28 novembre 2017

Celui que j'aime de Julie Galli


J'ai découvert ce roman grâce à la plateforme NetGalley et les éditions Harlequin. 
Merci à vous, pour cette opportunité de lecture !

Résumé :
Ne jamais mélanger vie pro et vie perso, Aurore aurait pourtant dû le savoir. Résultat, elle se retrouve trahie, célibataire et… en galère. Car, pour éviter de perdre toutes ses économies, elle va devoir restaurer seule ce vieux camping acheté dans le sud de la France. Et, comme si sa situation n’était pas assez compliquée, Aurore se voit contrainte d’embaucher comme homme à tout faire César, le petit-fils des anciens propriétaires, qui est accessoirement en liberté conditionnelle après deux ans de prison ! Et même si cet homme secret et peu bavard ne lui inspire pas confiance, elle ne peut s’empêcher d’être attirée par son charme brut. Une chose est sûre, Aurore compte bien surveiller de très près son nouvel employé…

Moi j'en dis :
Il y a bien longtemps que je n'ai plus craqué pour un titre de la collection HQN. Quand j'ai vu passer le nouveau titre d'Émily Blaine, j'ai pris le temps de regarder les publications de la collection... et je me suis coché mille et une choses à ajouter à ma WL. Puis j'ai craqué pour "Celui que j'aime", cette histoire de liberté conditionnelle a franchement titillé ma curiosité.

C'est l'histoire d'Aurore, qui sous l'impulsion de son ex-petit ami se retrouve criblée de dettes et avec un camping sur les bras. Pour se remettre à flot, elle doit remettre à flot le camping, assurer sa réouverture et gérer les tâches du quotidien. A priori, cette spécialiste du tourisme devrait s'en sortir... Dans sa restructuration forcée des lieux, elle sera accompagnée (contre son gré) de César, le petit-fils des anciens propriétaires, actuellement en liberté conditionnelle.

Aurore, c'est un personnage compliqué à apprécier dans les premières pages du roman. Elle est imbuvable, elle est pleine de clichés et bourrée de préjugés. Quand elle parle de César, c'est pour s'en méfier et médire à son propos. Plus d'une fois elle utilise le terme taulard et à chaque fois ça m'a crispée au plus haut point. De façon assez générale elle est suspicieuse de tout et de tout le monde, c'est assez fatigant à la longue, mais compréhensible au vu de ce qui lui arrive dans les premières pages. 

Je râle, mais clairement, l'évolution du personnage est maîtrisée par l'auteur... je suis passée par toutes les phases avec Aurore : après l'avoir trouvée insupportable dans les premières pages, tout doucement, mais sûrement je l'ai trouvée assez attachante et finalement je l'ai presque quittée avec regret dans les dernières pages. 

Face à elle, difficile de ne pas apprécier César : mystérieux à souhait, il parle à peine, se plie en quatre pour répondre à toutes les exigences de sa patronne et il est attentif au bien-être des autres. Quand viennent les révélations sur le pourquoi du comment de sa peine de prison, je me suis dit "oh ça va" (mon sens de la justice a flanché depuis le roman La daronne)

Autour d'eux gravitent tout le personnel recruté pour le lancement du camping, ainsi que les clients. Une bande assez joyeuse qui bouscule un peu Aurore dans ses habitudes et lui permet d'accélérer sa remise en question avec des rebondissements et des retournements de situations en pagaille. 

Verdict : Ce roman tout simple dans sa construction porte sur l'importance qu'on accorde aux regards des autres. Il introduit assez habilement l'espoir des secondes chances et de la roue qui tourne dans la vie. Il y a des maladresses et des tournures attendues, mais c'est surtout un agréable moment de lecture. Tout de même, je dois admettre : J'adore les histoires où il est question de remettre un truc en état sous peine de tout perdre. Je craque face au défi de l'impossible et là je dois dire qu'Aurore, elle touche le jackpot. 

Les infos : 
Date de parution : 15/11/2017
Editeur : Harlequin
Collection : HQN
Nb. de page : 305 pages

N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.
Au plaisir.

Enregistrer un commentaire

Sur Instagram

© Hors les murs. Design by Fearne.