël : Leur histoire commence comme un conte de fées : une rencontre, un coup de foudre, une complicité incroyable et puis tu décides de déliter le tout. Le Grand amour qui s’effondre c’est courageux ou téméraire dans le doux monde la romance ?

Encore une fois, ce n’est ni l’un ni l’autre. C’est mon histoire. Pour info : j’avais jeté ce roman après avoir fini de l’écrire, parce que je ne l’assumais pas. Il a atterri chez Harper Collins par un concours de circonstances ! 

* Estelle me semble bien entourée par sa famille, ses amies, ses collègues. Et pourtant il y a peu d’interaction avec eux, pourquoi ? Peu de grands discours sur sa situation ? Pas de copains qui tentent de les rabibocher ? C’est une ficelle évidente que tu n’as pas voulu utiliser ?

Tout à fait ! Je ne voulais pas faire un roman traditionnel mais demeurer dans ce rapport Ganaël/Estelle. Estelle ne parle des autres hommes que parce qu’ils ont un lien avec Ganaël. Dans la première partie du roman, chacune de ses pensées est centrée sur lui. Le reste n’existe plus pour elle. Sa famille, ses amis sont là mais elle ne les voit pas. 

* Pourquoi le personnage qui la sauve d’elle-même à ce profil ? Pourquoi ce choix ?

Yann a existé pour moi. Ces vérités qu’il assène à Estelle, il me les a dites… 

Concernant l’écriture

* Pourquoi ne pas avoir changé de voix entre les différentes parties ? Donner la parole à Gan ? Et au personnage qui la sauve ?

Donner la parole à Ganaël aurait été faire le procès de Gan contre Estelle : lequel des deux a raison ? Lequel a causé le divorce, etc. Ce qui ne m’intéressait pas. D’une manière générale, dans ce livre, ce que pensent les autres importe peu. Ce qui importe, c’est ce qu’Estelle pense d’elle-même, comment elle se perçoit et perçoit son univers. 

* Comment as-tu écrit le roman ? Seule ? Dans le noir ? 

Lol ! Non. Mais j’ai pleuré et manqué d’air à plusieurs reprises. J’ai ri aussi et à la fin, j’ai eu envie de faire l’amour pendant des heures et des heures, avec romantisme et Amour… 

* Quelles sont tes sources d’inspiration ? Est-ce qu’il y a un peu de toi dans ce roman ?

Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout…

* Est-ce que tu avais sous le coude une fin alternative ? Ou des ramifications d’intrigue différentes de celle qui a été publiée ? 

Oui, mais au final, il me semble avoir choisi la fin la plus juste. La plus Vraie. 

* Quels sont tes engagements quand tu écris ? Ton objectif ? Les messages ou les émotions que tu veux faire passer ?

Je m’engage à tout donner, quitte à avoir du mal à assumer ce que j’ai écrit, et à aller au bout de mes réflexions et choix. 

* As-tu des anecdotes d’écriture à partager avec nous ?

Avec plaisir, devant une bonne bouteille de blanc ! 

* Quels sont tes prochains projets d’écritures ?

Je viens d’achever « Les origines du désir » à paraître en avril prochain. 

*  Tu veux ajouter quelque chose ?

Merci
Au plaisir.

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by FCD.